Cambodge & Agriculture : La Chine s'intéresse aux durians de Battambang

Des entreprises chinoises et thaïlandaises négocient l'achat de durians dans le sud-ouest de la province de Battambang pour les exporter en Chine à l'avenir, créant ainsi des opportunités pour les agriculteurs de la région.

Jeunes durians. Photo Paul Arps
Jeunes durians. Photo Paul Arps

Nay Chorn, président de « Samlot Durian Cluster », a annoncé que le département provincial de l’agriculture avait fait venir des négociants thaïlandais et chinois dans les plantations de durians du district de Samlot pour étudier les possibilités d’exportation de durians vers la Chine via la Thaïlande.

Nay Chorn a affirmé que les entrepreneurs avaient reconnu que le goût et la qualité des durians de Samlot étaient supérieurs à ceux de leurs homologues thaïlandais. Cependant, ils n’ont pas encore signé de contrat d’achat, car les négociations sur les prix sont en cours.

Le groupe de Chorn compte près de 20 agriculteurs, avec une récolte annuelle de 300 à 400 tonnes. Dans l’ensemble, les planteurs du district de Samlot récoltent environ 6 000 tonnes de durians par an sur environ 540 hectares de plantations matures, sur une superficie cultivée de près de 600 hectares.

Ensemble, ils engrangent une moyenne de 30 millions de dollars par an.

« Nous avons fixé, qui est de 5 dollars par kilogramme pour les durians de qualité supérieure. Notre groupe dispose d’un certificat de bonnes pratiques agricoles délivré par le ministère de l’Agriculture, nous n’avons donc aucun problème de marché », a déclaré M. Chorn.

Alors qu’il n’y a pas encore d’exportations en provenance de Samlot, le groupe tente donc d’étendre le marché intérieur, affirmant que le goût des durians de la région est aussi agréable que celui des durians cultivés dans la province de Kampot, qui sont très populaires au Cambodge.

« Maintenant, ces entreprises ont l’intention d’exporter des durians sans la coquille, il faudrait donc les peler avant de les exporter », a-t-il précisé.

Chhim Vachira, directeur du département provincial de l’agriculture de Battambang, a confirmé que les investisseurs chinois étaient intéressés par les durians de Samlot en raison de leur goût unique et qu’ils pouvaient être exportés dans des conteneurs de stockage réfrigérés vers la Chine via la Thaïlande.

Vachira explique que les fruits seront exportés via la Thaïlande et sous une marque thaïlandaise, car le Cambodge n’est pas autorisé à exporter des durians directement en Chine.

« Le Cambodge n’a pas d’accord d’exportation officiel avec la Chine, contrairement à la Thaïlande. Mais les négociations entre les investisseurs chinois et les producteurs de durians cambodgiens sont un bon signe pour nos producteurs de durians. Ils espèrent parvenir à un accord entre les deux pays prochainement. Nous avons fixé un objectif d’expansion des plantations de durians de 700 hectares d’ici 2023 », a-t-il déclaré.

S.E. Veng Sakhon, ministre de l’Agriculture, des forêts et de la Pêche
S.E. Veng Sakhon, ministre de l’Agriculture, des forêts et de la Pêche

Dans le même temps, S.E. Veng Sakhon, ministre de l’Agriculture, des forêts et de la Pêche, a déclaré au Post que les durians cambodgiens ne bénéficiaient pas de marché à l’étranger et que les discussions officielles sur un protocole phytosanitaire avec la Chine n’avaient pas encore eu lieu.

En conséquence, la production cambodgienne de durians est limitée. Le ministre ajoute que les autorités chinoises n’envisagent d’importer qu’un seul produit par pays à la fois, tout en surveillant la croissance de la production nationale.

En attendant, de nombreux autres produits figurent sur la liste des denrées agricoles cambodgiennes qui seront soumises à l’approbation de Pékin.

« Pour l’instant, il n’existe aucun mécanisme lié au traitement, à la récolte, au transport local, au nettoyage et au conditionnement des commerçants locaux conformément aux normes ou aux exigences des exportations de durians vers d’autres pays », a noté M. Sakhon.

Il a également souligné que la pandémie de Covid-19 et le conflit entre la Russie et l’Ukraine avaient rendu difficile le transport intérieur, notamment les exportations cambodgiennes vers les marchés étrangers, car les coûts d’expédition tels que les frais de location des conteneurs ont été multipliés par trois.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône