Cambodge & Agriculture : Augmenter la production agricole des exploitants créatifs

Sur les terres agricoles verdoyantes appartenant à l’agriculteur Young Ly dans le district de Prasat Bakorng, province de Siem Reap, les bok choy et les choux-fleurs emplissent la terre en abondance. À côté se trouve une halle couverte d’un filet : une nouvelle « ferme technologique » de 240 mètres carrés où poussent des choux-fleurs jaunes, l’une des dernières espèces de cultures importées au Cambodge.

Un agriculteur dans la maison en filet, la nouvelle innovation technique d'ASPIRE. Photo fournie
Un agriculteur dans la maison en filet, la nouvelle innovation technique d'ASPIRE. Photo fournie

La halle, également connue sous le nom de serre, est la nouvelle initiative du Programme de services agricoles pour l’innovation, la résilience et la vulgarisation (ASPIRE), un nouveau programme gouvernemental soutenu par le Fonds international de développement agricole (FIDA).

ASPIRE a été mis en place dans le but de réduire la pauvreté et d’accroître la résilience des petits exploitants agricoles pauvres et vulnérables au Cambodge.

« Notre objectif est d’améliorer le modèle cambodgien existant de services agricoles afin de démontrer que, moyennant quelques modifications, il peut encore être efficace pour aider une diversité de petits exploitants agricoles à contribuer à une large croissance économique grâce à des entreprises agricoles rentables et résilientes », déclare au Post Soun Seyla, conseiller d’ASPIRE dans la province de Siem Reap.

Conçu à l’origine pour une durée de sept ans, de 2015 à 2021, le programme a été prolongé jusqu’en 2023 en raison de la pandémie globale de Covid-19.

ASPIRE s’est installé à Siem Reap en 2019 et a été mis en œuvre dans toutes les provinces du pays depuis lors, à l’exception de Phnom Penh. Il regroupe les agriculteurs en fonction de pôles d’activité aussi variés que la culture de légumes et de riz et l’élevage de bétail.

Le programme a nommé un chef et un adjoint dans chaque province pour enseigner et conseiller les agriculteurs sur la culture et l’élevage, ainsi que pour établir des liens avec les marchés locaux et régionaux.

Ly a été choisi comme l’un de ces leaders, également connus dans le programme sous le nom de « lead farmers ».

« Pour en arriver là, j’ai été formé à toutes les stratégies introduites par ASPIRE. Après ma première récolte, j’ai vraiment pu voir la différence que ces techniques ont apportée et je me suis amélioré en apprenant grâce aux évaluations du programme, pour finalement devenir qualifié au rôle d’agriculteur principal.

« Mon rôle d’agriculteur principal signifie que si des agriculteurs des environs ont des questions ou ont besoin de conseils pour leur culture, je serai là pour les aider et partager mon expérience », explique Ly.

Les agriculteurs affirment que le chou-fleur jaune est originaire de Chine et qu'il est cultivé au Cambodge depuis quelques années maintenant. Photo fournie
Les agriculteurs affirment que le chou-fleur jaune est originaire de Chine et qu'il est cultivé au Cambodge depuis quelques années maintenant. Photo fournie

Le programme a enseigné aux agriculteurs des techniques innovantes qui leur permettent d’économiser du temps et des ressources, notamment en plantant leurs cultures dans la serre à filet et en protégeant le bétail des maladies par la vaccination. En plus d’élever des animaux pour leur subsistance, le programme encourage également les agriculteurs à le faire pour l’exportation ou la vente, afin d’améliorer les moyens de subsistance de leur famille.

ASPIRE déploie six instruments fondamentaux de prestation de services de vulgarisation. Il s’agit de la sous-traitance, de l’établissement de partenariats public-privé, du soutien aux coopératives agricoles ou aux organisations d’agriculteurs et de l’offre d’un service public direct de vulgarisation.

« Il n’y a pas de conditions à remplir ni d’obligation pour les utilisateurs du service de donner en retour au programme. Étant donné qu’ASPIRE a reçu des fonds du FIDA et du gouvernement, cela contribue à tout couvrir, de l’enseignement de nouvelles connaissances techniques aux agriculteurs, à l'aide à investissements et à la mise en relation avec le marché en les encourageant à cultiver plusieurs types de cultures », précise Seyla.

Une fois que les agriculteurs auront terminé le programme, les investissements — tels que des serres, des puits, des panneaux solaires, des cages pour les poules pondeuses, des machines à labourer et des semences — seront remis à l’agriculteur principal qui les distribuera en fonction des besoins individuels de chaque agriculteur participant.

« Par exemple, avec la serre que nous avons remise à Ly, il pourra y faire pousser des choux-fleurs jaunes et c’est lui qui, par la suite, contribuera à étendre les connaissances et à promouvoir les programmes auprès des agriculteurs voisins, ouvrant ainsi le programme à davantage de personnes qui pourraient en bénéficier et partager leurs connaissances », dit-il.

Conçu à l’origine pour une durée de sept ans, de 2015 à 2021, le programme a été prolongé jusqu’en 2023 en raison de la pandémie globale de Covid-19.
Conçu à l’origine pour une durée de sept ans, de 2015 à 2021, le programme a été prolongé jusqu’en 2023 en raison de la pandémie globale de Covid-19.

M. Ly se dit enthousiasmé par ce qu’il considère comme les nombreux avantages de la structure en filet, en particulier pour la culture de variétés de plantes en toute saison. « Dans la serre, nous pouvons tout cultiver, quelle que soit la saison, alors que si nous cultivons certaines plantes à l’extérieur pendant la saison humide, elles s’abîment ou pourrissent facilement.

« J’essaie donc de cultiver dans la serre une variété de plantes différentes. Auparavant, je cultivais du chou-fleur blanc, des pommes de terre, du piment, de la courge, et maintenant je cultive du bok choy », dit-il.

Cet agriculteur principal de 32 ans dit qu’il constate de grandes différences entre le chou-fleur blanc ordinaire qu’il faisait pousser dans le passé et le jaune, qu’il cultive grâce à des techniques modernes.

Il précise notamment que le chou-fleur jaune est beaucoup plus facile à planter. Malgré les effets notables du changement climatique sur d’autres de ses cultures, le chou-fleur jaune donne toujours d’excellents rendements. Il affirme que sur les 100 kilos qu’il plante, il peut s’attendre à récolter « environ 90 kilos ».

En revanche, les rendements du chou-fleur blanc peuvent souvent être gravement endommagés par le mauvais temps ou par les parasites et les animaux, ce qui se traduit par des rendements aussi faibles que 30 kilos. En outre, le chou-fleur jaune peut souvent rapporter 500 à 1000 riels de plus que le blanc.

Pour Ly, la récolte prend environ 55 à 60 jours, soit à peu près deux mois.

« Je peux récolter une tonne et demie à deux tonnes, à l’extérieur et à l’intérieur de la maison en filet pendant la saison sèche. Quant à la saison des pluies, où je ne peux cultiver que dans la serre, je peux espérer obtenir des rendements de 200 à 300 kg. »

Selon Ly, la culture du chou-fleur jaune ne présente pas beaucoup de difficultés, si ce n’est que les graines sont légèrement plus chères que celles du blanc et qu’elles sont plus difficiles à trouver.

Pendant la saison sèche, la variété jaune attire davantage d’insectes, ce qui s’avère frustrant lorsque le chou-fleur est petit. Mais, selon lui, en les surveillant de près pendant cette période, le problème disparaît généralement lorsqu’il atteint sa taille maximale.

ASPIRE s’est installé à Siem Reap en 2019 et a été mis en œuvre dans toutes les provinces du pays depuis lors, à l’exception de Phnom Penh. Il regroupe les agriculteurs en fonction de pôles d’activité aussi variés que la culture de légumes et de riz et l’élevage de bétail.
ASPIRE s’est installé à Siem Reap en 2019 et a été mis en œuvre dans toutes les provinces du pays depuis lors, à l’exception de Phnom Penh. Il regroupe les agriculteurs en fonction de pôles d’activité aussi variés que la culture de légumes et de riz et l’élevage de bétail.

« Auparavant, avant de rejoindre le programme ASPIRE, je cultivais des plantes uniquement pour répondre aux besoins de ma famille, sans aucune technique appropriée. Mais après avoir rejoint le programme, j’ai appris à cultiver différentes plantes, et je sais maintenant quand il est préférable de récolter et d’utiliser la bonne quantité de pesticides. Je suis heureux de pouvoir gagner plus et de pouvoir partager ce que j’ai appris avec d’autres agriculteurs. Ensemble, nous pouvons augmenter les rendements et les produits agricoles du pays », conclut Ly.

Pour plus d’informations sur le programme, rendez-vous sur Twitter @ASPIRE.MAFF.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône