Dossier & Cambodge : Quelles sont les conséquences des barrages sur le fleuve Mékong ?

Le Mékong alimente les jungles, irrigue les cultures de dizaines de millions de personnes et alimente le lac Tonlé Sap, source des pêcheries intérieures les plus productives de la planète.

Ci-dessus : Le fleuve Mékong prend sa source en Chine et traverse les pays du bassin inférieur du Mékong, à savoir le Myanmar, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Viêt Nam, avant d’atteindre la mer de Chine méridionale (illustration : Arati Kumar-Rao).

La Chine a achevé son premier grand barrage hydroélectrique sur le Mékong, le barrage de Manwan dans la province du Yunnan, en 1995, et en a depuis planifié et construit dix autres. Onze barrages hydroélectriques sont à différents stades de planification et de construction au Laos et au Cambodge sur le cours principal du Mékong, ainsi que des centaines de barrages sur ses affluents.

Le Mékong prend sa source dans l’Himalaya en Chine, où il est connu sous le nom de Lancang. Il traverse les pays du bassin inférieur du Mékong, à savoir le Myanmar, la Thaïlande, le Laos, le Cambodge et le Viêt Nam, où il se jette dans la mer de Chine méridionale.

« Générateur d’une immense biodiversité, le Mékong alimente les jungles, irrigue les cultures de dizaines de millions de personnes »
Illustration du fleuve Mékong, représenté comme étant « sain », Arati Kumar-Rao
Illustration du fleuve Mékong, représenté comme étant « sain », Arati Kumar-Rao

Quels sont les avantages des barrages sur le Mékong ?

La demande d’énergie devrait augmenter de 6 à 7 % par an dans le bassin du Bas-Mékong jusqu’en 2025, et l’hydroélectricité constitue une alternative importante aux combustibles fossiles. Entre 2005 et 2015, la production d’électricité à partir de l’hydroélectricité du bassin du Bas-Mékong est passée de 9,3 GWh à 32,4 GWh.

« L’hydroélectricité est également précieuse pour les pays du bassin du Bas-Mékong en tant que source de revenus et d’investissements étrangers. »

Le barrage de Xayaburi au Laos, par exemple, est l’un des deux seuls barrages achevés sur le cours inférieur du Mékong et vend plus de 95 % de l’énergie qu’il produit à la Thaïlande voisine. Selon la Commission du Mékong, les gains économiques liés au développement de l’hydroélectricité devraient atteindre 160 milliards USD d’ici 2040.

À mesure que l’Asie du Sud-Est s’adapte au changement climatique, les réservoirs développés pour l’hydroélectricité et les barrages de contrôle des inondations peuvent être utiles dans les projets d’irrigation, et ont le potentiel de contribuer à l’approvisionnement en eau étant donné les changements spectaculaires entre les saisons sèches et humides.

Barrage du Mékong, illustration : Arati Kumar-Rao
Barrage du Mékong, illustration : Arati Kumar-Rao

Quels sont les impacts environnementaux de l’hydroélectricité sur le Mékong ?

Les barrages hydroélectriques ont eu un effet dramatique sur le Mékong au cours des deux dernières décennies, entraînant des inondations et des sécheresses hors saison, de faibles niveaux d’eau pendant la saison sèche et une diminution des quantités de sédiments transportés par le fleuve, avec des conséquences radicales pour la biodiversité et la pêche.

« Exacerbés par le changement climatique et le manque de communication transfrontalière, les effets cumulatifs des barrages principaux représentent un danger pour les forêts, les mangroves et les pêcheries qui dépendent des eaux du Mékong. »

Les sédiments transportés par le fleuve depuis des endroits aussi éloignés que le plateau tibétain sont essentiels à l’écologie unique du bassin du Mékong. Cependant, les grands barrages hydroélectriques empêchent d’importantes quantités de sédiments de s’écouler en aval. Les sédiments fluviaux ayant un impact sur la fertilité des sols des plaines d’inondation, la réduction des charges sédimentaires pourrait avoir des conséquences pour les plus de 60 millions de personnes en Asie du Sud-Est qui dépendent du Mékong pour leurs revenus, de l’agriculture à la pêche et à l’aquaculture.

Les sédiments qui s’écoulent de la province du Yunnan, en Chine, vers le Viêt Nam depuis des milliers d’années ont été sévèrement réduits en raison de la construction plutôt récente de barrages hydroélectriques sur le tronçon chinois du fleuve, ainsi que de l’extraction à grande échelle du sable du lit du fleuve. Cela a entraîné l’effondrement de berges en aval dans les zones très peuplées du delta du Mékong, provoquant la destruction de maisons et de routes.

La migration des poissons vers l’amont est entravée par les barrages lorsque les poissons ne peuvent pas franchir le déversoir ou les turbines. Ceux qui parviennent à passer peuvent être tués par la force du courant, ou par le barotraumatisme, résultant de changements soudains de pression. L’hydroélectricité peut également empêcher la migration vers l’aval, les larves et les poissons adultes étant incapables de traverser le barrage ou de naviguer dans les grandes masses d’eau stagnante créées par ces structures.

Poissons du Mékong, Illustration : Arati Kumar-Rao
Poissons du Mékong, Illustration : Arati Kumar-Rao

La grande biodiversité du Mékong dépend fortement des crues et décrues naturelles, ou pulsations, des eaux du fleuve. Les oiseaux et les poissons qui vivent sur les berges sont gravement touchés par les inondations non saisonnières du Mékong causées par les barrages et les lâchers d’eau.

À lui seul, le déclin des pêcheries du Mékong devrait coûter près de 23 milliards de dollars d’ici à 2040 et présente des risques pour les communautés riveraines et les populations autochtones qui dépendent du poisson pour leur subsistance.

Quels sont les sur les affluents qui affectent le plus le Mékong ?

Il existe des centaines de barrages sur les affluents du Mékong. Par exemple, le barrage Lower Sesan 2 — situé à moins de 25 kilomètres du cours principal du Mékong — est devenu le plus grand projet hydroélectrique du Cambodge lorsqu’il a été mis en service en 2018, empêchant les rivières Sekong et Srepok d’alimenter le Mékong et déplaçant des milliers de personnes.

Le dernier de la série de sept barrages hydroélectriques de Nam Ou, au Laos, financé et construit par l’entreprise publique Power Construction Corporation of China, a été mis en service en 2020. Les barrages ont été construits sans que des mesures soient mises en place pour atténuer leurs incidences sur l’environnement et priver le Mékong des sédiments dont il a tant besoin et que le barrage aurait naturellement puisés en amont.

En outre, la série de barrages hydroélectriques aurait entraîné la disparition du kai, une plante d’eau douce qui constitue un aliment de base pour les communautés riveraines, avec un impact particulier sur les femmes de ces communautés.

Le lac Tonlé Sap en crise

Chaque année, le Mékong déborde et force le lac Tonlé Sap à refluer, créant ainsi le plus grand lac d’Asie du Sud-Est. Avec plus d’un million de personnes vivant dans la plaine inondable et dans les villages flottants, dont de nombreux Vietnamiens, le Tonlé Sap constitue l’une des pêcheries intérieures les plus productives de la planète.

« Durant la mousson, le lac s’étend à 60 % de sa taille à l’étiage, soit environ 16 000 kilomètres carrés, offrant aux poissons migrateurs un lieu de reproduction crucial »

L’écologie du lac repose sur le régime naturel des crues du Mékong, qui a été perturbé par le développement et l’hydroélectricité sur le cours principal du fleuve.

En 2019, sous l’effet conjugué du changement climatique, d’El Niño et des barrages sur le Mékong, le Tonlé Sap a reflué pendant des semaines plutôt que des mois, laissant l’eau du lac chaude, peu profonde et privée d’oxygène. Cette année-là, on estime que la pêche dans le Tonlé Sap a diminué de 80 à 90 %.

Le lac Tonlé Sap s’assèche, illustration : Arati Kumar-Rao
Le lac Tonlé Sap s’assèche, illustration : Arati Kumar-Rao

Les faibles niveaux d’eau du lac Tonlé Sap ont également causé des difficultés aux riziculteurs, qui dépendent des inondations saisonnières. Les niveaux d’inondation devenant plus incertains, les communautés locales ont été contraintes de se disputer les ressources d’irrigation ou de partir pour trouver du travail dans les villes.

Associée à des pratiques de riziculture qui endommagent les broussailles et les prairies environnantes, la dégradation de l’écologie du lac Tonlé Sap met en danger un certain nombre d’espèces d’oiseaux qui se reproduisent dans la région, comme le pélican à bec tacheté et le florican du Bengale.

En réponse aux protestations de l’opinion publique, le gouvernement cambodgien a suspendu en 2020 la construction de barrages sur le cours principal du Mékong jusqu’en 2030 au moins, y compris le barrage de Sambor situé à environ 150 kilomètres du lac Tonlé Sap.

Les poissons du Mékong sont-ils en train de disparaître ?

Après l’Amazone pour le nombre d’espèces, plus de 1 000 espèces de poissons d’eau douce ont été recensées dans le Mékong et ses affluents. 160 espèces migrent également le long du fleuve vers et depuis leurs lieux de reproduction. Des recherches publiées dans un rapport de 2018 de la Commission du Mékong ont averti que le développement de l’hydroélectricité sur le fleuve entraînerait un déclin spectaculaire des stocks de poissons, réduisant la biomasse totale de 35 à 40 % d’ici 2020 et de 40 à 80 % d’ici 2040.

Certains efforts ont été déployés pour atténuer l’impact des barrages sur les populations de poissons. Le barrage de Xayaburi, au Laos, utilise des techniques telles que les échelles à poissons qui permettent aux poissons migrateurs de contourner le barrage principal. Les experts ont toutefois critiqué ces mesures, estimant qu’elles n’avaient pas été testées et qu’elles étaient incapables de faire face à la biodiversité massive du Mékong, qui peut déplacer jusqu’à 30 tonnes de poissons par heure.

« Selon la Commission du Mékong, 68 espèces de poissons recensées dans le bassin inférieur du Mékong sont menacées au niveau mondial »

Les grandes espèces, comme le poisson-chat géant du Mékong, ont vu leur nombre diminuer de plus de 90 % en deux décennies.

Qui réglemente les barrages hydroélectriques sur le Mékong ?

La Commission du Mékong (MRC), organe entièrement consultatif, a été créée en 1995 entre le Cambodge, le Laos, la Thaïlande et le Vietnam.

« Elle effectue des recherches, des enquêtes et coordonne le développement de la gestion des ressources en eau dans le bassin inférieur du Mékong »

La Chine n’est qu’un partenaire de dialogue de la MRC, et non un membre de l’organisme.

Plus récemment, la MRC a publié un plan de développement du bassin 2021-2030 et un plan stratégique quinquennal détaillant les plans visant à mieux comprendre les défis du développement et du changement climatique auxquels est confronté le fleuve.

Financée par les quatre pays membres et les donateurs, dont des gouvernements étrangers, la MRC n’a pas le pouvoir d’empêcher la construction d’un barrage sur le cours principal du Mékong. Toutefois, la MRC peut jouer un rôle consultatif important par le biais d’un processus appelé Procédures de notification, de consultation et d’accord préalable (PNPCA). Ce processus, qui dure plusieurs mois, implique que les membres de la MRC examinent les avantages et les risques des projets sur le cours principal du Mékong par rapport aux préoccupations en matière d’environnement, de sécurité, de développement et autres.

« Aucun pays n’est tenu de se conformer aux décisions de la MRC »

Deux barrages hydroélectriques, Xayaburi et Don Sahong, ont terminé le PNPCA et sont opérationnels. Quatre autres ont été soumis au processus PNPCA, mais n’ont pas encore officiellement commencé leur construction (Pak Beng, Pak Lay, Luang Prabang et Sanakham).

Le Laos a été accusé, dans le cadre d’au moins deux projets, de procéder à des travaux de construction préliminaires alors que l’approbation du PNPCA faisait défaut. Le projet de barrage de Sanakham, situé à seulement deux kilomètres de la frontière thaïlandaise, a vu son processus d’approbation bloqué lorsqu’il s’est avéré qu’il avait plagié des sections d’un précédent projet de barrage ; son statut est actuellement en suspens.

Qu’est-ce que le mécanisme de coopération Lancang-Mekong ?

