Apprendre à écrire « sous-dey » : Le voyage de la Cambodgienne Von Vorn vers l'alphabétisation

À la section de coupe, Von Vorn est responsable d’une étape cruciale de la fabrication des vêtements : elle s’assure que de grandes quantités de tissus sont coupées dans des formes précises qui seront ensuite transformées en vêtements.

© UNESCO
Von Vorn © UNESCO

Sous-dey », la forme informelle de « bonjour » utilisée partout au Cambodge, était un mot que Von Vorn avait peine à écrire lorsqu’elle a rejoint le programme d’alphabétisation en usine (FLP-SkillsFuture) mené sur son lieu de travail. Aujourd’hui, elle fait partie des premiers diplômés de FLP-SkillsFuture dans son usine.

Dans le quartier Pou Senchey de Phnom Penh, juste au nord de l’aéroport, les lignes de production d’Olive Factory sont déjà très actives à 10 heures du matin, avec les bruits des machines cousant ou coupant des centaines de pièces de tissu.

Von Vorn est très concentrée dans la section de découpe, alors qu’elle déplace avec expertise la machine à découper à travers plusieurs mètres de tissu vert lime.

Von Vorn fait partie du premier groupe de travailleurs qui a suivi les cours d’alphabétisation dispensés à Olive Factory, qui a débuté la mise en œuvre du programme FLP-SkillsFuture en 2020.

Le ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports (MoEYS) et l’UNESCO, en coopération avec l’Association des fabricants de vêtements au Cambodge, ont conclu pour cela un partenariat de mise en œuvre avec des usines dans huit provinces pour offrir des cours d’alphabétisation à leurs employés.

Von Vorn © UNESCO
Von Vorn © UNESCO

Conçus pour aider les travailleurs des usines à acquérir des compétences fonctionnelles en matière de lecture, d’écriture et de calcul, les cours d’alphabétisation FLP-SkillsFuture se déroulent dans les usines partenaires elles-mêmes afin d’offrir un apprentissage flexible aux travailleurs. Les apprenants qui achèvent les deux niveaux de FLP-SkillsFuture obtiennent un certificat accrédité équivalent à la sixième année. C’est grâce aux cours d’alphabétisation que Von Vorn a appris à écrire pour la première fois en khmer le mot « sous-dey », une formule de politesse utilisée quotidiennement.

L’alphabétisation fonctionnelle désigne un ensemble de compétences nécessaires pour lire et écrire afin d’être en mesure d’accomplir des fonctions simples de la vie quotidienne. Ces fonctions peuvent être aussi courantes que de lire et d’écrire des SMS à sa famille, ses amis ou ses collègues, ou d’être capable de lire des signes dans des situations quotidiennes.

« J’avais l’habitude de rencontrer des difficultés lorsque je faisais mes courses au marché, car les vendeurs me demandaient de choisir des articles par moi-même, mais je ne pouvais pas lire les informations de base ou vérifier la date d’expiration des produits », confie Mme Von Vorn en se rappelant qu’elle se sentait souvent embarrassée dans de telles situations.

Von Vorn © UNESCO
Von Vorn © UNESCO

Von Vorn a toujours eu une vision positive de la vie, malgré son origine familiale modeste dans les zones rurales de la province de Prey Veng. Elle se souvient que sa famille était très pauvre et que ses parents ont émigré en Thaïlande à la recherche de meilleures opportunités pour subvenir aux besoins de la famille.

« Je suis l’aînée d’une fratrie de cinq enfants, j’avais donc beaucoup de responsabilités pour soutenir ma famille. J’ai abandonné la deuxième année pour pouvoir m’occuper de mon frère et de mes sœurs plus jeunes. À 10 ans, j’ai aidé mes parents comme ouvrier agricole en coupant des cannes à sucre et des fruits de palmier pour compléter les revenus de la famille. »

Les parents de Von Vorn reconnaissent le sacrifice qu’elle a fait pour que ses jeunes frères et sœurs puissent poursuivre leurs études. Aujourd’hui, son plus jeune frère est le le premier de la famille à avoir terminé sa 12e année

L’industrie de l’habillement est le plus grand employeur de femmes au Cambodge, où plus de 80 % des travailleurs sont des femmes, principalement issues des zones rurales.

Au Cambodge, pour de nombreuses femmes ayant un faible niveau de compétences et d’éducation comme Von Vorn, l’industrie de l’habillement reste la première destination pour obtenir un emploi formel offrant un revenu régulier.

