France & Élections présidentielles : Cinq années supplémentaires pour Emmanuel Macron

Après un second tour marqué par une abstention record, Emmanuel Macron remporte cinq années supplémentaires de présidence après sa victoire sur son adversaire Marine Le Pen, qui a néanmoins obtenu la plus grande part des voix de l’extrême droite à ce jour.

Emmanuel Macron
Emmanuel Macron. Photo UE (cc)

Faible participation

Emmanuel Macron obtient 58,55 % des voix contre 41,45 % pour Marine Le Pen. La participation a été d’un peu moins de 72 %, soit le taux le plus bas pour un second tour de scrutin présidentiel depuis 1969.

Si l’on ajoute plus de trois millions de votes nuls ou blancs, cela représente plus d’un électeur sur trois. M. Macron a déclaré que son gouvernement devrait « répondre à son choix de refuser de choisir ».

M.Macron a choisi un lieu hautement symbolique de la Révolution française pour son discours de victoire au Champs de Mars, déclarant à ses supporters que « personne ne serait laissé sur le bord du chemin ».

Le Président a déclaré à nombre de ses partisans rassemblés au pied de la Tour Eiffel qu’il serait un « président pour tous ».

La crise du coût de la vie à laquelle sont confrontés des millions de Français était devenue la question numéro un de la campagne électorale, et les adversaires du président l’ont en permanence accusé de se comporter comme « le président des riches ».

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré aux médias que la réélection du président envoyait un message fort alors que la France traversait une crise considérable impliquant « de nombreuses divisions et un manque de compréhension ».

Challengers

Malgré sa défaite, Mme Le Pen a déclaré que son score marquait tout de même une victoire. Les idées que son Rassemblement national représente, a-t-elle dit à ses partisans, ont atteint de nouveaux sommets. Dans son discours de dimanche soir, elle a déclaré à ses partisans que le « match n’était pas complètement terminé » et que les risques que M. Macron s’accroche au pouvoir sans partage étaient élevés.

Le leader d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon, battu de justesse par Mme Le Pen au premier tour, s’est montré très critique à l’égard des deux candidats.

Il a déclaré que c’était une bonne nouvelle que la France ait refusé d’accorder sa confiance à Marine Le Pen, ajoutant que M. Macron avait été élu « en flottant dans un océan d’abstentions, et de bulletins blancs et nuls ».

Mélenchon a déjà fait miroiter la possibilité de battre le parti du président et de devenir Premier ministre.

Europe soulagée

La victoire de M. Macron a été saluée par les dirigeants européens soulagés, qui craignaient un candidat d’extrême droite proposant une série de mesures peu favorables à l’Europe.

« Ensemble, nous ferons avancer la France et l’Europe », a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

L’Ukrainien Volodymr Zelensky, qui avait appelé les électeurs français à soutenir M. Macron, a félicité son « véritable ami » et a déclaré attendre avec impatience une Europe forte et unie. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a également salué sa victoire.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône