top of page
Ancre 1

Arts : L'artiste franco-khmère Adana Mam-Legros explore les questions sociales à travers le cinéma

L'artiste Adana Mam-Legros, présidente et fondatrice du mouvement social Generation C International, tente d'explorer les complexités de son identité et les traumatismes subis par sa famille et son pays à travers le film « Dead End ? »

Un extrait du film Dead End ? d'Adana Mam-Legros. Photo fournie
Un extrait du film Dead End ? d'Adana Mam-Legros. Photo fournie

Adana décrit sa propre vie, depuis sa jeunesse solitaire jusqu’à sa transformation en activiste rebelle au système, par le biais de la danse et du cinéma.

« Je raconte ma propre histoire à travers un mélange de spectacles de danse, de la danse traditionnelle khmère aux styles contemporains et aux mouvements Bokator », dit-elle.

Sa dernière œuvre, Dead End ? est un court métrage qui met en valeur son talent artistique et sa passion pour l’exploration de questions sociales importantes. Le film, qui sera projeté simultanément le 29 avril au Parisien de Phnom Penh et au Gazette Café de Montpellier, en France, est une œuvre d’art très attendue qui met en scène les célèbres danseuses Silver Belle et Sok Vitou, ainsi que Kaliane Tea et Ning Mam.

L’œuvre commence par un discours d’Adana sur des danseurs traditionnels khmers.

« J’ai passé la majeure partie de ma vie au Cambodge, un royaume mystérieux à l’histoire longue et complexe. C’était autrefois la nation la plus florissante et la plus sacrée du monde, avec des ressources abondantes et une culture riche, toutes deux symbolisées par les vestiges d’une civilisation grandiose et ses milliers de temples », dit-elle.

Le premier des quatre actes du film décrit sa vie au Cambodge, un pays à l’histoire riche, autrefois florissant, mais qui s’est effondré à la suite d’une guerre civile et d’un génocide ?

L'artiste franco-khmère Adana Mam-Legros
L'artiste franco-khmère Adana Mam-Legros

Les parents d’Adana ont pris des risques pour lutter contre la traite des êtres humains en Asie du Sud-Est, ce dont elle a été témoin dès son plus jeune âge. Cette expérience a fini par la façonner et lui a donné le courage de s’insurger contre « la machine ».

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que tous ces sacrifices et toutes ces souffrances n’étaient pas le fruit de l’abandon ou de l’égoïsme de parents indifférents, mais qu’ils avaient eu le courage de se battre pour une société idéale qui allait au-delà de leur vie personnelle », explique-t-elle dans le film.

Ce qui rend Dead End ? Vraiment unique, c’est le message qu’il véhicule. Adana a profité du film pour dévoiler les raisons de la création de son mouvement, Generation C International.

« C’est moi, vulnérable comme un artiste doit l’être, qui dévoile ma rumination psychologique, ma dissonance existentielle et mon désarroi d’être multiculturelle. Ma lignée est tachée par les traumatismes de ma mère et de ses parents », explique-t-elle.

« Les conséquences du génocide ont laissé notre pays à la dérive, sans direction, dans un fleuve sans fin. J’ai besoin de souligner l’atrocité des guerres et des déviances humaines pour refléter notre chaos intérieur », ajoute-t-elle.

Les expériences personnelles d’Adana et l’histoire de sa famille ont nourri son art, et elle utilise son talent pour mettre en lumière d’importantes questions sociales. Elle estime que l’essor et la chute de la civilisation d’Angkor devraient rappeler l’effondrement de tous les systèmes et servir d’avertissement pour que les gens se réveillent.

« Cultivons l’art de vivre ensemble dans la convivialité. Rêvons et construisons un avenir éthique et responsable », affirme-t-elle.

Adana a présenté son travail dans des expositions internationales à New York, Sydney, Bangkok, Bruxelles et Phnom Penh.Sa collaboration avec Chea Serey, actuellement vice-gouverneure de la Banque Nationale du Cambodge (BNC), a transformé la perception de l’art khmer. Elles ont vendu leurs œuvres pour 150 000 dollars, qui ont été reversés à trois ONG locales.

Pendant la pandémie, Adana s’est consacrée au travail humanitaire au Cambodge et a lancé plusieurs campagnes numériques pour promouvoir la Journée internationale de la femme.

Les efforts d’Adana ont été reconnus lorsqu’elle a été nominée pour les « Women of the Future Awards Southeast Asia » dans la catégorie art et culture.Adana a fondé Generation C International, un mouvement dirigé par des jeunes qui veulent changer le mode de vie, les habitudes de consommation et les organisations sociales pour le meilleur.

« Nous voulons créer une nouvelle génération de penseurs, de citoyens et d’individus empathiques qui s’efforcent de donner un sens à leur vie et à la société. Le mouvement se concentre sur le développement de nouvelles idées et de nouveaux concepts liés au temps, au monde, à l’amour, à la mort et au rôle de l’économie dans la société », explique-t-elle.

Dead End? est le dernier film qu’elle a réalisé au Cambodge avant de s’installer en France en 2022.

« Il témoigne de mon amour pour le Cambodge et de mon profond attachement à son peuple et à sa culture.  J’ai déménagé en France pour devenir une artiste khmère reconnue. Mon travail acharné porte ses fruits », conclut-elle.

Dead End? sera projeté au Parisien, situé dans la rue 347 à Toul Kork, le 29 avril.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page