top of page
Ancre 1

Cambodge & Arts : Retour de trésors pillés au Royaume

Une série d'objets précieux, pillés par des marchands sans scrupules au cours de l'histoire tumultueuse du Royaume, va maintenant être rendue à sa véritable place, entre les mains du peuple khmer.

Le bureau du procureur général de New York a officiellement restitué les 27 pièces au Royaume lors d'une cérémonie qui s'est déroulée le 19 avril 2024 à New York. Mao Tithiarun, chargé d'affaires du Cambodge auprès de l'ONU, Keo Chhea, ambassadeur du Cambodge aux États-Unis, et Serei Chumneas, secrétaire d'État du ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, étaient présents.

L'agent spécial Ivan J. Arvelo, du Homeland Security Investigations (HSI) de New York, s'est félicité de la restitution de ces objets culturels de grande valeur.

« Pendant des années, les 27 objets rapatriés aujourd'hui étaient entre les mains et sur les étagères de personnes et d'institutions qui ne voyaient rien d'autre que le prix... », a-t-il déclaré.

La date exacte de l'arrivée des pièces au Cambodge n'est pas encore dévoilée. Le pillage des temples sacrés du Cambodge s'est déroulé sur plusieurs décennies jusqu'aux années 2000. La majorité des œuvres pillées, en pierre et en bronze, ont été exportées vers le marché international de l'art aux États-Unis, en Europe et en Asie. Une fois sur ces marchés, elles étaient vendues à des collections privées secrètes, à des musées, à des galeries d'art et à des entreprises de vente aux enchères.

Plus de 100 musées dans le monde possèdent des antiquités khmères dans leurs collections. Toutefois, il est probable qu'un pourcentage plus important d'objets angkoriens soit caché à l'abri des regards indiscrets dans des collections privées.

Comentarios


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page