Proposé à l’origine par le Premier ministre chinois Li Keqiang, le cadre de coopération Lancang-Mekong (LMC) a été lancé en mars 2016. Le LMC agit en tant que bras de développement de la Chine le long du Mékong, facilitant des projets, dont l’ambitieux chemin de fer Laos-Chine.

Bien que le LMC n’ait pas élevé la production d’hydroélectricité au rang de point central de sa mission, l’hydroélectricité joue un rôle important dans les objectifs de développement global de la Chine dans la région.

À la fin de l’année 2020, le gouvernement américain a créé un nouveau cadre pour ses propres projets dans la région, le partenariat Mékong–États-Unis, en promettant 153 millions de dollars à la sous-région du Grand Mékong.

Quelles données sont partagées entre les pays sur les niveaux d’eau du Mékong ?

Le manque de données en provenance de la Chine s’est avéré être une source de discorde avec les nations en aval, notamment après les sécheresses extrêmes de 2019, qui ont été exacerbées par la poursuite des investissements chinois dans des projets hydroélectriques tant sur sa propre section du Mékong qu’en aval.

Les réunions du LMC et du MRC ont permis la création de la plateforme de partage d’informations sur la coopération en matière de ressources en eau Lancang-Mekong en 2020, qui fournit des mises à jour régulières des données hydrologiques de la Chine, assurant ainsi une plus grande transparence concernant la section chinoise du fleuve.

Bien que la Chine ait accepté de partager des données sur le Mékong tout au long de l’année, depuis lors, d’autres plateformes de surveillance utilisant des données satellitaires en temps quasi réel ainsi que des stations de mesure du niveau d’eau sur le terrain ont donné une image plus précise de la transparence des rapports.

Les nouvelles données suggèrent que la Chine n’a parfois pas notifié en temps utile les lâchers et les restrictions d’eau. Elles mettent également en évidence les effets de l’hydroélectricité, les heures de pointe de production d’électricité pouvant entraîner une hausse et une baisse rapides des niveaux d’eau en aval.

À quoi ressemblera le Mékong à l’avenir ?

Le Mékong devrait naturellement apparaître brun en raison des niveaux élevés de sédiments. Comme les sédiments sont de plus en plus bloqués ou retirés du Mékong, le fleuve deviendra probablement bleu plus souvent pendant la saison sèche, comme ce fut le cas pendant la sécheresse de 2019 et plus récemment en février 2021. Les faibles niveaux du fleuve ces dernières années se sont traduits par une abondante prolifération d’algues vertes, dont les effets sont encore inconnus.

Un avenir sombre pour le Mékong, illustration : Arati Kumar-Rao
Un avenir sombre pour le Mékong, illustration : Arati Kumar-Rao

Les perspectives de la pêche dans le Mékong restent sombres. Selon les scénarios de développement de la MRC cartographiés en 2018, le poids total des poissons dans le bassin du Bas-Mékong chutera de 40 à 80 % d’ici 2040, tandis que les sédiments du Mékong pourraient être réduits de 67 à 97 %. Le secteur de la pêche, indique le rapport, devrait connaître un déclin substantiel dans les quatre pays du Bas-Mékong.

Il est urgent d’éliminer progressivement et rapidement le charbon et les autres combustibles fossiles pour que les trajectoires d’émissions ne dépassent pas 2 degrés de réchauffement par rapport aux niveaux préindustriels.

Les barrages hydroélectriques continueront de faire l’objet d’investissements dans les infrastructures énergétiques en Chine et dans le bassin du Bas-Mékong. Si la société civile est peu active au Laos ou au Cambodge pour résister aux ambitions de développement de la Chine, les groupes environnementaux de Thaïlande et du Vietnam se sont montrés plus directs dans leur opposition.

Un certain nombre de barrages, dont Pak Beng et Pak Lay dans le nord du Laos, restent suspendus malgré l’approbation de la MRC, et l’avenir du barrage de Sanakham dépend de la conclusion d’un accord d’achat d’électricité avec la Thaïlande voisine.

Par Tyler Roney avec l’aimable autorisation de The Third Pole

Tyler Roney est le rédacteur régional pour l’Asie du Sud-Est de China Dialogue, basé à Bangkok et spécialisé dans la région du Mékong. Il est sur Twitter à @TylerRoney.