Phnom Penh & Exposition : 170 ans de photographies exceptionnelles sur le Royaume

Depuis l’arrivée des Français il y a environ 170 ans, d’innombrables livres sur l’histoire du Cambodge ont été écrits. Le collectionneur australien Nicholas Coffill estime que la plupart de ces ouvrages manquent d’illustrations susceptibles de séduire le lecteur.

« Photographie au Cambodge : de 1866 à nos jours »
« Photographie au Cambodge : de 1866 à nos jours »

Meta House présente une exposition, dont il est le commissaire, intitulée « Photographie au Cambodge : de 1866 à nos jours ». Les œuvres exposées vont d’illustrations datant de l’arrivée des Français dans les années 1860 à ces dernières décennies.

« Je viens d’un milieu de théâtre et de galerie. Pour moi, les photos et les images sont vraiment utiles pour raconter des histoires et aider les gens à comprendre les textes », dit-il.

« C’est la première fois que la Meta House présente un tel éventail d’images. Cela documente vraiment l’histoire moderne du Royaume. De nombreux jeunes Cambodgiens s’intéressent à la photographie comme passe-temps. Ici, ils peuvent apprendre quelque chose non seulement sur l’histoire de leur pays, mais aussi sur l’histoire de la photographie », confie Nicolaus Mesterharm, directeur du centre Goethe de Meta House à Phnom Penh.

« Photographie au Cambodge : de 1866 à nos jours »
« Photographie au Cambodge : de 1866 à nos jours »

Pour Coffill, il y a de grandes expositions de photographes contemporains dans les galeries du Cambodge, et parfois les musées ou les hôtels exposent les œuvres d’un photographe particulier, mais peu d’entre elles couvrent 170 ans de photographie au Cambodge. Il explique que si de nombreuses images appartiennent à des musées à l’étranger, cette exposition s’est principalement appuyée sur des collections privées disponibles ici au Cambodge, et c’est la première exposition à couvrir autant d’années.

Le Cambodge a deux histoires parallèles, dit-il. La première est le flux constant d’aventuriers et de diplomates, de rois et de rebelles, d’archéologues et d’artistes attirés par les magnifiques ruines d’Angkor. L’autre est celle de la formation d’une nation à travers les luttes acharnées du peuple cambodgien contre le colonialisme, la guerre, la révolution, la famine et, enfin, le long chemin du redressement.

« Il est important de réfléchir à la culture cambodgienne contemporaine à travers les époques des différents rois, des trois républiques, de l’APRONUC et du Cambodge moderne », dit-il.

« Tous les chefs d’État qui se sont rendus dans les temples pour légitimer leur leadership sur le pays - s’y faire photographier avec les temples en arrière-plan, ou y prier montre que le dirigeant a un sens de l’humilité envers la culture cambodgienne, et les gens de tous les jours voient cela comme un acte légitime de leadership pieux », ajoute-t-il.

Coffill a fréquenté le National Institute of Dramatic Art en Australie à l’âge de 17 ans, et a conçu des expositions dans de nombreuses galeries et musées. Il a utilisé trois méthodes pour rassembler les œuvres exposées. Tout d’abord, il a emprunté des photographies aux collections d’amis. Pour obtenir certaines images, il a dû demander la permission à divers musées, galeries et archives du monde entier.

« J’effectuais des recherches en ligne sur leurs collections et lorsque je trouvais une photographie que je trouvais spéciale, je contactais l’institution et demandais la permission de l’utiliser », confie-t-il.

Enfin, il a acheté des images auprès de collectionneurs spécialisés et amateurs. Il a ainsi obtenu des photographies des États-Unis, du Royaume-Uni, de France, du Japon, d’Espagne, d’Australie, du Vietnam et, bien sûr, du Cambodge.

« À l’origine, nous avons construit un spectacle de théâtre intitulé « Snap ! 150 ans de photographie au Cambodge ». C’était dans un théâtre appelé Bambu Stage à Siem Reap. Il a eu beaucoup de succès et a été présenté pendant trois ans », explique-t-il.

Lorsque la pandémie a frappé, le théâtre a fermé, en raison de la baisse du nombre de touristes. Il a eu l’idée de créer un livre comme souvenir permanent de ce spectacle. Le livre, publié au début de cette année, partage son titre avec l’exposition « Photography in Cambodia : 1866 to the present ».

M. Coffill a réussi à faire venir 400 exemplaires dans le Royaume et a réalisé une petite exposition itinérante viendrait compléter le livre.
M. Coffill a réussi à faire venir 400 exemplaires dans le Royaume et a réalisé une petite exposition itinérante viendrait compléter le livre. Photo Java Café

« L'exposition est constituée de moins de 1% des images que j'ai examinées lors de la préparation du livre. J'ai dû passer au crible 36 000 clichés ! Mon rôle était de sélectionner ce qui était significatif dans l'histoire du Cambodge », raconte-t-il.

Ce trésor de près de 500 photographies présente le travail de plus de 100 photographes, dont des pionnières, des photographes cambodgiens et étrangers, ainsi que des personnes décédées peu après l’arrivée des Khmers rouges.

Le livre est divisé en neuf chapitres, chacun correspondant à une période majeure de l'histoire du Cambodge. Cela permet au lecteur de comprendre chaque période sans lire trop de texte. Il s'agit d'un véritable témoignage sur le pays qui utilise la photographie comme moyen de communication. De nombreuses images surprendront les lecteurs.

La plus ancienne photographie exposée a été prise par Emile Gsell vers 1866, et montre la chaussée principale d'Angkor Wat
La plus ancienne photographie exposée a été prise par Emile Gsell vers 1866, et montre la chaussée principale d'Angkor Wat

« Nous avons beaucoup de chance d'avoir la plus ancienne photographie jmais prise au Cambodge. Lorsque Gsell est mort en 1879, plusieurs de ses images ont été renvoyées en France, où des musées en ont conservé un grand nombre en bon état », explique Coffill.

Le photo journaliste cambodgien Hean Rangsey est heureux de voir plusieurs de ses œuvres incluses dans l'exposition : « Je suis très intéressé par cette exposition et je suis reconnaissant aux collectionneurs qui ont préservé ces photos très anciennes. »

Un autre photographe professionnel, Yorn Sovieth, déclare réellement apprécier ses images anciennes : « Les photographies anciennes de l'exposition sont les plus intéressantes pour moi. Elles sont comme toutes les autres antiquités : plus elles sont conservées longtemps, plus elles ont de la valeur ».

Pour M. Coffill la meilleure image de l'exposition est celle prise par un photographe inconnu dans les années 1890, elle montre des marchands ambulants à l'intérieur du Palais royal.

« Ce qui est remarquable, c'est que tout le monde est si détendu et que beaucoup ignorent le photographe. Ceux qui le regardent connaissent manifestement la photographie, car ils lèvent leurs bols de nouilles et leurs verres de thé en guise de salut », dit-il.

En raison de l'espace limité de la galerie, 40 photographies ont été sélectionnées pour être exposées. L'exposition durera cinq semaines, du 11 octobre au 13 novembre, date à laquelle elle ira à Battambang pour le festival des arts de Chamnor.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône