Festival Photo de Phnom Penh : L'échange au cœur de la douzième édition

En ces temps troublés et difficiles, la notion d’échange, avec ce qu’elle comporte de partage, a plus de sens que jamais. Cet esprit sera au cœur de la douzième édition de Photo Phnom Penh, comme il l’a été depuis le premier jour. Échanges entre Europe et Asie, échanges entre les cultures, entre les générations, entre esthétiques, entre conceptions de la photographie.

Échanges pour partager des savoirs et des expériences différents, s’enrichir mutuellement, se soutenir et avancer.

Échanges entre Europe et Asie, échanges entre les cultures, entre les générations, entre esthétiques, entre conceptions de la photographie. Échanges pour partager des savoirs et des expériences différents, s’enrichir mutuellement, se soutenir et avancer. Photo Dana Langlois PPP

La jeunesse, et notamment celle du Cambodge, reste au cœur de la démarche du festival Photo Phnom Penh. Fenêtre sur le monde, sur la création artistique internationale invitée, le temps des célébrations, à s’exprimer joyeusement à travers les rues de la capitale khmère, il veut inspirer des vocations, faire germer une réflexion, délier les langues et les esprits.

C’est ainsi qu’une réflexion savante et joyeuse sur le paysage et l’autoportrait d’Elina Brotherus sur le mur de l’Ambassade de France dialogue, de fait, avec les propositions de Kleng Bonreach et Yousos Apdoulrashim, deux tout jeunes Cambodgiens exposés dans la galerie de l’Institut français.

Et le parcours poétique de FLORE sur les traces de ce qui fut l’Indochine de Marguerite Duras se confronte au témoignage en noir et blanc de Dana Langlois sur un Phnom Penh disparu, dont elle fut une des premières à côtoyer et soutenir les artistes.

FLORE, l'odeur de la pluie. Photo PPP
FLORE, l'odeur de la pluie. Photo PPP

L’Institut français reste le partenaire historique et fondamental du festival depuis sa création en 2008. Aux photographes exposés dans ses murs s’ajoutera, en ouverture et en clôture du festival, la découverte des œuvres du Collectif Tendance Floue et de Julie Chaffort.

Oeuvre de Yousos Apdoulrashim. PPP
Oeuvre de Yousos Apdoulrashim. PPP

Il reste important aux yeux des organisateurs du festival, notamment son directeur artistique Christian Caujolle, que les expositions soient accessibles et visibles dans l’espace public, et ce malgré les restrictions amenées par la situation sanitaire.

C’est pourquoi, grâce au soutien de la Délégation de l’Union européenne au Cambodge, le festival a renouvelé une fois encore l’exposition itinérante sur tuktuk, qui, pendant trois mois, fera voyager les œuvres des artistes cambodgiens et internationaux dans les rues de la capitale.

Oeuvre de Kleng Bonreach
Oeuvre de Kleng Bonreach

Photo Phnom Penh 2021 sera lancé pendant deux jours, avec un weekend d’inauguration prévu les 26 et 27 novembre prochains. Les œuvres choisies pour cette édition, exposées à l’Institut français du Cambodge, au Centre Bophana et sur le mur de l’ambassade de France au Cambodge, seront visibles jusqu’au 15 janvier 2022.

Tombeau imaginaire par Elina Brotherus
Tombeau imaginaire par Elina Brotherus

Le festival Photo Phnom Penh demeure un événement incontournable en Asie du Sud-Est. Véritable plateforme pour les artistes photographes et les amateurs de photographie, il est co-organisé par l’Association Photo Phnom Penh (APPP) et l’Institut français, en collaboration avec le ministère de l’Éducation, celui de la Culture et des Beaux-Arts du Cambodge, la Délégation de l’Union européenne au Cambodge, l’Ambassade de France au Cambodge, et la Mairie de Phnom Penh.

Programme

Le festival Photo Phnom Penh est organisé par Photo Phnom Penh Association, structure de droit cambodgien dont la présidente est Son Altesse Royale la Princesse Sylvia Sisowath. L’Institut français (Paris) et l’Institut français du Cambodge sont ses partenaires historiques et fidèles. La Délégation de l’Union européenne au Cambodge, dans le cadre d’un accord trisannuel, a permis le développement d’un certain nombre d’activités de communication et d’éducation.

L’édition 2021 a été rendue possible par la générosité de l’artiste, collectionneur et mécène Monsieur Zhong Weixing, de la Galerie parisienne Écho 119 et de l’Association des Amis de Photo Phnom Penh (Paris). Merci également à Adrien Clanet pour son aide.

0 commentaire