Khmers rouges : Mai Phy, « Quand je mourrai, ne pleure pas, car j’aurai échappé à ces souffrances »

En collaboration avec le magazine ‘Searching for the Truth’, initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, l’histoire de Mai Phy racontée par son épouse.

Pendant le régime de Lon Nol, Mai Phy travaillait comme policier à Phnom Penh
Pendant le régime de Lon Nol, Mai Phy travaillait comme policier à Phnom Penh

Mai Phy travaillait comme policier à Phnom Penh et collaborait également avec une organisation humanitaire qui distribuait de la nourriture. Il se rendait souvent dans les provinces pour donner du riz, de la pâte de poisson, du poisson en conserve, de la sauce de poisson, de la sauce de soja et des moustiquaires aux personnes qui souffraient de la guerre.

Je suis née dans la province de Kandal. Lorsque la situation dans mon village natal est devenue très tendue, ma mère a décidé de déménager. Mon père est resté au village, tandis qu’elle louait une maison à Takhmau, près de Phnom Penh, et vendait du tabac. Phy et moi nous sommes mariés dans la maison de ma tante, qui était proche de celle de ma mère à Takhmau.

Bien que nous ayons invité suffisamment d’invités à notre mariage pour remplir 50 tables, seules 20 tables ont été remplies.

« Peu de gens étaient présents, car de nombreuses bombes étaient larguées près de la maison »

Pendant le mariage, les invités se sont cachés sous la maison pour éviter d’être blessés. Cependant, je suis restée à l’intérieur ; j’ai juré que je ne me cacherais pas sous la maison même si je devais être tuée.

Nous avons vécu avec ma mère pendant un an, puis mon mari a été muté pour travailler dans le quartier de Kambol à Phnom Penh. Il a pris un poste d’agent de sécurité pour repérer ceux qui tentaient de transporter des produits de contrebande dans des voitures. Notre fils est né durant cette période.

Quand notre famille a été évacuée, nous sommes partis dans la province de Kandal. Nous ne voulions pas retourner dans notre village natal comme la plupart des gens ; nous craignions que mon mari soit tué si l’Angkar apprenait son passé. Phy a donc changé son nom en Vanna et moi le mien en Channtha. Je leur ai dit qu’il était conducteur de rickshaw et que j’étais vendeuse.

Ensuite, ils nous ont envoyés dans la province de Battambang en train. Après un mois là-bas, mon père est tombé malade et a été envoyé à l’hôpital du village, mais son état s’est aggravé. Comme il n’y avait pas assez de nourriture ou de médicaments à l’hôpital, l’Angkar nous a donné la permission de le ramener à la maison, sachant qu’il ne vivrait plus très longtemps. Après 15 jours dans notre maison, il est décédé. Avant de mourir, il a dit à ma mère :

« Quand je mourrai, ne pleure pas, car j’aurai échappé à toutes ces souffrances. C’est vous qui souffrez le plus parce que vous êtes en vie »

Plus tard, mon fils Rasmei est mort lui aussi par manque de nourriture et de médicaments. Les gens qui étaient malades ne recevaient que des pilules noires qui ressemblaient à de la merde de lapin. Peu de temps après, ma mère est tombée gravement malade. J’avais 37,5 grammes d’or que j’avais apporté de Phnom Penh. Je ne l’ai échangé que contre six boîtes de riz.

Phy a été affecté à une unité réservée aux hommes où le travail était dur. Il devait labourer, herser, transplanter et arracher des semis. Nous ne nous voyions pas beaucoup, car j’étais dans une unité de femmes qui devait creuser des étangs. À la fin de 1978, j’étais enceinte de quatre mois de mon deuxième enfant. Je n’ai réalisé que j’étais enceinte que lorsque je suis montée sur un tamarinier et que le bébé a commencé à donner des coups de pied.

Un jour, alors que je me rendais à mon unité de travail, j’ai vu l’Angkar tuer des soldats, des policiers et des oisifs.

« Si nous ne regardions pas les tueries, l’Angkar nous accusait d’être un ennemi »

Un homme âgé a demandé à l’Angkar s’il pouvait avoir une cigarette avant d’être tué. J’ai reconnu cet homme, c’était Huoy Meas, qui avait été un chanteur populaire. Les cadres lui ont dit de courir autour du cimetière à la place, puis Huoy Meas a demandé s’il pouvait chanter une chanson. Ils ont dit oui, et après qu’il a eu terminé, ils l’ont frappé jusqu’à ce qu’il meure, puis ont découpé son foie pour le faire frire et le manger. Après avoir vu cela, je n’ai pratiquement rien mangé pendant une semaine. Je suis resté dans ce village jusqu’en 1979, lorsque le régime s’est effondré.

Remerciements : Bunthorn Sorn

1 commentaire