Formation : Le Cambodge se prépare à l’industrie 4.0 en investissant dans le « cursus robotique »

Le Cambodge prépare sa prochaine génération à la future quatrième révolution industrielle en promouvant les compétences robotiques de ses étudiants sur la scène locale et internationale.

Les équipes d’étudiants khmers et leurs robots lors d’une compétition nationale. Photo Pang Socheneath
Les équipes d’étudiants khmers et leurs robots lors d’une compétition nationale. Photo Pang Socheneath

Pour y parvenir, davantage de programmes de robotique sont intégrés au programme national, car, d’après les étudiants et le gouvernement, la demande de fournitures électroniques et de travailleurs qualifiés augmente considérablement dans le pays.

La quatrième révolution industrielle ou industrie 4,0 est généralement considérée comme l’automatisation en cours de la fabrication traditionnelle et des pratiques industrielles, à l’aide de technologies intelligentes modernes.

Sovann Chen, directeur adjoint du département de gestion des données STI du ministère de l’Industrie, a déclaré à Cambodia Investment Review que le secteur de la robotique au Cambodge évoluait parallèlement aux politiques nationales du gouvernement.

Il ajoute que ce développement représente un bon signe pour le Royaume qui se prépare à la prochaine révolution industrielle.

« Les établissements d’enseignement supérieur intègrent des programmes de robotique dans leurs programmes et encouragent les réalisations des étudiants qui sont présentées dans des concours nationaux et internationaux », précise M. Sovann.

« Cela illustre le développement et la croissance du secteur de la robotique au Cambodge, qui est une bonne occasion de tirer parti de la technologie de l’industrie 4.0 », ajoute-t-il.

Le mois dernier, l’Agence coréenne de coopération internationale (KOICA) a accordé 7,9 millions de dollars à l’Université royale de Phnom Penh pour construire un centre d’incubation d’entreprises spécialisé pour ses étudiants. Cette subvention vise à développer l’écosystème entrepreneurial local — un facteur important pour que le Cambodge atteigne son objectif de revenu moyen d’ici 2030.

Des progrès considérables au cours des dix dernières années en matière de développement robotique au Cambodge

Lihour San, étudiant en dernière année de machinerie industrielle et d’ingénierie à l’Institut de technologie du Cambodge, fait part à Cambodia Investment Review de ses observations sur le développement du secteur de la robotique et des ressources humaines.

« Par rapport à ces dix dernières années, le secteur de la robotique s’est considérablement amélioré, car les étudiants ont désormais davantage d’occasions d'effectuer des recherches et de réaliser des travaux pratiques », déclare Lihour.

« Cela a été rendu possible grâce au soutien des deux écoles et du gouvernement cambodgien par le biais de divers lancements de projets et de concours de robots », précise-t-il.

Récemment, la fabrication d’un drone avec passager fabriqué par des étudiants de l’Institut national polytechnique du Cambodge a fait la une des médias locaux et internationaux.

Vannsith Lonh, membre du groupe impliqué, a déclaré à Cambodia Investment Review qu’avant ce drone porteur humain, un drone agricole avait été développé.

Il ajoute que le groupe est maintenant prêt à développer des projets de robots plus importants, les prochains objectifs étant des éoliennes, des drones agricoles et des prothèses robotiques.

« Les robots agricoles sont conçus pour creuser le sol, épandre des engrais, pulvériser des produits chimiques et planter des légumes le long de rangées définies avec des produits tels que des carottes, des choux et des brocolis, etc. »

Le robot agricole comprend l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) et sera conçu avec l'objectif de réduire les besoins en main-d’œuvre agricole.

« Sa principale fonction est la technologie AI qui permet de détecter et d’éliminer les légumes endommagés et pourris », ajoute M. Vannsith.

Des investissements continus sont essentiels pour les ambitions de l’industrie 4.0 au Cambodge

Sovann Chen pense que le développement du secteur des robots et le renforcement des ressources humaines sont des éléments cruciaux pour la promotion des sous-secteurs manufacturiers.

En outre, le développement du secteur de la robotique favorisera l’économie du pays, car il contribue aux innovations et améliore la productivité de la fabrication, la qualité et réduit la sécurité des travailleurs.

« Certaines innovations de produits ne peuvent pas être produites avec une simple main-d’œuvre humaine, mais doivent être entièrement remplacées par des robots », précise M. Lihour.

Toutefois, l’industrie se heurte à certains obstacles, notamment en ce qui concerne l'importation des pièces détachées en provenance de l’étranger, qui ne sont disponibles qu’à des prix très élevés.

« Les fournitures électroniques disponibles au Cambodge sont insuffisantes. Je dois les commander en Chine, puis attendre deux à trois semaines ou plus en raison de la pandémie, ce qui représente une sérieuse difficulté en termes de temps », explique M. Lihour.

« Les fournisseurs locaux d’électronique doivent également s’approvisionner dans d’autres pays, ce qui rend le prix deux à trois fois plus élevé », poursuit-il.

À ce sujet, M. Vannsith reconnaît être confronté aux mêmes difficultés et insiste pour qu’il y ait davantage de fournisseurs locaux d’accessoires électroniques, ajoutant que leur présence aiderait les étudiants à économiser du temps et de l’argent.

Une feuille de route pour l’avenir du développement de la robotique au Cambodge

Sovann Chen affirme que le renforcement des ressources humaines s'avère une nécessité en ce qui concerne la fourniture d’outils et d’équipements pour les travaux pratiques des étudiants, ajoutant que l’Institut technologique du Cambodge a été équipé des principales installations avec le soutien du Centre japonais de coopération internationale (JICA).

L’Institut de Technologie propose depuis quelques jours un diplôme spécialisé dans la fabrication 4.0 appuyé par l’école d’ingénieurs privée française ECAM LaSalle.
L’Institut de Technologie propose depuis quelques jours un diplôme spécialisé dans la fabrication 4.0 appuyé par l’école d’ingénieurs privée française ECAM LaSalle.

Grâce à l’amélioration du nombre de ressources humaines, M. Lihour espère que les fournisseurs de produits électroniques disponibles localement seront plus nombreux afin de dynamiser le marché et que les Cambodgiens deviennent plus nombreux à fabriquer eux-mêmes certains outils.

« Si nous avons plus de ressources humaines, nous pouvons attirer de nombreux fournisseurs d'électronique », déclare M. Lihour.

Selon la politique de développement industriel (IDP) 2015-2025 du gouvernement, l'ambition du Cambodge est de devenir un pays à revenu moyen supérieur d’ici 2030 et de revenu élevé d’ici 2050.

Cet objectif ne peut être atteint que si les nouvelles technologies sont exploitées pour augmenter la valeur ajoutée industrielle, diversifier les exportations et renforcer les petites et moyennes entreprises.

La feuille de route du ministère de l’Industrie, des Sciences, de la Technologie et de l’innovation pour la réalisation de la vision 2030 et 2050 repose sur cinq piliers : gouvernance, éducation, recherche, coopération et écosystème.

Elle prévoit également le lancement de deux musées scientifiques ou centres d’éducation des sciences pour promouvoir l’éducation dans ce domaine auprès des enfants dans tout le pays d’ici 2030, en commençant par Phnom Penh d’ici 2023.

Il est aussi envisagé de lancer une vingtaine de journées et forums de l’innovation d’ici 2030, trois bibliothèques scientifiques ouvertes à tous d’ici 2030, en commençant par Phnom Penh.

En outre, un bureau de communication entre les entreprises et les universités sera créé dans cinq de ces établissements d’ici 2023 et dans 50 % de l’ensemble des universités d’ici 2030.

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

0 commentaire