Arts & Nature : Lucky, « la version éléphantesque de Picasso »

En 1999, Lucky, une femelle d'à peine six mois, a été sauvé de la forêt. Elle vit depuis plus de 20 ans au centre de sauvetage de la faune de Phnom Tamao.

Lucky travaille sur une de ses œuvres au zoo de Phnom Tamao. Photo fournie
Lucky travaille sur une de ses œuvres au zoo de Phnom Tamao. Photo fournie

Lorsque Lucky a été découverte à Koh Kong, elle avait besoin de beaucoup de lait et d’une attention particulière, sinon elle n’aurait pas survécu. À l’époque, Phnom Tamao était géré uniquement par l’administration forestière cambodgienne.

Lucky est désormais la première « éléphante artiste cambodgienne » à exposer dans le Royaume, ses œuvres sont actuellement mises en vente pour soutenir les opérations du centre de secours. La Wildlife Alliance a collaboré avec l’hôtel Rosewood pour présenter son art dans une exposition intitulée « Lucky goes to Rosewood ». Ses œuvres sont exposées dans la galerie du 35e étage de l’hôtel depuis le 4 octobre et l’exposition se poursuivra jusqu’au 29.

« Mes remerciements à Adrian Pons et au groupe Rosewood et merci à tous de soutenir notre artiste éléphante Lucky et la Wildlife Alliance », a déclaré Nick Marx, directeur des programmes de sauvetage et de soins de la faune sauvage, lors de l’inauguration de l’exposition.

Oeuvre de Lucky
Oeuvre de Lucky

Chaque tableau créé par Lucky porte le nom d’un élément lié à l’éléphant lui-même. Par exemple, le premier tableau que les visiteurs verront en visitant la galerie contient plusieurs rayures colorées, qui pourraient presque être considérées comme le mot tribu. L’œuvre s’intitule Lucky Tribe.

Une autre grande peinture présente un fond bleu ciel uni et une série de rehauts blancs barbouillés par Lucky elle-même. L’œuvre s’intitule Flow.

« Normalement, nous sélectionnons la couleur avec laquelle Lucky va peindre, mais ce qu’elle décide de mettre sur la toile est le produit final — elle peint entièrement comme elle le souhaite », explique Casey Cox, coordinatrice chez Wildlife Alliance.

L’organisation est convaincue que l’exposition plaira à tous ceux qui la visiteront.

« Chacune des pièces uniques de Lucky semble capturer une vie heureuse et le sens de la communauté dont elle jouit au centre de sauvetage », confie Mme Cox.

Ses yeux brillent lorsqu’elle peint, dit-elle, et l'éléphante est récompensée par des pastèques, des pommes et des bananes. Pendant ses séances d’art, Lucky émet des sons qui témoignent de son bonheur. La galerie expose plusieurs pièces, principalement les peintures de Lucky, dans différents styles.

Ses œuvres vont de 40x50cm à des triptyques de 60x120. Les prix vont de 550 à 2 000 dollars
Ses œuvres vont de 40x50cm à des triptyques de 60x120. Les prix vont de 550 à 2 000 dollars

Des œuvres sont également consacrées à Chhouk, un éléphant de 11 ans originaire de Phnom Tamao, qui a été sauvé en 2007. Il avait perdu une patte à cause d’un piège tendu par un braconnier et était à l’article de la mort lorsqu’il a été découvert. Des livres sur sa vie, des jouets en peluche et l’une de ses prothèses usagées sont en vente pour 3 000 dollars. Comme Chhouk est encore en pleine croissance, il doit remplacer ses prothèses au fur et à mesure qu’il grandit.

« Le produit des ventes ira à Phnom Tamao, pour acheter de la nourriture pour les animaux, payer les salaires du personnel et acheter des pesticides et des médicaments », indique M. Marx.

Cheng Hour travaille dans le secteur du tourisme et a vu l’exposition :

« J’ai visité Phnom Tamao et vu l’œuvre de Lucky. L’observer est fascinant — on peut voir l’intelligence de ce magnifique animal lorsqu’il décide de la forme de son œuvre. Je pense que ces peintures sont brillantes. »

Pour la défense des forêts

Nick Marx s’est attiré une large couverture médiatique lorsqu’il a publié un clip vidéo appelant le gouvernement à protéger les forêts autour du parc de Phnom Tamao : « La forêt de Phnom Tamao contient beaucoup des mêmes animaux que notre centre, mais je crois que la chasse se pratique encore — par le passé, nous entendions des coups de feu la nuit. Beaucoup d’entre eux ont fui lorsque le défrichage de la forêt a commencé », explique Marx, ajoutant :

« Le terrain défriché a été replanté et clôturé. La clôture n’est qu’un simple fil de fer, et je pense qu’elle est là pour protéger les arbres pendant leur croissance, et non pour délimiter une propriété privée. Je fais confiance au Premier ministre Hun Sen, qui a déclaré vouloir protéger cette zone. De jeunes arbres ont été plantés sur l’ensemble de la zone qui a été défrichée. Si le défrichage avait duré quelques jours de plus, il n’y aurait plus eu de forêt du tout. En sept jours seulement, 500 hectares ont été abattus. Je suis éternellement reconnaissant au Premier ministre et au peuple cambodgien ».

Nick rappelle également l’histoire des débuts de la Wildlife Alliance au Cambodge. Suwanna Gauntlett, aujourd’hui à la tête de l’organisation, s’est rendue dans le royaume en 2000. Elle a constaté que les animaux sauvages étaient largement disponibles sur les marchés et dans les restaurants et a décidé d’agir.

Suwanna Gauntlett
Suwanna Gauntlett. Photo Facebook

Elle a travaillé avec l’administration forestière et la gendarmerie royale et a mis en place une équipe de sauvetage rapide des espèces sauvages, qui parcourait tout le pays pour enquêter sur les cas de commerce illégal d’espèces sauvages et engager des poursuites. À l’époque, de nombreuses espèces étaient au bord de l’extinction.

Lorsque les animaux pouvaient être relâchés dans la nature, ils l’étaient. Ceux qui ne pouvaient pas être renvoyés dans leur habitat naturel étaient relogés à Phnom Tamao.

Selon M. Marx, grâce à l’excellente coopération entre l’administration forestière, qui gère Phnom Tamao, et la Wildlife Alliance, les animaux sont bien soignés à Phnom Tamao.

« Nous avons mis en œuvre de nombreux programmes de reproduction en captivité, dont beaucoup pour des espèces menacées. Nous avons même relâché des animaux nés à Phnom Tamao, certains dans la forêt de Phnom Tamao, mais aussi dans différentes zones, notamment dans le parc archéologique d’Angkor », dit-il.

« Nous avons relâché des gibbons à Angkor et des loutres, des muntjacs, des calaos, beaucoup d’animaux différents. La plupart d’entre eux sont nés à Phnom Tamao », ajoute-t-il.

Des visiteurs admirent l’une des œuvres d’art de l’éléphant exposées lors de la soirée d’ouverture de l’exposition. Photo Hong Raksmey
Des visiteurs admirent l’une des œuvres d’art de l’éléphant exposées lors de la soirée d’ouverture de l’exposition. Photo Hong Raksmey

L’émergence d’une artiste

Pour en revenir à Lucky, Marx confie comment elle est devenue une artiste. Il raconte qu’en 2003, un Américain du nom de Dave Ferris a visité le royaume. Il avait mis en place le projet d’art et de conservation de l’éléphant d’Asie, et voyageait à travers la région pour apprendre aux éléphants à peindre, car ces animaux n’étaient pas toujours bien soignés dans les camps. Il considérait la peinture comme un moyen pour les gardiens d’éléphants d’accéder à de nouvelles sources de financement afin d’améliorer le niveau de soins qu’ils pouvaient fournir.

« Lorsqu’il a visité Phnom Tamao, nous avons essayé d’apprendre à tous nos éléphants à peindre, mais Lucky était la seule à avoir de réelles aptitudes », explique Nick.

« Comme vous pouvez le voir, elle est la version éléphantesque de Picasso. Elle a fait de très belles choses. Je voudrais juste expliquer que la peinture sur éléphant peut avoir mauvaise presse, on dit que parfois ces éléphants sont maltraités. Cela n’arrive jamais à Lucky », a-t-il ajouté.

En fait, Lucky fait à peu près tout ce que les gens veulent qu’elle fasse, à condition qu’elle soit traitée avec gentillesse et qu’elle reçoive une récompense — généralement un fruit frais — pour ce qu’elle fait, précise-t-il.

« Le terme technique pour cela est le dressage basé sur le renforcement positif et les récompenses. Lucky ne connaît pas ces termes compliqués, elle se contente de peindre et tant qu’elle est nourrie de bananes, elle est très heureuse », déclare M. Marx.

« Comprenez bien que nous aimerions que vous achetiez toutes ces peintures et que chaque centime servira à prendre soin de Lucky, de nos autres éléphants et de toute la faune de Phnom Tamao », ajoute-t-il.

Try Sitheng, aujourd’hui gardien en chef, s’est occupé de Lucky depuis qu’elle a six mois. Il raconte qu’un jour, après l’avoir nourrie, elle a commencé à le suivre partout où il allait. Sitheng a demandé à son superviseur d’être le soigneur à plein temps de Lucky et ils sont très souvent ensemble depuis lors.

« Lorsqu’elle ne pouvait pas me voir, elle poussait de grands cris et semblait paniquée. Elle ne dormait paisiblement que si je suspendais mon hamac à proximité. Si je plongeais dans la rivière, elle criait et se montrait agressive », explique Sitheng, ajoutant que maintenant qu’elle est devenue plus âgée, elle ne le suit plus autant.

Lorsque les animaux se sentent en sécurité, ils sont souvent en meilleure santé, tant sur le plan physique qu’émotionnel, et c’est important. Phnom Tamao est leur maison et les animaux ont de l’amour pour les humains qui les soignent et les nourrissent, précise-t-il.

« L’objectif de cette exposition est d’informer les gens sur le travail que nous faisons à Phnom Tamao, une réserve naturelle pour les animaux en détresse et souvent menacés. Là, ils sont protégés et mènent une vie souvent plus heureuse que dans leur habitat d’origine », conclut M. Marx.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône