top of page
Ancre 1

Phnom Penh & Exposition collective : « Pray for Prey » encourage l'harmonie avec la nature

Un arbre à quatre troncs est enveloppé d'une hache, chacune de ses branches brûle. En réalité, l'arbre est un animal, un cerf, conçu par un artiste qui souhaite illustrer le danger que courent les animaux en raison des catastrophes environnementales.

Une œuvre multimédia de Sao Sreymao, qui utilise des illustrations numériques sur des photographies pour commenter l'utilisation durable des matériaux naturels. Photo fournie
Une œuvre multimédia de Sao Sreymao, qui utilise des illustrations numériques sur des photographies pour commenter l'utilisation durable des matériaux naturels. Photo fournie

Dans une prochaine exposition, plus de vingt artistes locaux et internationaux veulent partager le concept de la vie en harmonie avec la nature. « Pray For Prey » présentera des œuvres de photographes, de membres d'ONG, d'étudiants, de représentants de communautés autochtones et de journalistes.

Elle s'inscrit dans le cadre de la grande exposition « Show Me Your Tree du Pulitzer Center », qui fait suite à l'exposition « Our Roots Our Forest », présentée au Bangkok Arts and Cultural Centre en novembre 2021.

« Ce programme de sensibilisation a pour but d'intéresser un public plus large à des sujets environnementaux cruciaux à notre époque de crise mondiale du climat et de la biodiversité, en utilisant l'art et l'information pour rapprocher les gens de la nature tout en célébrant le travail accompli pour la protéger », explique l'organisateur, Miguel Jeronimo.

« Pray for Prey consiste en un voyage qui va des images d'un passé de nature intacte, au conflit actuel et, enfin, aux solutions pour l'avenir. L'utilisation du mot Prey, qui symbolise à la fois la forêt en khmer et la victime en anglais, vient de l'idée que la protection de la nature est étroitement liée à la spiritualité et au respect de notre foyer sur cette terre », précise M. Jeronimo, ajoutant :

« L'art représente les personnes sur le terrain qui défendent les arbres contre les problèmes auxquels ils sont actuellement confrontés, afin de rétablir l'harmonie entre l'humanité et la nature, dont nous avons tous besoin pour survivre en tant qu'espèce et en tant que planète prospère.»

Selon ce photographe et artiste basé à Phnom Penh qui vit et travaille au Cambodge depuis plusieurs années, «l'Asie du Sud-Est souffre de l'un des taux de déforestation les plus élevés au monde ».

« Chaque arbre abattu porte une histoire, un souvenir qui se perd, ainsi qu'une source perdue d'abri et de subsistance pour les animaux et les humains. Cette collection capture à la fois les défis de la préservation de nos forêts et les actions prises par des communautés autonomes pour les conserver dans la lutte pour sécuriser notre écosystème et notre biodiversité », dit-il.

Des journalistes environnementaux aux photographes défenseurs de l'environnement, des artistes accomplis aux étudiants, les exposants espèrent que ces œuvres expriment des récits enracinés dans les forêts dont ils ont besoin pour survivre.

Une illustration qui montre les défis auxquels la faune sauvage est confrontée. Dahlia Phirun
Une illustration qui montre les défis auxquels la faune sauvage est confrontée. Dahlia Phirun

L'organisateur explique que, prises ensemble, ces œuvres représentent de petites actions menées par des communautés forestières, des organisations de la société civile, des artistes et des militants suffisamment courageux pour défendre la planète. Il ajoute que l'objectif de l'événement est de faire prendre conscience de l'importance des forêts dans la lutte contre le changement climatique et de la nécessité de la biodiversité pour la survie des populations.

« L'exposition vise à rapprocher les jeunes Cambodgiens de la nature et à les aider à apprécier l'habitat naturel et le patrimoine incroyablement riches du Royaume », dit-il, précisant :

« Il s'agit d'honorer les espèces en voie de disparition telles que l'ibis géant et le kouprey, de célébrer les personnes qui, sur le terrain, travaillent à la protection de la forêt - des gardes forestiers qui détruisent les pièges et protègent la jungle des braconniers, aux communautés indigènes qui vivent et protègent leur foyer depuis des générations ».

« Cette exposition présente des œuvres d'art qui portent la beauté de la nature cambodgienne", affirme Jeronimo, qui a déjà organisé plusieurs expositions consacrées aux questions environnementales.

L'exposition comprend des photos, des dessins, des peintures, des vidéos, des sculptures, des images générées par IA, des multimédias, des illustrations et bien d'autres choses encore, provenant de nombreux artistes cambodgiens et internationaux qui partagent tous une passion pour l'environnement.

Des photographies d'Andy Ball, Jeronimo, Jeremy Holden, Roun Ry, Vincent Romera, Yann Bignat et Sar Senkethya figureront dans l'exposition, ainsi que des peintures de Chea Sereyroth - qui peint sur des nattes naturelles khmères - Hour Seyha du collectif artistique Romcheik5, Tamara Venn et Dahlia Phirun.

Phina So a écrit des poèmes pour l'occasion, et des œuvres mixtes et multimédias seront exposées par Emilie Languedoc, Repot Derm, Sean Gallagher et Roma Garzonio.

En outre, des illustrations de Janice Seng, Sam Daro, Sao Sreymao, un livre illustré et des cartes à jouer éducatives d'Udam Pen/Penkuro, Samia Singh, Techit et Monorom seront exposés, en coopération avec le programme de résidence en design DoorToAsia et la communauté Kuy de Kompong Thom.

L'exposition proposera également à la vente des boîtes de mélange de sésame. Les ventes de ces boîtes, disponibles en trois saveurs, permettront à 500 familles Kuy d'acheter un demi-hectare de terre.

« Ils ont du mal à trouver des fonds en ce moment et leur centre communautaire ainsi que notre stabilité financière sont en danger », déclare Jeronimo, citant la communauté Kuy.

« Grâce à votre contribution, ils pourront conserver leur centre communautaire pour l'éducation des enfants, les programmes culturels et traditionnels, le tourisme et le développement économique », conclut-il.

L'exposition, qui se tient à F3 Friends Futures Factory, dans la rue 13 de Phnom Penh, ouvre ses portes le 14 janvier 2023 et se poursuit jusqu'au 4 février.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page