top of page
Ancre 1

Cambodge & Arts : La culture khmère du futur avec FONKI, Jeremy, Taroth et bien d'autres

« Future Khmer » est une production vidéo de quelques minutes proposée par Jeremy Rubier et ses amis artistes du Cambodge, et pas des moindres, qui propose de donner un aperçu dynamique de la nouvelle scène artistique cambodgienne en mélangeant le symbolisme pur des traditions khmères, telles que les tatouages traditionnels, les masques, la danse et la religion, avec leurs équivalents modernes - l’art de rue, le hip-hop et la photographie. Un travail plutôt réussi et brillant, dévoilé en exclusivité pour Cambodge Mag, le magazine favori des artistes du Royaume.

La culture khmère du futur avec FONKI, Jeremy, Taroth et bien d'autres

Les mots de FONKi

On dit qu’une image vaut mille mots. Que diriez-vous d’un millier d’images, mélangées à une bande sonore originale et à un brin d’IA soigneusement fabriqué par Jeremy Rubier.

Comment décrire l’énergie bourdonnante de notre Phnom Penh/Cambodge d’aujourd’hui ? Examinez l’art et la culture d’une ville et d’un pays à travers le prisme d’âmes créatives et sensibles douées et vous aurez votre réponse.

Je n’aurais pas pu trouver mieux que Jeremy Rubier pour collaborer à ce court-métrage. Je me souviens encore qu’il y a 12 ans, mon vieil ami Rubier et moi tournions et peignions à 3 heures du matin et à -30 degrés Celsius dans le tunnel du tramway du vieux Montréal.

Murale de Fonki
Murale de Fonki

En avril 2023, je suis en train de peindre ma plus grande murale à ce jour pendant deux semaines d’affilée à +40 degrés Celsius sous le soleil brûlant du Cambodge. Elle est située à The Anajak, un nouveau développement massif à la limite de la nouvelle frontière nord de la capitale Phnom Penh.

« Depuis que j’ai commencé à peindre au Cambodge en 2012, la capitale a triplé de taille. La communauté artistique est en plein essor dans ce que nous appelons la RENAISSANCE KHMÈRE. Une toute nouvelle génération de Khmers s’exprime avec une fusion intéressante de tradition et de modernité. »

Lorsque les étoiles s’alignent, il est de notre devoir de voir la constellation pour construire notre propre histoire. Je vois tant de personnes formidables au Cambodge qui brillent et éclairent la voie d’un avenir radieux grâce à leur art. Suivez la lumière qui est en vous et les couleurs suivront - c’est ce que représente toute ma fresque. L’avenir, c’est maintenant.

Selon Jeremy

Fonki, un artiste d’origine cambodgienne, rêve de transformer notre vision de ce pays en devenir. Comme une page blanche d’un manuscrit vierge, le Cambodge attend que son histoire s’écrive.

« À l’encre indélébile, Fonki tatoue la ville et nous rappelle les légendes qui ont façonné cette contrée. Le Cambodge, blessé par un passé tragique, regarde de l’avant et change à une vitesse effrénée, poussé par une jeunesse bouillonnante de créativité. Ensemble, ils réinventent leur culture, la culture khmère du futur. »

En mai 2023, Phnom Penh ne sera plus jamais la même. Une nouvelle pièce s’ajoute à l’édifice de Fonkiworld : une déesse fière et puissante se dresse à l’entrée de la capitale. Mais ce n’est que le commencement. La jeunesse cambodgienne est prête à surprendre, éblouir, faire rêver et bâtir la culture khmère de demain. Ô Cambodge bien-aimé, tu es entre de bonnes mains.

Murale de Fonki
Murale de Fonki

Au cours des 15 dernières années, j’ai visité le Cambodge et j’ai été témoin d’une révolution culturelle. La jeunesse cambodgienne est plus forte que jamais et le temps que j’ai passé avec FONKi m’a permis de réaliser à quel point les artistes de Phnom Penh sont intéressés et passionnés. Ils construisent activement quelque chose de nouveau et de rafraîchissant, en utilisant des moyens tels que la musique, la photographie et la peinture pour partager avec le monde ce qui rend la culture cambodgienne si unique — une évolution organique de l’art khmer.

« Avec ce film, mon intention était de mélanger le symbolisme pur des traditions khmères, telles que les tatouages traditionnels, les masques, la danse et la religion, avec leurs équivalents modernes - l’art de rue, le hip-hop et la photographie. »

Pour ce faire, j’ai échantillonné trois vieilles chansons de Chum Kem et je les ai remixées en une composition moderne, en y incorporant des influences branchées telles que la musique électronique et le trap. En outre, j’ai entrepris un voyage à Siem Reap, où l’ancienne culture khmère prospère, et à Phnom Penh, où j’ai rencontré des personnes et exploré des lieux qui illustrent magnifiquement les liens entre le présent et le passé. Ce que vous voyez à l’écran est l’aboutissement de ce voyage extraordinaire.

À propos des personnages de la vidéo

Le beatmaker/rappeur Scotty Darkness est un producteur de musique créatif et non conventionnel qui travaille aux côtés de B-SIDE. Il utilise des samples musicaux de différents genres et époques et n’hésite pas à expérimenter avec les styles, du hip-hop au rock. Il se produit également en tant que chanteur avec 2MDIE et d’autres artistes.

Taroth par Jeremy
Taroth par Jeremy

L'athlète Bokator Tharoth Sam a grandi dans un camp de réfugiés à la frontière du Cambodge et de la Thaïlande. Son père, Oum Dara, était violoniste et compositeur. À l’âge de 18 ans, Sam a commencé à étudier le Bokator, un style de combat traditionnel khmer, et a participé à son premier combat d’arts martiaux en 2014. Elle a été entraînée par Chan Reach Kun Khmer, un combattant cambodgien-américain d’arts martiaux mixtes, et San Kim Sean. En tant que combattante, elle est connue sous le surnom de Little Frog.

En 2017, elle apparaît dans les films Jailbreak et First They Killed My Father, ainsi que dans Loung Preah Sdach Korn, un film historique.

Le graffeur Yean Sokheng, connu sous le nom de The Sokheng, a grandi dans la ville de Phnom Penh. Il a fait ses premiers pas sur les murs alors qu’il était encore au lycée, et son nom est aujourd’hui visible dans de nombreuses rues, bars et restaurants. Il est l’un des rares graffeurs cambodgiens à être né et à avoir grandi au Cambodge.

Tytaart par Jeremy
Tytaart par Jeremy

La danseuse Belle est la première danseuse contemporaine du Cambodge, elle a reçu une formation classique en danse khmère.

Tytaart est une photographe cambodgienne spécialisée dans les portraits d’art et dont les photographies expriment la sensualité de son sujet à travers la forme de la lumière et de l’ombre. Sa passion a commencé dès son plus jeune âge, lorsqu’elle aimait parcourir les livres de photos de sa famille et s’émerveiller en regardant l’époque qui a précédé sa naissance. Ce lien l’a amenée à développer cette passion lorsqu’elle a reçu son premier appareil photo numérique de sa mère à l’âge de 15 ans.

Tytaart a commencé à prendre des photos de tout ce qui l’entourait et s’est lentement orientée vers la photographie de portrait. Son séjour à l’université à Londres et à New York lui a donné l’occasion de voir la lumière comme un moyen de communiquer des émotions à un moment donné. Tytaart est revenue à Phnom Penh, sa ville natale, en 2019 et a commencé à préparer sa carrière en tant que photographe indépendante. Depuis lors, elle a travaillé avec d’autres artistes et galeries pour présenter ses photographies d’art tout en créant des photographies commerciales pour plusieurs établissements de la ville.

 

Voir la vidéo




Opmerkingen

Beoordeeld met 0 uit 5 sterren.
Nog geen beoordelingen

Voeg een beoordeling toe

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page