Les femmes représentent près des quatre cinquièmes de la main-d’œuvre du secteur de l’habillement, et sont souvent originaires des zones rurales — plus de 80 % des ménages dont au moins un membre de la famille travaille dans l’industrie de l’habillement, du textile et de la chaussure sont situés dans les zones rurales du Cambodge.

Von Vorn a d’abord commencé à travailler dans une usine de vêtements de sa province en 2014, avant de déménager à Phnom Penh pour rejoindre Olive Factory en 2016. Début 2020, lorsque la direction a annoncé pour la première fois le lancement de FLP-SkillsFuture dans son usine, elle a été ravie. C’était l’occasion pour elle de terminer ses études primaires.

« J’ai appelé ma mère le jour où les cours ont été annoncés. Elle a convenu que c’était une grande opportunité pour moi et a soutenu ma décision de rejoindre le programme. »

En tant que jeune mère, Von Vorn avait d’autres considérations à prendre en compte — si le fait de prendre une heure par semaine pendant les heures de travail allait réduire son salaire.

Heureusement, pour Von Vorn, la direction d’Olive Factory s’est engagée à soutenir ses travailleurs pour qu’ils rejoignent le programme et travaille avec les superviseurs de ligne pour minimiser les perturbations de la production et des autres travailleurs. L'usine continue de payer les salaires et les avantages sociaux à tous les travailleurs qui suivent les cours hebdomadaires d’une heure de FLP-SkillsFuture.

« Je me sens très chanceuse d’avoir reçu autant de soutien de la part de tout le monde — mon professeur, d’autres collègues qui assistent aux cours avec moi, et mon superviseur qui a soutenu ma décision de rejoindre le programme. Mon professeur utilisait Facebook Messenger et Telegram pour nous soutenir et partager différents matériels et ressources d’apprentissage. »

Après avoir suivi le programme FLP-SkillsFuture, Von Vorn partage désormais son expérience pour encourager d’autres collègues à rejoindre le programme.

Von Vorn avait l’impression de déranger les autres, car elle devait auparavant compter sur leur aide pour lui lire des SMS.

À présent qu’elle sait lire et écrire en khmer après avoir rejoint FLP-SkillsFuture, elle se sent plus sûre d’elle et peut participer activement aux conversations et aux discussions — un avantage fondamental pour entrer en contact avec d’autres personnes.

« Avant, je me sentais inférieure parce que je ne savais pas lire. Maintenant, je suis vraiment fière de moi, car je sais lire et écrire. Je peux ainsi lire les nouvelles sur Facebook et Telegram. »

De retour à la chaîne de production, Von Vorn estime également que les compétences en lecture, écriture et calcul qu’elle a acquises lui ont permis de s’améliorer au travail. L’une des principales différences est qu’elle est désormais capable de lire et de mieux comprendre les instructions écrites sur la façon de faire fonctionner les différentes machines de la section de découpe. Elle fait maintenant moins d’erreurs et peut communiquer plus efficacement avec son superviseur et ses collègues.

« Maintenant, je peux lire les étiquettes et comprendre les différents types de tissus. Je comprends les mesures, donc je sais exactement quelle est la longueur des rouleaux de tissu avec lesquels je travaille. »

Étant l’une des premières travailleuses à avoir suivi le programme FLP-SkillsFuture, Von Vorn partage maintenant son parcours d’alphabétisation avec ses collègues. Elle s’entretient avec ceux qui sont analphabètes ou qui ont un faible niveau et les encourage à rejoindre FLP-SkillsFuture.

« Comme moi au départ, ils craignent que leur salaire ne soit déduit s’ils s’inscrivent aux cours d’alphabétisation. En leur parlant et en partageant mon expérience, je les aide à comprendre qu’ils continueront à recevoir leur salaire même s’ils prennent une heure de pause pour rejoindre les cours d’alphabétisation. »

 

Le programme d’alphabétisation en usine (FLP-SkillsFuture) fait partie de la deuxième phase du programme Emploi décent pour les jeunes au Cambodge (DEY), un programme conjoint des Nations unies soutenu par la Direction du développement et de la coopération suisse et l’UNESCO, en synergie avec le programme CapED (Capacity Development for Education) de l’UNESCO. Depuis son lancement, plus de 2 500 travailleurs (dont 95 % de femmes) ont bénéficié du programme.

Texte et photographies UNESCO

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône