top of page
Ancre 1

Cambodge &Arts : Ou Vanndy, l'artiste qui donne vie à des œuvres porteuses d’un message écologique

Dans un atelier en pleine effervescence, les étincelles scintillent comme des lucioles tandis que Ou Vanndy manipule méticuleusement ses outils. Il transforme des pièces de vieilles motos et vélos en œuvres d’art, délivrant aussi un message fort de conscience environnementale.

Ou Vanndy, l'artiste qui donne vie à des œuvres porteuses d’un message écologique
Ou Vanndy, l'artiste qui donne vie à des œuvres porteuses d’un message écologique

Ses sculptures ne sont pas seulement une déclaration d’art, mais aussi un plaidoyer : réduire les déchets solides tout en diffusant la connaissance et l’amour de l’environnement.

Fin 2022, Neth Pheaktra, secrétaire d’État et porte-parole du ministère de l’Environnement, a fait part de ses préoccupations concernant la gestion des déchets solides au Cambodge. Il a révélé que le Cambodge produisait plus de 10 000 tonnes de déchets par jour, le volume des déchets solides augmentant d’environ 10 à 15 % chaque année. Ces déchets jonchent divers endroits, notamment les cours d’eau et les espaces publics. Lors d’une conférence de presse l’année dernière, M. Pheaktra faisait la lumière sur les plans avant-gardistes du ministère de l’Environnement et sur les partenariats avec les autorités régionales.

L’ambition partagée de ces collaborations est de révolutionner la gestion des déchets solides et d’améliorer les pratiques de mise en décharge afin de créer un environnement plus durable et plus propre.

L’œuvre d’art la plus récente de Vanndy, un formidable Hanuman en fer de 2,4 m de haut et de 1,6 m de large, témoigne de son engagement en faveur de l’expression artistique et de la gestion de l’environnement.

Sa créativité est alimentée par une profonde admiration pour l’art et la culture khmers, et Vanndy participe activement à la préservation du patrimoine ancestral. Il navigue habilement entre la sculpture traditionnelle et l’art contemporain, tout en conservant les valeurs intrinsèques de la conception et de la forme traditionnelles.

« Plutôt que de se débarrasser d’un vieux métal jugé inutile, nous pouvons lui insuffler une nouvelle vie et en faire quelque chose qui a de la valeur », estime Vanndy.

L’artiste poursuit : « Cet effort volontaire contribue non seulement à réduire les déchets solides, mais sert également d’outil éducatif, en cultivant l’amour de notre environnement, tout en encourageant un sens de l’ordre et de l’harmonie ».

L’Hanuman en fer de Vanndy se dresse comme un symbole de transformation, incarnant la conscience environnementale et jetant un pont entre le passé et le présent tout en projetant un avenir plus radieux et durable.

La dernière création de Vanndy, un Hanuman en fer de 2,4 m de haut et de 1,6 m de large, illustre son dévouement à l’art et à la responsabilité environnementale. Photo fournie.
La dernière création de Vanndy, un Hanuman en fer de 2,4 m de haut et de 1,6 m de large, illustre son dévouement à l’art et à la responsabilité environnementale. Photo fournie.

a sculpture, dont la réalisation a duré près de deux ans, témoigne du savoir-faire méticuleux et de la passion de l’artiste. Construite entièrement à partir de pièces de motos recyclées, la sculpture pèse plus de 400 kg et dégage une impression de force et d’élégance.

Après avoir fait ses débuts lors d’une réunion des dirigeants de la commune de Lomhach, dans la province de Kandal, la sculpture d’Hanuman a été peaufinée.

« J’ai travaillé seul sur cette création, en tenant compte des commentaires des autres pour apporter les ajustements nécessaires et faire en sorte que l’œuvre atteigne son plein potentiel », révèle M. Vanndy.

L’artiste collecte du métal, des pièces détachées, des motos et de vieux vélos auprès des villageois, n’utilisant que des matériaux de récupération pour ses sculptures, bien qu’il doive désormais payer pour la plupart d’entre eux. Il reconnaît la difficulté d’imprégner le style et les décorations traditionnels khmers sur des matériaux mis au rebut, mais ne se laisse pas décourager. Avant l’installation, Vanndy planifie et dessine méticuleusement les phases, considérant qu’il s’agit de l’étape la plus cruciale.

« Bien que le motif ornemental de cette sculpture métallique ne soit pas aussi beau que le véritable objet, il est tout de même attrayant », explique-t-il.

