Cambodge & Cinéma : Une cinéaste cambodgienne sélectionnée aux « Talents Tokyo 2022 »

Rithy Lomorpich, cinéaste et fondatrice de l'entreprise sociale basée sur les arts Plerng Kob , a été sélectionnée pour participer à Talents Tokyo 2022, un événement de développement des talents et de mise en réseau pour l'industrie cinématographique. qui se déroule à Tokyo jusqu'au 5 novembre.

Rithy Lomorpich. Photographie fournie
Rithy Lomorpich. Photographie fournie

L’événement réunit 15 jeunes réalisateurs et cinéastes talentueux du Cambodge, de Chine, d’Indonésie, du Japon, de Corée du Sud, du Myanmar, de Malaisie, de Singapour, de Thaïlande et du Viêt Nam. Les jeunes cinéastes y échangent leurs connaissances et ont l’occasion de rencontrer quatre grandes figures de l’industrie cinématographique : le réalisateur singapourien Anthony Chen, le cinéaste thaïlandais et hongkongais Raymond Phathanavirangoon, l’expert commercial Xie Meng et Florian Weghorn, un organisateur allemand de festivals de cinéma.

Lomorpich a déclaré depuis Tokyo qu’elle était heureuse d’être là, et très enthousiaste d’avoir été sélectionnée pour participer. Elle a précisé que chacun des participants était en train de développer un long métrage. Elle espère que l’événement Talents Tokyo — avec ses invités experts — fournira les conseils supplémentaires dont les jeunes cinéastes ont besoin pour assurer le succès de leurs productions.

« En participant à Talents Tokyo, je pense que je suis plus près de développer mon deuxième long métrage. Ici, j’ai la possibilité d’entrer en contact avec des réseaux de producteurs étrangers, ce qui signifie que je suis d’autant plus près d’obtenir un soutien financier pour mon film. Je pense qu’il est grand temps que je produise mon deuxième long métrage. Mon premier & Young Love &, est sorti en 2018 ».

La Cambodgienne rappelle à quel point c’est un honneur d’être la seule cinéaste cambodgienne à avoir été sélectionnée pour l’événement de cette année. La réalisatrice espère repartir avec un large éventail de connexions à l’étranger, qu’il s’agisse de producteurs, de réalisateurs, de distributeurs de films ou d’investisseurs dans l’industrie.

« Le Cambodge a vraiment besoin de la coopération de l’étranger, car le marché du film dans le Royaume reste petit. Sans une coopération étendue avec des acteurs étrangers possédant des compétences spécifiques, il sera très difficile de faire progresser l’industrie cinématographique du Royaume », dit-elle.

Rithy Lomorpich. Photographie fournie
Rithy Lomorpich. Photographie fournie

« Le Cambodge a beaucoup d’histoires intéressantes à offrir aux spectateurs du monde entier, en particulier à ceux qui ne l’ont jamais visité. Je pense que le style des films cambodgiens est différent de celui des films des autres pays. Nous devrions les faire connaître au public international afin que les cinéphiles étrangers en apprennent davantage sur ce que nous faisons ici », ajoute-t-elle.

À son retour, elle a l’intention de partager tout ce qu’elle avait appris avec les travailleurs de l’industrie cinématographique cambodgienne. Elle espère que cela permettra à l’industrie de se rapprocher de son objectif de reconnaissance mondiale.

Keo Kereya avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône