Krousar Thmey : Transférer un programme au gouvernement cambodgien et en assurer la continuité

L’ONG Krousar Thmey a officiellement remis la gestion de ses cinq écoles et classes spécialisées pour les élèves aveugles et sourds au ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, réduisant son programme à quelques initiatives de protection de l’enfance.

Un étudiant malentendant dans une classe mise en place par Krousar Thmey. Crédit photo : Krousar Thmey
Un étudiant malentendant dans une classe mise en place par Krousar Thmey. Crédit photo : Krousar Thmey

Après 28 ans d’activité ayant débuté en 1991 avec un orphelinat que Benoit Duchateau-Arminjon, le fondateur de l’ONG, avait mis en place dans un camp de réfugiés cambodgiens en Thaïlande, l’ONG cède au ministère ses programmes scolaires, limitant ses activités à des projets de protection de l’enfance, précise-t-il, après avoir apporté son soutien à plus de 20 000 enfants et adolescents au fil des années.

Concluant un processus entamé en 2016, Krousar Thmey a désormais transféré la gestion de ses « écoles spéciales », fondées en 1994 avec des programmes allant de la maternelle au lycée, le concept étant d’enseigner aux élèves le braille ou la langue des signes, puis de faciliter leur intégration dans les classes ordinaires de l’école publique. Ces écoles sont situées à Phnom Penh, dans la ville de Siem Reap, dans la province de Kompong Cham et dans celle de Battambang.

La reine Norodom Monineath visite une des écoles de Krousar Thmey en compagnie de Benoit Duchateau-Arminjon il y a quelques années. Crédit photo : Krousar Thmey
La reine Norodom Monineath visite une des écoles de Krousar Thmey en compagnie de Benoit Duchateau-Arminjon il y a quelques années. Crédit photo : Krousar Thmey

Pourquoi ce transfert ?

La dernière phase du transfert aura pris près de cinq mois, explique Benoit Duchateau-Arminjon.

« C’était l’objectif dès le départ. Je suis convaincu que c’est la mission du ministère de l’Éducation et non celle d’une ONG »

Mais, compte tenu des défis auxquels le ministère a été confronté avec le système scolaire ordinaire du pays au cours des trois dernières décennies, la question était de savoir quand le ministère serait prêt et disposé à assumer la responsabilité des programmes de classes spéciales de Krousar Thmey.

« Si vous regardez en 2011, le ministère n’était pas prêt », déclare le fondateur. C’est pourquoi l’ONG a planifié une stratégie qui se déroulerait sur 10 ans », poursuit-il.

« Au début, ce n’était pas l’État, mais les représentants de l’État avec lesquels nous travaillions. Et petit à petit, nous avons voulu impliquer formellement les écoles spécialisées pour qu’elles puissent intégrer le programme national. »

En 2011, Benoit Duchateau-Arminjon a lancé un appel au Premier ministre Hun Sen, disant qu’il était prêt à travailler gratuitement pendant dix ans de plus pour Krousar Thmey, à une condition :

« Je voulais l’implication du ministère de l’Éducation… Les choses iraient progressivement et un jour, nous pourrions transférer les écoles »

En fait, S.E. Hun Sen a soutenu Krousar Thmey depuis le début : il est le « parrain » historique de l’école spéciale de Phnom Penh, affirme M. Duchateau-Arminjon.

Quels seront les changements avec le transfert ?

« Le ministère de l’Éducation était préparé pour le transfert en 2019, car au sein du ministère, vous avez beaucoup de collaborateurs qui sont impliqués et dévoués, qui montrent de la bonne volonté envers l’éducation liée aux classes spéciales », précise le fondateur.

Il est prévu de transformer ces écoles spéciales en « centres de ressources pour l’éducation des aveugles ou des sourds », où les élèves souffrant d’un handicap visuel étudieront jusqu’en deuxième année et ceux souffrant d’un handicap auditif jusqu’en quatrième année, indique le « mémo de transfert » de Krousar Thmey.

Comment s’effectue le transfert ?

Lorsque les écoles existantes relèveront du ministère, elles continueront à former les élèves et à les aider à intégrer le système scolaire traditionnel. Une fois le transfert effectué, Krousar Thmey suivra et contrôlera les progrès réalisés pendant trois ans, en examinant comment les élèves sont pris en charge, comment l’enseignement est dispensé et comment les enseignants sont formés.

Grâce à ce transfert, le financement du salaire du personnel des écoles spéciales, des bourses d’études, du transport et de la nourriture relèvera de la compétence du ministère.

Le budget 2015 de l’éducation de Krousar Thmey pour les cinq écoles se montait à 1,101 million de dollars. Avec le transfert et le fait que Krousar Thmey ne soit plus responsable des écoles, le budget va baisser à 600 000 dollars par an et leur personnel de 417 personnes sera réduit à 66 employés. Ce qui, selon M. Duchateau-Arminjon, sera le plus grand changement résultant du transfert.

En attendant, Krousar Thmey poursuivra ses programmes liés à la protection de l’enfance tels que ses deux abris d’urgence à Poipet et Phnom Penh, ses deux centres permanents dans la ville de Siem Reap et à Takmao, et ses cinq maisons familiales dans les provinces de Siem Reap, Phnom Penh, Kompong Cham et Battambang.

Un regard vers l’avenir

Pour M. Duchateau-Arminjon :

« Travailler pour le pays, c’est pouvoir dire un jour… ce n’est plus ma tâche, c’est celle du Cambodge »

Dès le début, le transfert des écoles spéciales au gouvernement a été planifié et programmé dans la structure de Krousar Thmey. Il s’agissait notamment recruter du personnel essentiellement cambodgien. Ils ont été les seuls à interagir avec les élèves afin de maintenir la cohérence, les valeurs culturelles et identitaires, et de faciliter l’intégration de ces élèves dans les écoles publiques, indique Duchateau-Arminjon.

En outre, les écoles spéciales offraient aux élèves un « enseignement adapté », c’est-à-dire qu’elles utilisaient le programme national pour enseigner en braille et en langue des signes. Les enseignants des écoles publiques ont également été formés pour enseigner à ces élèves. Krousar Thmey a également veillé à collaborer avec le ministère de l’Éducation dès le début afin de préparer la transition.

Des élèves avec leurs amis et leur famille lors d’une journée portes ouvertes dans l’une des écoles de Krousar Thmey. Crédit photo : Krousar Thmey
Des élèves avec leurs amis et leur famille lors d’une journée portes ouvertes dans l’une des écoles de Krousar Thmey. Crédit photo : Krousar Thmey

Lorsque l’accord de transfert a été signé en 2016, explique M. Duchateau-Arminjon, « il était évident que le gouvernement avait besoin d’une structure spéciale pour poursuivre le programme. Le manque de capacités pour enseigner aux élèves aveugles ou sourds a conduit le ministère de l’Éducation à créer l’Institut national d’éducation spéciale en 2017 »

Krousar Thmey se félicite du fait que plusieurs centaines de ses élèves aveugles ou sourds ont fréquenté l’université et/ou trouvé un emploi, ce qui leur permet de subvenir à leurs besoins et de mener une vie normale.

Avec l’aimable autorisation de Cambodianess

108 vues0 commentaire