top of page
Ancre 1

12e Festival International du Film au Cambodge : La dernière vague et au-delà...

Le critique de cinéma australien Richard Kuipers, connu pour son travail à Variety et en tant que programmateur de la section Freak Me Out au Festival du film de Sydney, est revenu au Festival International du Film au Cambodge pour présenter une sélection de films australiens captivants pour 2023.

« La dernière vague », réalisé par Peter Weir en 1977
« La dernière vague », réalisé par Peter Weir en 1977

L’un des films à l’affiche du festival est « The Last Wave », un remarquable thriller australien réalisé par le célèbre cinéaste Peter Weir en 1977. Cette projection s’inscrit dans le cadre du partenariat étroit entre le Festival international du film du Cambodge et l’ambassade d’Australie au Cambodge. Outre « The Last Wave », deux autres films fantastiques australiens, « Next of Kin » (1982) et « Undead » (2003), seront également présentés au festival.

La dernière vague 

« La dernière vague » plonge dans les traditions et les croyances des aborigènes australiens, explorant « le rêve » ou « le temps du rêve », un ancien royaume où des êtres mythiques ont façonné le monde physique et les humains. Le film suit l’histoire d’un avocat dont les rencontres avec un groupe d’hommes aborigènes remettent en question sa compréhension de la loi et sa place dans le monde. Réalisé par Peter Weir, connu pour son film de renommée internationale « Picnic at Hanging Rock » (1975), « La dernière vague » a joué un rôle essentiel dans la relance de l’industrie cinématographique australienne dans les années 1970.

Peter Weir, considéré comme l’un des plus grands cinéastes australiens, a une filmographie distinguée qui comprend des œuvres telles que « Gallipoli » (1981), « Witness » (1985), « Dead Poets Society » (1989), « The Truman Show » (1998) et « Master and Commander: The Far Side of the World » (2003). « La dernière vague » met en vedette Richard Chamberlain et Olivia Hamnett, qui offrent des performances exceptionnelles qui captivent le public.

« La dernière vague », réalisé par Peter Weir en 1977
« La dernière vague », réalisé par Peter Weir en 1977

La voix indigène de l’Australie

L’acteur aborigène David Gulpilil, qui joue le rôle de Chris Lee, vole la vedette dans ce film. David Gulpilil, remarquable danseur, acteur, écrivain et peintre yolngu, a fait ses premiers pas dans l’industrie cinématographique lorsqu’il a été découvert à l’adolescence, en 1969. C’est dans le classique de l’arrière-pays « Walkabout » qu’il a joué son rôle décisif et qu’il a démontré son talent exceptionnel. L’illustre carrière de Gulpilil s’est poursuivie avec des films remarquables tels que « Storm Boy », « The Tracker » et « Rabbit-Proof Fence ».

En 2015, il a reçu le prestigieux prix du meilleur acteur au Festival de Cannes pour sa remarquable performance dans « Charlie’s Country ». Largement considéré comme l’un des plus grands acteurs australiens de tous les temps, Gulpilil a apporté une contribution exceptionnelle à l’industrie cinématographique.

Richard Kuipers souligne l’importance de consulter les communautés indigènes lorsqu’il s’agit de raconter des histoires sur des thèmes qui leur sont propres. Il reconnaît que cette pratique est devenue courante, voire essentielle, dans le cinéma moderne. Cependant, Richard Kuipers souligne que ce n’était pas le cas dans les années 1970. Il reconnaît que Peter Weir, le réalisateur de « La dernière vague », et ses collègues scénaristes ont brisé la norme en impliquant David Gulpilil et d’autres acteurs autochtones dans le processus créatif. En intégrant leurs réponses et leurs points de vue dans le scénario, Weir et son équipe ont garanti l’authenticité et l’intégrité du film. Cette collaboration ajoute de la profondeur et de la vérité au récit, ce qui permet à « La dernière vague » de se démarquer de ses contemporains.

Ces efforts pour impliquer les voix indigènes dans la narration contribuent à une représentation plus inclusive et plus respectueuse des diverses cultures à l’écran. Ils témoignent d’une compréhension croissante de l’importance de la consultation et de la collaboration culturelles dans la création de représentations significatives et précises. Grâce à ces pratiques progressistes, les cinéastes s’efforcent d’honorer le riche héritage et les traditions des communautés autochtones tout en captivant le public avec des récits captivants.

La participation de David Gulpilil à « La dernière vague » et ses réalisations ultérieures dans l’industrie cinématographique témoignent de l’extraordinaire talent et des contributions culturelles des acteurs indigènes. Leur présence enrichit non seulement le paysage cinématographique, mais favorise également une meilleure appréciation et une meilleure compréhension des cultures indigènes parmi les spectateurs du monde entier.

« Next of Kin » de Tony Williams (1982)
« Next of Kin » de Tony Williams (1982)

Histoires de suspense

« Next of Kin », réalisé par le cinéaste néo-zélandais Tony Williams, est un autre film fantastique australien fascinant qui sera présenté au festival. Souvent comparé au classique de l’horreur « The Shining » de Stanley Kubrick, « Next of Kin » tisse une histoire de suspense et de mystère qui se déroule dans un manoir hanté. Avec sa musique palpitante de Klaus Schulze et le style cinématographique distinct de Williams, le film offre une expérience cinématographique intrigante.

Undead, le premier film écrit, produit et réalisé par les frères australiens Michael et Peter Spierig, vient s’ajouter à la programmation du festival. Ce film imaginatif et humoristique sur l’apocalypse zombie illustre l’esprit créatif du cinéma australien. Avec son mélange unique de science-fiction et d’horreur, « Undead » a gagné une reconnaissance internationale et est devenu un film de minuit très apprécié.

« Undead » par Michael & Peter Spierig (2003)
« Undead » par Michael & Peter Spierig (2003)

Le soutien de l’ambassade d’Australie à cette collaboration souligne son engagement à favoriser les échanges culturels et à promouvoir l’art cinématographique. Grâce au langage universel du cinéma, le festival crée des opportunités de compréhension, d’amitié et de collaboration entre l’Australie et le Cambodge.

Le Festival international du film au Cambodge offre au public du pays une plateforme pour explorer la diversité des films et des récits australiens. Ces films reflètent le talent et la créativité qui fleurissent dans l’industrie cinématographique australienne.

Alors, rejoignez-nous au Festival international du film du Cambodge et laissez ces films vous transporter dans des traditions anciennes, des décors mystérieux et des mondes palpitants. Découvrez le pouvoir de transformation du cinéma et sa capacité à transcender les frontières, à relier les cultures et à laisser un impact durable.

THE LAST WAVE 1er juin 18h LEGEND OLYMPIA GIANT HALL 1

NEXT OF KIN 3 juin 6:30 pm LEGEND OLYMPIA GIANT HALL 1

UNDEAD 2 juin 8:05 pm LEGEND CINEMA EDEN HALL 6

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page