Cambodge & Arts : Le Festival photo de Phnom Penh reste fidèle à ses principes

Après 13 ans d'existence, le Festival photo de Phnom Penh reste fidèle au principe d'être une plateforme d'échange d'expériences entre artistes européens et asiatiques.

Une centaine de tuk-tuks seront employés lors du festival de cette année. Photo fournie
Une centaine de tuk-tuks seront employés lors du festival de cette année. Photo fournie

Les expositions de cette année sont organisées par l'Association photographique de Phnom Penh et l'Institut français du Cambodge, en collaboration avec le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, le ministère de la Culture et des beaux-arts, la délégation de l'UE au Cambodge, l'ambassade de France au Cambodge et la mairie de Phnom Penh.

Cette année, 43 artistes exposeront leurs plus belles œuvres dans plusieurs lieux de Phnom Penh du 27 octobre au 27 novembre. Des projections gratuites de films étrangers seront également organisées dans les cinémas partenaires du festival.

Khun Vannak, responsable de la communication de l'Association photographique de Phnom Penh, décrit son exposition favorite du festival.

« Pour moi, le point fort de cette année est l'exposition de photographies du défunt roi père Norodom Sihanouk sur le mur de l'Institut français du Cambodge. Cette année marque le 100e centenaire de sa naissance, il est donc logique de le mettre en vedette ».

« Au total, 43 photographes sont exposés cette année, dont 35 étrangers et huit Cambodgiens. Chaque artiste ne participe qu'à une seule exposition, à l'exception de Jean-Baptiste Phou, qui présente une exposition individuelle et une autre collective. Grâce au soutien de l'UE, 100 tuktuks seront également employés dans le cadre du festival de cette année. Cinquante ont été utilisés pour transporter les œuvres vers leurs lieux de présentation, tandis que 50 serviront à transporter les visiteurs pendant la semaine d'ouverture du festival. Tous les véhicules portent des panneaux de signalisation promouvant les programmes de l'événement », explique M. Vannak.

Les lieux du festival comprennent l'Institut français du Cambodge, le centre Bophana, la galerie Sra'Art, la galerie d'art Java Cafe Tuol Tompoung, les murs de l'ambassade de France et F3 - la Friends Future Factory.

Christian Caujolle, directeur artistique et fondateur du festival, annonce :

« En outre, notre équipe a organisé un projet intitulé "Intersection", qui mettra en scène quatre jeunes femmes photographes, Ten Borey et Mech Sereyroth de Phnom Penh, et Hann Enong et Sok Rina de Siem Reap. Elles travailleront ensemble sur le même thème : "Alimentation et nutrition". Les résultats seront exposés pendant la semaine d'ouverture du festival et seront ensuite présentés à Siem Reap.»

Née en 1993 et formée au Studio Images de l'Institut français, Ten Borey travaille dans un studio commercial à Phnom Penh, tout en développant ses projets personnels.

Mech Sereyrath, née la même année, a obtenu sa licence en gestion des médias au département des médias et des communications de l'Université royale de Phnom Penh en 2018. Son premier corpus d'œuvres s'appelait Contemporary Breath, et il est devenu une étape importante de son parcours en tant que conteuse visuelle. Elle a depuis créé de nombreuses séries de photos, notamment My Neighbouring Space, Voice of Women et Element. Son travail a été exposé au Japon, en Thaïlande et en France.

Née en 1993 dans la ville de Siem Reap, Hann Enong est designer créatif chez SAHAT, une plateforme entrepreneuriale de Siem Reap. Elle a appris la photographie auprès de son père et la pratique comme mode d'expression, à la fois de ses sentiments intimes et de ses réactions au monde qui l'entoure. Également peintre amateur, elle a participé à de nombreux projets.

Née en 1988 et basée à Siem Reap, Sok Rina, dont le père était photographe de mariage, a voulu être photographe dès son plus jeune âge. Elle a réalisé son rêve et a ouvert Kravan Photography, qui lui permet de mener de nombreuses activités dans ce domaine, tant culturelles que commerciales.

« Leur travail fera le lien avec les récentes créations inédites de Jean-Baptiste Phou - dont les autoportraits carrés en noir et blanc restent une nouveauté sur la scène du pays - avec les vues de la ville au crépuscule de Channal Sean, et avec les autoportraits en couleur de Vannak Khun dans la ville vide pendant le lockdown. Cette année, la Confédération suisse occupera l'espace du F3, au cœur de la capitale. Avec 10 artistes, certains célèbres, d'autres très jeunes, et avec une présentation originale qui met en valeur la grande tradition du graphisme suisse, ce sera l'occasion d'observer la diversité des pratiques actuelles en la matière. Une projection en soirée de vidéos d'art suisses sera également proposée sur le site », explique M. Caujolle, ajoutant :

« Des conférences, des ateliers, des visites en tuktuk des expositions - ainsi que trois projections nocturnes de films sélectionnés - complètent le programme du festival. Nous commencerons par un hommage aux artistes ukrainiens, suivi d'un ensemble d'œuvres autour du thème des "oiseaux" réalisées par 12 photographes du monde entier. Nous montrerons également, pour la première fois, les photographes présélectionnés pour le prix Leica Oskar Barnack ».

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône