top of page
Ancre 1

Cambodge & Économie : Les rendements en sel de Kampot doublent par rapport à 2022

La province de Kampot a produit plus de 75 kilotonnes de sel cette saison grâce à des conditions météorologiques favorables, ce qui représente « plus du double » du rendement de 2022. Sans nouvelles précipitations, il pourrait rester plus d’un mois avant que la récolte ne soit terminée.

Des producteurs de sel collectent le minéral essentiel dans le village de Boeung Ta Pream, commune de Troeuy Koh, dans la ville de Kampot. Photo The Post
Des producteurs de sel collectent le minéral essentiel dans le village de Boeung Ta Pream, commune de Troeuy Koh, dans la ville de Kampot. Photo The Post

C’est ce qu’affirment Sok Kim Choeun, directeur du département provincial de l’industrie, de la science, de la technologie et de l’innovation de Kampot, et Bun Narin, président de l’Association des producteurs de sel de Kampot-Kep, l’organisme qui supervise le « sel de Kampot-Kep », un produit qui a été enregistré au niveau national en tant qu’indication géographique (IG)* à la fin du mois d’avril.

Les provinces côtières de Kampot et de Kep demeurent les principales productrices de sel du Cambodge. La saison des récoltes s’étend généralement de la fin décembre à la mi-mai, voire jusqu’au début du mois de juillet lorsque les conditions sont plus chaudes et plus sèches.

Le ministère de l’Industrie, de la Science, de la Technologie et de l’innovation indique que la superficie totale utilisée pour la production de sel à Kampot et à Kep était de 4 748 hectares en 2021, chaque hectare produisant en moyenne 20 tonnes par an dans des conditions météorologiques idéales. Cette superficie de production serait restée pratiquement inchangée depuis lors.

Photo Yousos Apdoulrashim
Photo Yousos Apdoulrashim

Les prévisions du ministère des Ressources en eau et de la météorologie, qui annonçaient des niveaux de précipitations plus faibles en juillet et en août, ont convaincu certains producteurs d’attendre avant de remplir et de préparer un certain nombre de champs de sel, explique Bun Narin.

« Compte tenu de l’augmentation de la récolte de produits portant l’indication géographique, je prévois que le marché cambodgien du sel s’améliorera en 2023 et qu’il y aura davantage de possibilités d’exportation, ainsi que des prix plus élevés », dit-il.

Selon M. Narin, le sel dans les entrepôts proches des sites de production est actuellement vendu à 25 000-30 000 riels (6,25-7,50 $) le sac de 50 kg. Les exportations officielles de sel IG n’ont pas encore commencé, mais une équipe de l’association prépare les sacs dans lesquels la marchandise sera emballée, dit-il, ajoutant que chaque sac devrait se vendre entre 35 000 et 40 000 riels.

Narin laisse entendre que Kep a produit environ deux kilotonnes de sel jusqu’à présent cette saison, ce qui, selon lui, constitue une baisse au cours des « deux ou trois dernières années » en raison du faible nombre de producteurs couplée à une augmentation des conditions météorologiques défavorables.

Selon Kim Choeun, du département de l’industrie de la province de Kampot, trois mois consécutifs de températures suffisamment élevées, de précipitations minimales et d’autres conditions météorologiques favorables pourraient porter la production à plus de 100 kilotonnes.

Selon lui, cela suffirait amplement à répondre à la demande intérieure annuelle du Royaume, estimée entre 70 et 100 kilotonnes, tout en laissant suffisamment de réserves pour le stockage.

S’adressant au Post, Kim Choeun fait écho à la remarque de Narin selon laquelle les faibles précipitations et le temps chaud ont porté la production de sel de Kampot à plus de 75 kilotonnes, ce qui, selon le directeur, représente « plus du double » de la quantité prévue pour la saison 2022.

Il affirme que les rendements en sel de la province connaîtraient une hausse considérable en l’absence de fortes pluies dans les deux ou trois semaines à venir et a confirmé qu’une grande partie du produit récolté avait été mise sur le marché.

L’année dernière, les fortes précipitations ont réduit la production de sel à 30-40 kilotonnes, ce qui a incité le Royaume à importer près de 20 kilotonnes de ce produit en provenance d’Inde pour répondre à la demande intérieure.

Mais avec l’amélioration de la récolte cette année, Narin pense que le Cambodge « ne manquera pas de sel pour l’usage domestique, comme l’année dernière où des importations ont été nécessaires ».

« Toutefois, si les rendements des poissons utilisés pour la fabrication du prahok sont élevés cette année, il pourrait être nécessaire d’en importer un tout petit peu », ajoute-t-il.

Pour rappel, les chiffres officiels indiquent que la production de sel dans le Royaume a augmenté de manière spectaculaire, passant de 80 kilotonnes en 2013 à 147 en 2014, puis à 175 en 2015, avant de retomber à 143 kilotonnes en 2016.

La production a ensuite chuté à seulement 33 kilotonnes en 2017, puis à nouveau en 2018, avant de retomber à environ 10 kilotonnes en 2019.

Selon Kim Choeun, la production a grimpé à 105 kilotonnes en 2020 - 85 à partir de Kampot et 20 à partir de Kep. À titre de comparaison, le Département des affaires artisanales du ministère indique que le Cambodge avait produit plus de 75 kilotonnes de sel en 2021, soit une baisse de plus de 20 kilotonnes par rapport à l’année précédente.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phnom Penh Post

 

* Pour rappel, une IG est un instrument de propriété intellectuelle qui protège les produits originaires ou étroitement associés à une région géographique spécifique et qui possèdent des qualités distinctives, une réputation ou d’autres caractéristiques fondamentalement attribuables à leur territoire d’origine. Les produits dotés d’une IG sont généralement accompagnés d’une association de gestion, ainsi que d’un nom, d’un signe ou d’un symbole permettant de les distinguer des copies non autorisées.


Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page