Il est difficile de trouver de vieilles pièces métalliques ayant la forme souhaitée. Les ateliers de réparation de motos vendent généralement le matériel en lot et sont réticents à le décomposer pour répondre à des besoins spécifiques. Pour Vanndy, cela se traduit par une augmentation des coûts liés au transport, au brossage et au nettoyage de la quincaillerie pour qu’elle corresponde à son projet.

Jusqu’à présent, le sculpteur sur métal se heurtait aussi à des limites dans l’utilisation des pièces métalliques, souvent limitées aux bicyclettes et aux motos en raison du coût élevé des pièces automobiles et de l’absence de matériel de soudage. De plus, l’espace restreint de son atelier ne lui permet pas de stocker des pièces de voiture.

Les sculptures métalliques de Vanndy, qui portent sur des thèmes tels que les bœufs, les charrues, les danses traditionnelles, les éléphants, Apsara et Hanuman, ont honoré de leur présence divers événements et hôtels.

Les AK dans l’art de la paix

Vanndy, artiste talentueux né dans la province de Kandal en 1977, a suivi des cours à l’Université royale des beaux-arts, où il a obtenu un diplôme en sculpture en 2005. De 2003 à 2005, il a fait partie intégrante du Peace Art Project Cambodia, une initiative dans le cadre de laquelle il maîtrisait le travail du métal et utilisait des AK-47 pour les transformer en sculptures symbolisant la paix.

Ces sculptures distinctives transforment ingénieusement le célèbre fusil d’assaut en représentations de l’emblème traditionnel du Cambodge, l’éléphant, une créature d’une importance monumentale dans la construction d’Angkor Wat.

À la suite de son travail avec le Peace Art Project Cambodia, Vanndy a contribué à diverses autres initiatives, notamment la création d’un puissant monument Naga fabriqué à partir d’armes légères.

Actuellement, il élargit son répertoire artistique en étudiant la sculpture contemporaine sur pierre avec le Krousar Selapak, un collectif dynamique d’artistes que l’on appelle affectueusement la « famille de l’art ».

Constatant que ses petites sculptures en métal n’étaient pas très présentes sur le marché, Vanndy a pris la décision stratégique d’interrompre sa production de sculptures pendant quatre ans après l’achèvement d’un projet particulier.

Toutefois, en 2009, fort du soutien de restaurateurs et d’organismes gouvernementaux, il a relancé ses activités artistiques en se concentrant sur la création de sculptures plus grandes et plus percutantes. Depuis, ses sculptures novatrices, réalisées à partir d’œuvres d’art récupérées, ont été exposées dans divers lieux, suscitant admiration et applaudissements.

Une des œuvres de Vanndy au restaurant Topaz
Une des œuvres de Vanndy au restaurant Topaz

La plus grande réussite de Vanndy a été la vente de son impressionnante statue de bœuf à la Banque Nationale, où elle est aujourd’hui exposée en bonne place. Il a fait part de ses sentiments à propos de cette réalisation : « Je suis profondément reconnaissant à la Banque Nationale d’avoir non seulement acquis mon œuvre, mais aussi de l’avoir mise en valeur. Il n’est pas fréquent qu’une création d’artiste trouve sa place au sein d’une institution publique prestigieuse. Cette reconnaissance me remplit d’une immense fierté ».

Évoquant son portefeuille de projets remarquables, M. Vanndy met en avant une statue de la déesse de la paix et du développement de 6 mètres de haut et de 5 tonnes, située à Battambang et fabriquée à partir de matériel de guerre recyclé.

Il attire également l’attention sur une imposante statue en cuivre de plus de 2 mètres de haut, située à Sihanoukville. Il exprime ainsi sa gratitude pour le soutien substantiel qu’il a reçu de la part de chefs d’entreprise et de représentants du gouvernement qui apprécient et encouragent la promotion de l’art cambodgien, en particulier son approche unique de l’utilisation de matériaux recyclés.

« De nombreuses personnes qui ont vu mes projets précédents, tels que les sculptures de bœufs, ont manifesté leur intérêt et ont même commandé des pièces supplémentaires parce qu’elles appréciaient l’art », dit-il, précisant :

« J’ai partagé certaines de mes œuvres sur les réseaux sociaux, et ceux qui les admirent peuvent me contacter pour passer commande. »

Au-delà de ses récentes sculptures d’Hanuman, Vanndy a jeté son dévolu sur une nouvelle création liée aux arts martiaux khmers. Cette pièce à venir, un robuste boxeur khmer de plus de 2 mètres de haut, s’inscrira dans la continuité de son approche unique consistant à façonner des sculptures saisissantes à partir de métal recyclé.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page