Éducation : Les dégâts alarmants de la pandémie sur l’enseignement au Cambodge

Le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports (MEJS)) a révélé de récentes études plutôt alarmantes sur la perte des acquis scolaires subie par les élèves cambodgiens pendant la pandémie.

Selon le communiqué du ministère, ces résultats sont issus de la dernière évaluation nationale de l'apprentissage en 6e année réalisée par le Ministère en novembre 2021 et annoncée en mars 2022 après une analyse détaillée.

Le département d'assurance qualité de l'éducation (EQAD) du ministère a évalué plus de 6 000 élèves dans 230 écoles à travers le Cambodge et a constaté que les enfants avaient pris du retard dans leur apprentissage pendant la pandémie.

«Par rapport à la dernière évaluation équivalente de l'apprentissage en 2016, le pourcentage d'élèves qui n'ont pas réussi à démontrer une compétence de base a augmenté de 34 à 45 % en langue khmère et de 49 à 74 % en mathématiques », révèle l’enquête.

Les écoles du Cambodge ont été fermées pendant 250 jours en 2020 et 2021, soit l'équivalent de près de deux tiers des deux années scolaires. Les résultats de l'évaluation de l'apprentissage révèlent que, bien que tous les élèves aient subi une perte d'apprentissage après ces fermetures, l'impact n'était pas uniformément réparti :

Les garçons ont perdu davantage de connaissances et ont obtenu de moins bons résultats aux tests : 55 % des garçons ont été évalués comme ne satisfaisant pas aux compétences de base en langue khmère en 2021, contre 34 % des filles.

L'évaluation a été menée par le MEJS et soutenue par l'UNICEF et d'autres partenaires du Fonds de partenariat pour le développement des capacités (FPDC), notamment l'Union européenne (UE), l'Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI), l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) et le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE).

D'autres résultats indiquent que si les écoles urbaines ont obtenu de meilleurs résultats que les écoles rurales tant en 2016 qu'en 2021, elles ont également connu des niveaux plus sévères de perte d'apprentissage.

Il existe également une différence marquée dans la gravité de la perte dans les deux matières principales que sont les mathématiques et la langue khmère. Les résultats en mathématiques étaient considérablement plus mauvais que ceux en khmer.

« Ces résultats sont inquiétants », a déclaré S.E. Hang Chuon Naron, ministre du MEJS.

« Nous avons travaillé dur avec tous nos partenaires pour mettre en place des mesures d'apprentissage à distance pour les étudiants lorsque les écoles étaient fermées pendant la pandémie. Les études ont montré que ces mesures ont contribué à maintenir l'apprentissage pour beaucoup, mais les résultats de l'évaluation confirment que ces activités ne pouvaient tout simplement pas suffire à compenser tout ce que perdent les enfants lorsqu'ils n'apprennent pas dans une salle de classe. Il est maintenant temps pour nous tous d'essayer d'aider les enfants cambodgiens à rattraper l'apprentissage qu'ils ont perdu, un processus qui a commencé mais qui doit maintenant être accéléré avec le soutien de chaque partenaire du secteur de l'éducation.»

À la suite de ces conclusions, le ministère de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports a organisé une réunion du groupe de travail technique avec tous ses partenaires du secteur de l'éducation afin de trouver une solution.

Le ministère avait déjà pris certaines mesures stratégiques comme l'obligation de dispenser des cours de rattrapage dès la réouverture des écoles, mais le groupe de travail a convenu que ces mesures devaient être étendues et renforcées pour aider les élèves à rattraper leur retard, en ciblant davantage les plus défavorisés qui ont subi les plus grandes pertes d'apprentissage.

L'UNICEF a collaboré avec des partenaires tels que le Ministère de l'éducation, de la jeunesse et des sports, KAPE (Kampuchea Action to Promote Education), VVOB et le Partenariat mondial pour l'éducation (GPE) afin de produire un ensemble de ressources imprimées et hors ligne pour soutenir le rattrapage. Deux mille enseignants ont été formés à l'utilisation de ces ressources, mais d'autres enseignants doivent être formés.

« Au niveau mondial, la perte d'apprentissage est perçue comme l'une des conséquences les plus néfastes de la pandémie, mais le Cambodge est l'un des rares pays à avoir prouvé son ampleur à l'aide de données concrètes. »

« Je voudrais saluer l'étape importante franchie par le Ministère de l'éducation et de la formation pour présenter ces preuves importantes afin d'informer et de guider les politiques et les actions nécessaires pour inverser cette tendance », a déclaré Mme Foroogh Foyouzat, représentante de l'UNICEF au Cambodge.

Elle ajoute : « Il s'agit notamment d'intensifier l'offre, la durée et l'efficacité de l'apprentissage correctif. Les élèves doivent bénéficier d'un soutien individuel lorsque cela est nécessaire pour les aider à rattraper leur retard scolaire. Nous devons également investir davantage dans l'enseignement des mathématiques et de l'alphabétisation en khmer dans les premières années d'école. Les jeunes élèves ont besoin d'une base solide dans ces matières fondamentales pour obtenir de meilleurs résultats dans les classes supérieures. À l'UNICEF, nous nous engageons à faire tous les efforts possibles avec tous nos partenaires pour y parvenir.»

Source : MEJS

Illustrations AKP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône