Hommage : « Le Prince Norodom Ranariddh avait la mentalité, le cœur et le comportement de son père »

De nombreux témoignages de sympathie ont été rendus en hommage au défunt Prince Norodom Ranariddh, le deuxième fils du défunt Roi Père Norodom Sihanouk, décédé en France à l’âge de 77 ans le 28 novembre.

Le défunt Prince Norodom Ranariddh assiste au congrès du parti FUNCINPEC en 2017. Heng Chivoan
Le défunt Prince Norodom Ranariddh assiste au congrès du parti FUNCINPEC en 2017. Photo Heng Chivoan

Au début de sa carrière politique, le prince Ranariddh a été premier Premier ministre du Cambodge, avec Hun Sen comme second Premier ministre, dans un gouvernement de coalition issu d’une élection organisée par l’Autorité provisoire des Nations unies au Cambodge en 1993.

« C’était une personne au grand cœur qui appréciait ses collègues et qui accomplissait des choses pour le peuple, comme la construction de rues, de puits d’eau et des dons aux pauvres », a déclaré Nhek Bun Chhay, proche compagnon du prince depuis les années 1980 et leader du Parti national uni khmer (KNUP).

Bun Chhay a déclaré qu’il était attristé par la perte du prince Ranariddh, qu’il suivait depuis les années 1980 à travers différents combats, y compris 1993 et la période qui a suivi où il était Premier ministre, bien qu’ils aient eu quelques désaccords.

« Je l’ai vu pour la dernière fois le 13 septembre 2019, avant qu’il ne parte se faire soigner en France. Nous voulions tous deux que les partis KNUP et FUNCINPEC fusionnent, mais le projet a été avorté en raison de certains problèmes. Son intention était d’unifier toutes les factions royalistes, mais la tentative a échoué », a-t-il déclaré.

Tous les Cambodgiens, des citoyens ordinaires aux dirigeants du gouvernement, partagent le chagrin de la famille royale. Parmi eux, le Premier ministre Hun Sen, le président de l’Assemblée nationale Heng Samrin, le président du Sénat Say Chhum, le ministre de l’Intérieur Sar Kheng et le ministre de la Défense Tea Banh.

Le fils aîné de Ranariddh, le Prince Norodom Chakravuth, qui est apparemment à nouveau le président du FUNCINPEC, a écrit une lettre pour informer les membres du parti et le grand public du décès de son père.

« Le corps du prince Norodom Ranariddh sera bientôt ramené au Cambodge », écrit-il dans cette lettre.

Chakravuth a également conduit les membres du parti dans un rassemblement pour rendre hommage à la mémoire de son père à la pagode Botum à Phnom Penh le 29 novembre.

Keo Remy, président du Comité cambodgien des droits de l’homme, a déclaré qu’il avait l’habitude de travailler fréquemment avec Ranariddh et que même lorsqu’ils avaient des points de vue opposés, il était capable de trouver un compromis avec lui.

L’ambassade d’Australie à Phnom Penh a présenté ses condoléances à la famille royale et au peuple cambodgien à l’occasion du décès du prince Ranariddh, déclarant que sa contribution à la politique cambodgienne resterait dans les mémoires.

L’ambassadeur des États-Unis au Cambodge, Patrick Murphy, a également exprimé ses condoléances pour la perte du prince, mentionnant ses nombreuses années de service public, notamment son rôle de Premier ministre de 1993 à 1997 et de président de l’AN de 1998 à 2006.

« Mes condoléances à la famille royale et au peuple du Royaume pour votre perte », a-t-il tweeté.

De même, l’ambassadrice du Royaume-Uni au Cambodge, Tina Redshaw, a posté sur Twitter :

« Mes plus sincères condoléances à la famille royale cambodgienne et au peuple cambodgien pour le décès de SAR le prince Norodom Ranariddh, qui a joué un rôle si essentiel dans la politique du pays »

Le journaliste vétéran Moeun Chhean Narith, qui a interviewé le prince Ranariddh à de nombreuses reprises au fil des années, a déclaré qu’il était d’avis que le prince comprenait parfaitement les principes de la démocratie, de la liberté d’expression et de celle de la presse. Le prince avait été professeur de droit en France, une carrière à plein temps avant d’entrer dans la politique cambodgienne en 1993.

« Lorsqu’il était président du FUNCINPEC, Premier ministre et président de l’Assemblée nationale, il donnait toujours l’occasion aux journalistes de l’interviewer », a déclaré Chhean Narith, ajoutant que, selon lui, Ranariddh était un modèle de bon leadership dans une société démocratique.

« Comme le dit le vieil adage, la feuille ne tombe jamais loin de l’arbre. Il avait la mentalité, le cœur et le comportement de son père. Il était toujours amical envers tout le monde, sans discrimination, et aimait tout le monde en général », a-t-il déclaré.

Mom Kunthear avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône