top of page

Cambodge & CETC : Objets d'un faux humanitarisme

Le 16 juin 2022, Mme Megan Hirst a présenté sa démission en tant que co-avocate principale des parties civiles internationales au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC).

Terith Chy, responsable du projet de participation des victimes (VPA) de DC-Cam, aide les victimes des Khmers rouges à travers le Cambodge à remplir les formulaires de plainte des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) pour signaler les atrocités commises sous le régime des Khmers rouges.
Terith Chy, responsable du projet de participation des victimes (VPA) de DC-Cam, aide les victimes des Khmers rouges à travers le Cambodge à remplir les formulaires de plainte des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC) pour signaler les atrocités commises sous le régime des Khmers rouges.

Dans une lettre cinglante, Mme Megan Hirst attire l’attention sur le manque significatif de ressources et d’attention générale pour les intérêts des parties civiles des Chambres Extraordinaires au sein des Tribunaux Cambodgiens (CETC). Sa lettre souligne l’incapacité générale à tenir les promesses faites aux victimes dans le cadre du processus de justice pour les Khmers rouges.

L’une des grandes innovations des CETC, par rapport aux tribunaux pénaux internationaux précédents, est la reconnaissance des victimes dans les procédures. Les parties civiles sont des parties qui ont démontré avoir subi un préjudice physique, matériel ou psychologique comme conséquence directe d’au moins un des crimes poursuivis devant les CETC.

« Elles sont reconnues par la Cour et sont censées jouir de droits généralement similaires à ceux de l’accusation et de la défense. »

L’établissement des parties civiles, et les droits qui en découlent représentaient une promesse louable d’autonomisation pour les victimes. En tant que partie civile, une personne était censée avoir la possibilité, même si elle était limitée et par le biais de ses représentants légaux désignés, de participer au processus de justice et d’en être informée.

Cette responsabilisation a été reconnue comme un principe important dans les CETC, car on pensait qu’elle aiderait les survivants dans leur quête de justice et de réconciliation nationale.

La participation aux procédures des CETC signifiait que leur souffrance et leur voix recevaient un degré de reconnaissance collective au sein du tribunal. Tout aussi important, le droit d’être informé du processus de justice signifiait que les parties civiles recevaient une forme de reconnaissance individuelle en tant que victimes et qu’elles pouvaient utiliser le travail des CETC comme une opportunité de traiter leurs expériences et de trouver un certain sens de fermeture personnelle.

« La plupart des victimes sont pauvres, âgées et souffrent d’un certain nombre d’effets physiques et psychologiques de leurs expériences sous les Khmers rouges (par exemple, des maladies mentales ou d’hypertension), de sorte que le droit de participer et d’être informé du processus de justice ne sont pas des droits insignifiants. »

En effet, notre incapacité à faire respecter ces droits, dans leur intégralité, pour chaque partie civile individuelle n’est pas non plus un défaut, une déficience ou un oubli insignifiant.

Pour tous les tribunaux pénaux internationaux, la justice signifie bien plus que l’établissement de faits prouvant la culpabilité ou l’innocence des auteurs présumés ; il s’agit de rétablir la souveraineté de la société civilisée sur les régimes barbares et la suprématie de l’humanité sur l’inhumanité.

Lorsque nous ne tenons pas nos promesses aux victimes, nous ne sapons pas seulement la crédibilité des institutions chargées de ces objectifs, mais aussi la crédibilité même de notre entreprise dans son ensemble.

Les CETC ont été la première cour pénale internationale jugeant des crimes d’atrocités de masse qui offre la possibilité aux victimes de participer directement aux procédures de procès en tant que parties civiles. Si nous ne tenons pas sans équivoque la promesse que nous leur avons faite, nous faisons des victimes rien de plus que les objets d’un faux humanitarisme.

 

L'auteur Youk Chhang est le directeur exécutif du Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam), fondateur de l’Institut Sleuk Rith (SRI) et survivant des « champs de la mort » des Khmers rouges. Parmi ses nombreuses contributions à la vérité et à la justice, il a témoigné devant le tribunal des Khmers rouges, développé un programme national d’éducation sur le génocide et créé cinq centres régionaux à travers le Cambodge, dont la bibliothèque Reine Mère, pour faciliter l’éducation, la recherche et la réconciliation.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page