top of page

Cambodge & Économie : Le retrait partiel du statut « Tout sauf les armes » à nouveau sur la sellette

Le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert Houngbo, a évoqué les préoccupations soulevées par le retrait partiel du statut « Tout sauf les armes » (TSA) du Royaume qui, selon lui, affecterait le secteur de l’emploi.

Usine à Phnom Penh. Photo ILO
Usine à Phnom Penh. Photo ILO

Au cours d’une conférence de presse tenue en marge de la 17e réunion régionale DU MAEP mardi dernier, M. Houngbo a exhorté les autorités cambodgiennes à « examiner de près ce type de conditions » fixées par la commission pour retrouver un accès libre et complet aux marchés du bloc des 27 nations

En réponse à une question sur le retrait partiel du TSA du Cambodge, officiellement mis en œuvre depuis août 2020, M.Houngbo a exhorté le Cambodge à reconsidérer la question :

« Que peut faire le Cambodge pour retrouver ou récupérer le statut des préférences commerciales de TSA ? Il est évident que les autorités doivent travailler sur la raison pour laquelle elles ont été retirées ».

Le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert Houngbo
Le Directeur général de l’Organisation internationale du travail (OIT), Gilbert Houngbo

L’UE a également réaffirmé que les autorités cambodgiennes devaient prendre des mesures pour « rétablir les libertés politiques dans le pays, rétablir les conditions nécessaires à une opposition crédible et démocratique et engager un processus de réconciliation nationale par le biais d’un dialogue authentique et inclusif ».

Pour rappel, en février 2020, la Commission européenne, qui agit de façon indépendante du parleemnt européen, a annoncé la suppression partielle (20 %) du régime TSA en raison de graves violations présumées des droits de l’homme et des droits du travail dans le pays, des accusations que le gouvernement a rejetées en permanence.

Ce retrait a touché certains produits de l’habillement et de la chaussure, ainsi que tous les articles de voyage et le sucre en provenance du Cambodge.

Toutefois, le gouvernement cambodgien a constamment maintenu sa position concernant le retrait de 20 % de l’accès du Cambodge au système commercial préférentiel, ce qui représente environ un cinquième, soit 1,053 milliard de dollars, des exportations annuelles du Cambodge vers les marchés de l’UE.

Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan
Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan. Photo The Post

Le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan, s’est fait l’écho du Premier ministre Hun Sen en déclarant que le TSA serait « invalidé tôt ou tard » lorsque l’économie du pays aura atteint un certain niveau. Le Premier ministre a déclaré en mai dernier que le retrait partiel du système TSA par l’UE n’affectait pas les exportations du Cambodge vers les pays européens, qui ont continué à croître régulièrement, et ce malgré la crise sanitaire.

En effet, le volume des échanges commerciaux entre le Cambodge et l’UE en 2021 a atteint plus de 4 190 milliards de dollars, soit une hausse de plus de 8 % par rapport aux 3 863 milliards de dollars de 2020.

Pour Ath Thorn, président de la Confédération cambodgienne du travail (CLC), les préférences commerciales complètes pour le marché de l’UE demeurent cruciales pour l’économie du Cambodge :

« Même s’il a été avancé que la réduction de 20 % du régime préférentiel aurait peu d’effet sur l’économie du Cambodge, si nous obtenons à nouveau la totalité de la faveur, ce serait très bénéfique pour le Royaume ».

Selon lui, le gouvernement devrait reconsidérer sa position tout en mentionnant que les concessions sont importantes. « Je voudrais que le Cambodge continue à bénéficier de l’intégralité de l’initiative TSA et du SPG (le système de préférences généralisées des États-Unis). », a-t-il conclu.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page