Cambodge & Économie : Les recettes minières non fiscales atteignent 96 % de leur objectif

Le Cambodge a généré 98,460 milliards de riels (24,21 millions de dollars) de recettes non fiscales provenant du secteur minier au cours des neuf premiers mois de cette année, soit une augmentation de 27,06 % en glissement annuel, selon le ministère des Mines et de l’Énergie.

En 2020, le Cambodge a engrangé plus de 21 millions de dollars de recettes non fiscales provenant du secteur minier, « une légère augmentation » par rapport à 2019, selon le ministère. MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE
En 2020, le Cambodge a engrangé plus de 21 millions de dollars de recettes non fiscales provenant du secteur minier, « une légère augmentation » par rapport à 2019, selon le ministère. MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE

Cela équivaut à 96,15 % de l’objectif de 102 400 milliards de riels fixé dans la loi budgétaire de 2021.

« Les recettes non fiscales » font référence aux revenus récurrents obtenus par le ministère par le biais de sources autres que les taxes, telles que les droits de licence, les baux fonciers, les redevances et les pénalités.

Ung Dipola, directeur général des ressources minérales du ministère a déclaré au Post que la réouverture de presque tous les secteurs, suite au succès de la campagne nationale de vaccination contre le Covid-19, a eu des effets positifs sur la reprise économique.

Citant les évaluations initiales, M. Dipola a déclaré que le ministère s’attend à ce que les recettes non fiscales du secteur minier dépassent de 20 à 25 % l’objectif fixé pour 2021 d’ici la fin de l’année.

Le ministère prévoit que ces recettes continueront à augmenter chaque année, soutenues par la demande de minéraux et de matériaux de construction, a-t-il dit, ajoutant que les opérations de production d’or existantes devraient atteindre leur pleine capacité l’année prochaine et que les exportations de charbon devraient également se développer.

Selon M. Dipola, le ministère prévoit de collecter 140,772 milliards de riels de recettes non fiscales auprès du secteur l’année prochaine, soit une augmentation de 37,47 % par rapport à l’objectif de cette année.

Bien que ce montant soit dérisoire par rapport aux différentes sources de recettes fiscales, les retombées économiques de l’exploitation minière sont substantielles, surtout en ce qui concerne l’approvisionnement en matières premières, qui alimente considérablement le développement des infrastructures publiques et des projets de construction, a-t-il noté.

L’exploitation minière joue également un rôle dans le développement des communautés locales, a-t-il ajouté.

Hong Vanak, chercheur en économie à l’Institut des relations internationales du Cambodge, Académie royale du Cambodge, a attribué l’augmentation constante des recettes publiques provenant de l’exploitation minière à la stabilité politique et à l’augmentation des investissements dans le secteur.

Toutefois, il suggère que l’exploitation minière ne deviendrait probablement jamais une source principale de revenu national, contrairement à certains pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique latine.

« Bien que la collecte des revenus de ce secteur ait augmenté, elle reste faible par rapport à d’autres », déclare Vanak.

En 2020, le Cambodge a engrangé plus de 21 millions de dollars de recettes non fiscales provenant du secteur minier, « une légère augmentation » par rapport à 2019, selon le ministère.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône