Livre : Rithy Panh et Christophe Bataille, lauréats du prix Marguerite Duras

Rithy Panh et Christophe Bataille sont devenus lauréats du prix Marguerite Duras, pour l’ouvrage La paix avec les morts paru en janvier 2020 aux éditions Grasset. Le prix prestigieux a été remis samedi dernier à la mairie de Trouville-sur-Mer.

À propos, Note de l’éditeur

« Une petite fille nous aborde : Qu’est-ce que vous cherchez ? Elle a un regard joueur et curieux, je lui explique. Ici, il y a des années, sous le régime khmer rouge, c’était un hôpital, et j’ai enterré de très nombreux corps dans des fosses »

« Puis l’eau a englouti ce lieu, et on a bâti des maisons. Elle joue avec un petit bout de bois, un peu gênée : je sais. On dort sur les morts. La nuit, parfois, on les entend parler. J’insiste un peu : mais tu as peur ? Elle sourit : non, on n’a pas peur, on les connaît. »

Le travail de connaissance ne cesse pas

C’est à un voyage hors du commun que nous convient Rithy Panh et Christophe Bataille, huit ans après leur livre L’élimination — un voyage vers l’enfance et vers les rizières où furent tués, par l’idéologie, la faim et la violence, 1,8 millions de Cambodgiens. Le grand cinéaste cherche les lieux où furent enterrés les siens : le tombeau de son père, dans la glaise ; la fosse où furent englouties sa mère et ses sœurs. Mais aussi le grand banian où il s’abrita, désespéré, à treize ans, avec ses bœufs — sur cette colline, les Khmers rouges n’osaient pas s’aventurer.

Rithy Panh et Christophe Bataille roulent à travers le pays, s’arrêtent, parlent avec les bonzes, questionnent les villageoises âgées, grattent la terre et trouvent des ossements, des tissus ensanglantés. L’oubli guette, et la négation. Et Rithy Panh poursuit son chemin, cherchant la paix avec les morts et tissant un rapport unique avec les vivants, qu’il côtoie, victimes, bourreaux, complices, anciens cadres khmers rouges : le travail de connaissance ne cesse pas, à hauteur d’hommes.

D’une conversation écrite avec Noam Chomsky à des échanges avec le père Ponchaud, d’un entretien avec Robert Badinter aux lettres enfantines rangées dans une sacoche de cuir, d’une méditation sur l’idéologie aux visites aux femmes devins, les auteurs nous offrent un grand livre.

Analyse (Montmartin – Babelio)

Selon la tradition cambodgienne, lorsqu’une personne meurt d’une mort violente et sans sépulture, son âme erre, et sa famille à charge de la retrouver et de l’apaiser. Un jour Rithy Panh a pris la route. Il a dit à ses proches qu’il allait retrouver ses parents, ses sœurs, ses frères qu’il allait parler aux morts, s’asseoir à leurs côtés et leur donne un tombeau. En 1975, en quelques heures la ville de Phnom Penh a été vidée de ses deux millions d’habitants. Rithy Panh va donc suivre le chemin des morts et nous raconter leur histoire.

J’aime beaucoup les livres-témoignage qui rendent compte d’une réalité aussi cruelle soit-elle, ici il est question du génocide perpétré par les Khmers rouges au Cambodge.Ce m’a intéressé dans cet ouvrage c’est la méthode utilisée par Rithy Panh pour faire témoigner, des victimes, des survivants, des bourreaux dont le terrible Duch, directeur du camp S21 un camp de torture et d’extermination, Duch qui ne reconnaît rien de ses crimes. On ne ressent aucune haine, simplement la recherche de la paix, d’une sorte de sérénité.

« J’ai apprécié la démarche de l’auteur, mener le combat de la connaissance, échapper aux désirs de vengeance. Mais dire la vérité, même si elle est crue, la vérité doit être dite, ne pas la raconter est un aspect de la négation »

L'insoutenable

Alors Rithy Panh nous raconte l’insoutenable. Les camps d’extermination, les tortures, les cadavres à perte de vue, femmes hommes, enfants, bébés le crâne fracassé, même si c’est cru, la vérité doit être dite. Les interrogatoires et les confessions obtenues à coups de fils électriques et d’os brisé. Organiser la famine, car la faim est un outil de mort. Des corps de partout que les charrues des agriculteurs font ressortir. Les rats qui déterrent les cadavres, tout mort est devenu de l’engrais. Les gens dorment sur des morts. Rithy Panh aborde deux thèmes récurrents des grands crimes contre l’humanité le négationnisme et le rôle des avocats qui défendent les criminels.

« Dès lors qu’un avocat accepte de défendre, il veut gagner. À tout prix. Il n’y a plus de chemin intermédiaire. Je prouverai donc qu’il n’y a pas eu crime. Et si crime il y a eu, mon client n’y est pour rien. Peut-être le témoin a-t-il inventé ? Menti ? Lui-même tué ? La défense est aussi une idéologie. »

Livre après livre, Rithy Panh revient inlassablement sur le génocide perpétré par les Khmers rouges dans son pays natal, le Cambodge entre 1975 et 1979, dans cet étrange voyage il semble s’apaiser, il a réussi à faire la paix avec ses morts. Sans aucun doute, c’est cette sérénité, cette quiétude cette paix intérieure qui m’a interpellé. Un livre émouvant, dur, profond et lumineux malgré le sujet évoqué.

À propos des auteurs

Rithy Panh est cinéaste. Son travail est salué dans le monde entier, de « S21 — La machine de mort khmère rouge » à « L’image manquante » (Prix Un certain Regard, Cannes 2013), et plus récemment « Les tombeaux sans noms ».

Christophe Bataille est éditeur et romancier. On lui doit en particulier Quartier général du bruit, Le rêve de Machiavel, L’expérience, tous publiés chez Grasset. Il a écrit avec Rithy Panh La paix avec les morts (janvier 2020).

Acheter le livre (broché et numérique) ici

Recevoir les articles dès leur publication

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône