Agriculture : Les exportations animales augmentent globalement de 40 % pour atteindre 66 millions de

Le Cambodge a engrangé 66,13 millions de dollars de l’exportation d’animaux adultes vivants et de produits d’origine animale en 2021, soit une hausse de 40,1 % par rapport aux 47,18 millions de dollars de l’année précédente, rapporte la Direction générale de la santé et de la production animales.

Les exportations de bovins, de porcs et de singes adultes vivants s’élèvent respectivement à près de quatre millions de dollars (en baisse de plus de 50 % par rapport à l’année précédente), 470 000 dollars (+260 %) et plus de 20 millions de dollars (-2 %). Photo Hong Menea
Les exportations de bovins, de porcs et de singes adultes vivants s’élèvent respectivement à près de quatre millions de dollars (en baisse de plus de 50 % par rapport à l’année précédente), 470 000 dollars (+260 %) et plus de 20 millions de dollars (-2 %). Photo Hong Menea

Les bovins, les porcs et les singes adultes vivants représentaient respectivement près de quatre millions de dollars (en baisse de plus de 50 % sur un an), 470 000 dollars (+ 260 %) et plus de 20 millions de dollars (— 2 %).

Les peaux de bovins séchées et humides ont atteint plus de trois millions de dollars (en hausse de 100 % par rapport à l’année précédente) et près de 40 000 dollars (-93 %), indique la direction, une unité relevant du ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

Les peaux de porc séchées, le lait, les aliments pour chiens et les plumes de canard se sont élevés à plus de 300 000 dollars (en hausse de 100 % sur un an), à près de 500 000 dollars (+ 100 %), à plus de 37 millions de dollars (+ de 100 %) et à plus de 180 000 dollars (+ 336 %).

Le chef de la Direction générale de la santé et de la production animales, Tan Phannara, a expliqué que le bond global des exportations d’animaux indiquait clairement que le Cambodge avait réussi à assurer un approvisionnement national adéquat en viande, malgré les turbulences du Covid.

Il a déclaré au Post que le Cambodge était désormais en mesure de répondre à 100 % de la demande intérieure de porc — contre environ 87 % avant la crise du Covid-19 — et qu’il n’avait pas importé de porcs vivants de Thaïlande au cours des deux derniers mois.

« Le Cambodge étant en mesure de fournir suffisamment de porc pour la consommation intérieure, nous avons suspendu les importations pendant plus de deux mois, car en importer davantage alors que nous en avons suffisamment saturerait le marché, créant une forte concurrence et affectant l’élevage local », a déclaré M. Phannara.

Cependant, la peste porcine africaine (PPA) reste une préoccupation pour les éleveurs de porcs nationaux, bien que le ministère de l’Agriculture ait réussi à contrôler cette maladie virale, a-t-il précisé. Il a également expliqué qu’il n’existait actuellement aucun vaccin ou traitement approuvé contre la PPA, et que la maladie restait répandue dans les pays voisins.

La direction affirme que le royaume maîtrise la PPA à près de 100 % et affirme collaborer avec les associations locales d’agriculteurs et les grandes exploitations pour pulvériser régulièrement des désinfectants et maintenir les normes de biosécurité.

Le directeur de la Cambodia Livestock Raisers Association (CLRA), Srun Pov, a noté qu’un excédent de porc, de bœuf et de poulet est apparu, entraînant une baisse des prix des porcs et des poulets vivants, bien que les prix des bovins aient légèrement augmenté. Il a déclaré que la CLRA avait organisé de nombreuses réunions pour appeler les éleveurs à adhérer, afin que l’association puisse fournir des informations plus précieuses sur le marché et des directives plus claires sur la manière d’élever le bétail, pour éviter les périls les plus courants aujourd’hui.

À propos de la chute vertigineuse de plus de 50 % des exportations de bovins adultes vivants l’année dernière, M. Pov a expliqué que les Cambodgiens consommaient davantage de bœuf et moins de porc et de poulet, ce qui a entraîné une hausse de la demande et des prix.

Mais la raison la plus grave de cette baisse des exportations est l’apparition d’une épidémie de dermatose nodulaire, qui a entraîné des pertes économiques importantes, a-t-il ajouté.

La valeur brute de la production du secteur de l’élevage cambodgien a atteint 5 100 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation de six % par rapport aux 4,813 milliards de dollars de l’année précédente, précise la direction dans un rapport préliminaire.

Hom Phanet avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône