Économie : Le Japon cherche à investir dans la production de soie au Cambodge

Une société japonaise déclare être intéressée par un investissement dans la production de soie au Cambodge pour alimenter les secteurs du textile et des cosmétiques.

Travail de la soie. Image Chiara Albate
Travail de la soie. Image Chiara Albate

Cet intérêt a été souligné lors de la visite d’une délégation de la société japonaise iL BRiLLE conduite par S.E. Fumiaki Takahashi, président de l’Association Japon-Cambodge et ancien ambassadeur du Japon au Cambodge.

Lors de cette rencontre avec S.E. Veng Sakhon, ministre de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, M. Kazunori Kato, PDG d’iL BRiLLE, a déclaré : « Compte tenu du potentiel offert par le Cambodge, la société investira dans la production de soie pour le secteur textile et transformera les produits en soie en protéines pour le secteur cosmétique, en créant le groupe de travail Cambodia Golden Silk (CGS) »

Le projet CGS apportera de nombreux avantages : augmentation des revenus des tisseurs de soie ruraux, valorisation de la production de soie, création d’un centre de reproduction et d’éclosion des vers à soie et demande d’inscription de la soie khmère au patrimoine mondial de l’UNESCO, a-t-il ajouté.

Vers à soie
Vers à soie

De son côté, S.E. Veng Sakhon a fermement soutenu le projet d’investissement, soulignant qu’il permettra de restaurer et de promouvoir la production de soie khmère, de réduire les importations, de créer des emplois et d’apporter une valeur ajoutée à la soie cambodgienne.

En outre, a-t-il ajouté, « il permettra non seulement d’assurer la durabilité de l’artisanat du tissage de la soie, mais aussi de renforcer cette tradition cambodgienne ».

AKP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône