top of page
Ancre 1

Cambodge : Création d'un « comité d'information et de visibilité » pour protéger l'image du Royaume

C’est une information qui est passée relativement inaperçue, mais qui pourrait changer sensiblement le cours des choses à propos de l’image du pays, autrefois, récemment et encore aujourd’hui largement malmenée par les médias étrangers et locaux.

Danse folklorique cambodgienne
Danse folklorique cambodgienne

Le gouvernement royal vient tout juste de créer un Comité national de coordination de l’information et de visibilité publique (National Committee for Coordinating Information and Public), un outil destiné à « protéger les réalisations, le travail et la bonne image du Cambodge ».

Il est vrai que depuis plusieurs dizaines d’années, le pays est largement la cible d’articles incendiaires, privilégiant les faits divers, la pauvreté, la criminalité, l’importance de la Chine, la corruption… etc.

Combien de fois a-t-on fustigé la longévité de l’ancien PM, critiqué son leadership, mis en avant la pauvreté, la corruption… etc

Parfois, lisait-on, heureusement bien plus fréquemment de nos jours, quelques articles ou documentaires pleins de mansuétude sur Angkor ou le Tonlé Sap.

Autre paradoxe, certains journaux envoient à grands frais des journalistes pour parler de sujets loisirs pour ce même journal puisse démolir ensuite l’organisation des Jeux d’Asie du Sud-est et leur soutien financier chinois… Ces jeux magnifiques qui ont suscité l’admiration de nombreux dirigeants du monde entier et qui ont montré que le pays était capable d’organiser de grands événements régionaux.

Autre point, ces hérauts de mauvaises nouvelles fustigent un pays qui accueille à bras ouverts des communautés d’affaires de tous horizons, qui sans aucun doute, se passeraient bien de ce type de traitement.

Les hommes d’affaires aiment la stabilité et que l’image de leur pays d'accueil soit autant maltraitée - souvent par la presse de leur propre pays - ne les réjouit absolument pas.

C'est un sujet qui revient fréquemment, y compris au sein des forums spécialisés organisés dans le pays. On y verra sans peine une logique quelque peu perturbante dans ce genre de paradoxe.

Certains clament : « il faut informer », oui, mais dans ce cas, l'information devrait se montrer un peu moins sélective et plus vaste. Ne parler en majorité que de faits divers ou de sujets très sensibles forge une image dévastatrice pour un pays qui ne le mérite pas tout-à-fait.

On peut ne pas être d'accord avec le gouvernement, s'indigner de la pauvreté et d'autres aspects difficiles, évidemment le pays n'est pas parfait et souffre de criminalité et d'autres problèmes comme beaucoup d'autres.

Mais, le Cambodge n'est certainement pas l'enfer décrit pas certains, par recherche de clic, par un total manque de métier et souvent par ignorance. En effet, parmi ce type de railleur, on trouve aussi fréquemment des gens qui viennent une petite semaine, observent ce qu'ils ont envie de voir, écrivent leur diatribe et repartent tranquillement dans leur pays peu soucieux des dégâts qu'ils auront causés sur place, dans le lectorat, mais aussi avec leurs assistants locaux.

Sihanoukville, souvent mentionnée à sens unique
Sihanoukville, souvent mentionnée à sens unique

Preah Sihanouk fustigée

L’exemple le plus frappant étant le sujet Preah Sihanouk. Vrai que « l’afflux chinois » a laissé de sérieuses séquelles. Ça, on écrit encore et encore.

Par contre, les nouvelles infrastructures, le développement des îles, les sept nouvelles stations d’épurations, les efforts très concrets du gouverneur de la province et de son équipe pour « nettoyer » la province des immeubles abandonnés, etc. pas un mot.

Là aussi, la liste est longue à propos de ces « traitements particuliers », allant de traductions de discours approximatives, d’informations incomplètes et d’écrits incendiaires.

Enfin, l’argument avancé résiderait aussi dans les attentes du lecteur qui ne serait avide que de sensationnel. Vrai que. s’il est conditionné à outrance, il suivra cette tendance. Par contre, un sujet mettant en avant les atouts du pays, son folklore, ses monuments, ses splendides apsaras et ses belles régions trouvera toujours un lectorat.

En clair, le traitement infligé au Cambodge pourrait être comparé à une évocation de la Sicile dont on ne parlerait que des aspects sulfureux en occultant presque ou totalement son folklore, sa gastronomie et ses plages splendides.

Concept

Le Premier ministre Hun Manet a signé le sous-décret, daté du 1er septembre 2023, décrivant l’organisation complète et le fonctionnement du comité national. Ce dernier assistera le gouvernement royal dans la coordination de l’information et de l’opinion publique afin de « surveiller, de sensibiliser, d’expliquer et de maintenir l’image positive du Cambodge ».

« Sous la supervision directe du Conseil des ministres, le comité agira également pour sauvegarder la souveraineté nationale et promouvoir une réaction efficace et opportune aux fausses nouvelles et à la désinformation. »

Le Comité national de coordination de l’information et des opinions publiques est composé d’un président (un ministre de haut rang), de quatre vice-présidents (dont le premier est le ministre de l’information) et de six membres.

1 Comment

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Très bon article ! J'approuve pleinement

Like

Merci pour votre envoi !

bottom of page