top of page
Ancre 1

Agir sur le changement climatique, essentiel pour que le Cambodge atteigne ses objectifs...

« Agir sur le changement climatique est essentiel pour que le Cambodge atteigne ses objectifs de développement ». Selon la Banque Mondiale (BM), les impacts climatiques pourraient avoir d’autres répercussions sur l’économie s’ils ne sont pas pris en compte.

Phnom Penh. Photo CG
Phnom Penh. Photo CG

Selon le Rapport sur le climat et le développement du Cambodge (CCDR), publié par la Banque mondiale, le Cambodge pourrait atteindre ses objectifs de développement et lutter contre le changement climatique en prenant des mesures résumées par les « trois R » : réduire l’exposition et la vulnérabilité au changement climatique ; réaligner la trajectoire de ses émissions ; et réorienter son économie pour saisir les nouvelles opportunités offertes par une transition verte mondiale,

Le Cambodge est déjà fortement touché par le changement climatique, ce qui se traduit par un besoin urgent de s’adapter à ses effets déjà visibles. La variabilité accrue des régimes pluviométriques entraîne des sécheresses plus fréquentes et des inondations plus fréquentes mais aussi plus intenses.

En 2015-2016, une grave sécheresse a touché 18 des 25 provinces et plus de 2,5 millions de personnes. Les pertes de production de riz causées par les sécheresses associées à l’El Niño de 2019 ont été estimées à 100 millions de dollars. En septembre 2022, les précipitations les plus importantes depuis trois ans ont provoqué de graves inondations dans 14 provinces, affectant quelque 85 000 ménages et provoquant des glissements de terrain qui ont entraîné l’évacuation de 5 000 ménages.

Les projections climatiques suggèrent que le risque d’inondation et le stress thermique s’aggraveront au Cambodge. Sans mesures d’adaptation et d’atténuation appropriées, le changement climatique pourrait coûter jusqu’à 9 % du PIB du Cambodge d’ici à 2050, tout en augmentant le taux de pauvreté de 6 points d’ici à 2040, souligne le rapport.

Ce rapport est le dernier d’une série d’études analytiques de base de la Banque mondiale qui intègrent les considérations relatives au changement climatique et au développement et offrent aux gouvernements clients des recommandations pour éradiquer la pauvreté sur une planète vivable.

« Le Cambodge est fortement exposé aux effets du changement climatique, en particulier à la fréquence et à l’intensité accrues des inondations », a déclaré Manuela V. Ferro, vice-présidente de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique.

« Afin de récupérer le terrain perdu à cause de la pandémie et des prix élevés de l’alimentation et de l’énergie, le Cambodge doit maintenir une croissance élevée, tout en s’attaquant aux impacts du changement climatique sur l’économie et en réduisant l’intensité de ses émissions de carbone. »

Le Cambodge a généré une croissance économique rapide de 7,1 % en moyenne entre 1995 et 2021, réduisant de moitié le pourcentage de personnes vivant sous le seuil de pauvreté entre 2009 et 2019, et augmentant l’espérance de vie de 57 en 1998 à 71 en 2018. Le pays s’est fixé l’objectif ambitieux de poursuivre la transformation de son économie et d’atteindre le statut de pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d’ici à 2030.

Malgré sa réussite, le Cambodge doit, pour maintenir une croissance forte, surmonter des contraintes structurelles telles que les barrières réglementaires liées au commerce, l’insuffisance des infrastructures liées au commerce, la faiblesse de l’investissement intérieur, la baisse des investissements publics en capital et la croissance rapide de la dette privée.

L’économie cambodgienne est concentrée en termes d’exportations, de marchés, de secteurs et de sources de financement, ce qui la rend très vulnérable aux chocs extérieurs. La diversification de sa base d’exportation, l’amélioration de l’environnement favorable au secteur privé, la résolution des problèmes liés aux faibles résultats en matière d’éducation et de santé et l’amélioration des infrastructures essentielles sont essentielles à une croissance et à un développement durables et inclusifs.

Dans le même temps, les impacts climatiques posent des risques significatifs pour le pays et sa population et sont susceptibles d’exacerber les défis du développement. Les inondations devraient accroître les pertes subies par les usines, les routes, les logements et les écoles et perturber les services essentiels et les chaînes d’approvisionnement.

Le changement climatique devrait faire baisser les rendements des cultures de base et des pêcheries, ce qui pose des problèmes de sécurité alimentaire et de nutrition. Des températures plus élevées et des précipitations plus extrêmes ont un impact négatif sur la santé et sont associées à une prévalence accrue des maladies.

Les modes de développement récents ont aggravé l’exposition au climat. Le Cambodge a l’un des taux de déforestation les plus élevés au monde. Les récents modèles de développement urbain ont placé de plus en plus de nouveaux résidents urbains dans des zones sujettes aux inondations. Bien qu’historiquement peu émetteur de gaz à effet de serre, le Cambodge a le taux de croissance des émissions le plus rapide d’Asie du Sud-Est et l’un des taux d’intensité carbone les plus élevés - une mesure de la quantité de carbone émise par unité de PIB - parmi ses pairs.

Toutefois, les mesures prises par le gouvernement et le secteur privé peuvent réduire les effets négatifs du changement climatique, et le rapport identifie des recommandations et des priorités pour une action immédiate. Par exemple, l’adaptation menée par le gouvernement pourrait inclure l’amélioration de la résistance au climat des réseaux routiers existants et l’augmentation des normes de résistance, en particulier pour les infrastructures de santé et d’éducation. Les actions privées pourraient inclure des investissements dans des systèmes de refroidissement à haut rendement énergétique et des bâtiments résistants aux inondations.

« Assurer une croissance économique durable et répondre aux exigences du changement climatique sont des défis interdépendants pour le Cambodge », a déclaré Mariam Sherman, directrice de la Banque mondiale pour le Myanmar, le Cambodge et la République démocratique populaire lao, ajoutant :

« L’accroissement de la compétitivité économique, le développement du capital humain et l’investissement dans la résilience climatique profiteront à tous les Cambodgiens. »

Le Cambodge s’est engagé à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Pour atteindre cet objectif ambitieux, il faudra rapidement inverser le processus de déforestation et orienter les secteurs de l’énergie, des transports et de l’industrie vers une croissance à plus faible intensité de carbone. Ces mesures peuvent être prises sans compromettre les résultats en matière de développement, ajoute le rapport.

Le secteur privé cambodgien pourrait tirer des avantages économiques de la transition de l’économie mondiale vers une économie à faibles émissions de carbone en saisissant les nouvelles opportunités d’exportation et d’emploi offertes par la demande croissante de biens et de services à faibles émissions de carbone. L’abaissement des obstacles au commerce et à l’investissement pourrait améliorer l’environnement des entreprises et stimuler la compétitivité dans ces domaines.

La baisse rapide des coûts des technologies d’énergie propre dans le monde, y compris l’énergie solaire, offre d’autres possibilités au Cambodge. La part de l’énergie solaire dans la capacité de production d’électricité installée au Cambodge a fortement augmenté, passant de près de zéro en 2016 à 12,5 % en 2021.

Les coûts de l’énergie solaire au Cambodge devraient continuer à baisser, ce qui en fait une option intéressante pour répondre aux besoins énergétiques du pays.

Source : Communiqué BM

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page