Cambodge & Solidarité : Une ONG au secours des sinistrés économiques du Covid-19

Les deux dernières années de difficultés économiques induites par la pandémie ont fait payer un lourd tribut à certains des citoyens les plus pauvres et les plus vulnérables du Cambodge.

La nourriture donnée par la Fondation Mengly J Quach est distribuée aux Cambodgiens pauvres. Photographie fournie
La nourriture donnée par la Fondation Mengly J Quach est distribuée aux Cambodgiens pauvres. Photographie fournie

Nombre d'entre eux ont vu leurs moyens de subsistance perturbés - qu'il s'agisse de conducteurs de tuktuk, de serveurs de restaurant ou de travailleurs migrants travaillant en Thaïlande - presque tous ont connu une baisse de leurs revenus et une instabilité économique constante.

L’organisation à but non lucratif Disadvantaged Cambodians Organisations (DCO) s’attache à aider les citadins pauvres qui vivent dans certains des quartiers les plus sinistrés du Cambodge. Elle aide les Cambodgiens en difficulté à payer leurs factures (loyer, hypothèque) ou à trouver des acheteurs pour leurs produits sur les marchés.

« Le projet met les personnes qui ont besoin d’aide en contact avec un réseau de marchés qui leur permet de vendre leurs produits agricoles pour les aider à payer leurs frais de subsistance pendant une période de deux ans, le temps qu’elles se remettent sur pied, en espérant qu’elles seront ensuite en mesure de les payer », explique Som Sam Ol, directeur du programme de DCO.

Le Covid-19 a bouleversé la vie de nombreuses familles. Photographie fournie
Le Covid-19 a bouleversé la vie de nombreuses familles. Photographie fournie

Boeung Tompun est l’une des communautés avec lesquelles DCO a beaucoup travaillé. Dans ce quartier, les familles sont constamment expulsées en raison du développement des entreprises, qui semble se poursuivre à un rythme soutenu malgré la récession économique qui a poussé tous les autres habitants du quartier au-delà du point de rupture.

Sam Ol explique qu’il s’attend à ce qu’au moins 70 % des bénéficiaires soient des familles qui continueront leur production de légumes après le projet, espérant ainsi mettre fin à leur vie difficile dans les bidonvilles et s’intégrer dans la société cambodgienne. L

’un des projets de l’organisation s’efforce de résoudre les problèmes critiques auxquels sont confrontés les plus pauvres parmi les pauvres : sécurité alimentaire, éducation sanitaire de base, éducation formelle et non formelle, amélioration des moyens de subsistance et lutte contre le trafic d’êtres humains.

Fondée par Pok Samoeurn, qui est actuellement président du conseil d’administration de DCO, et le Dr David G Aston du Canada, l’ONG a été enregistrée pour la première fois en 1999 en tant qu’ONG à but non lucratif et à vocation caritative.

Récupération de métal à Beoung Tumpun. Photographie fournie
Récupération de métal à Beoung Tumpun. Photographie fournie

Pour chaque projet, le personnel de DCO réalise une enquête d’évaluation afin d’entrer en contact avec chaque famille. Par exemple, pour le projet actuel à Boeung Tompun, DCO a mené une « enquête participative et une discussion de projet » informelle — en invitant 87 chefs de famille de la région pour discuter du projet et mieux comprendre leur situation et leurs besoins.

Les villageois participants se sont montrés très intéressés par des activités génératrices de revenus pour remplacer en partie leurs moyens de subsistance actuellement précaires. Certains ont proposé l’horticulture, d’autres la formation professionnelle, d’autres encore ont demandé un soutien financier pour créer de petites entreprises.

Pour gagner leur vie, certains pêchent, cultivent des liserons pour les vendre, fouillent les ordures pour collecter des matériaux de recyclage ou occupent des emplois mal payés. Ces familles vivent souvent dans des campements informels et sont considérées comme des squatters illégaux qui ne sont pas enregistrés auprès des autorités locales et sont vulnérables aux expulsions.

Distribution de vivres. Photographie fournie
Distribution de vivres. Photographie fournie

Sam Ol se réjouit toutefois de constater que les personnes avec lesquelles l’ONG a travaillé ont pu améliorer leur situation dans de nombreux cas.

« En s’appuyant sur notre expérience, les bénéficiaires du projet sont mieux lotis aujourd’hui et ils sont à présent capables de payer le loyer par eux-mêmes sans l’intervention de l’ONG. Leur vie s’est améliorée. La production de légumes par les bénéficiaires se poursuit normalement et ils ont établi de bons réseaux pour vendre aux acheteurs en gros ».

« Davantage de projets de ce type permettront d’apporter un nouvel espoir et de réunir les familles dans les quartiers les plus pauvres du Cambodge, tout en réduisant l’exposition au trafic d’êtres humains », affirme-t-il.

Le directeur du programme, âgé de 40 ans, explique que ces dernières années, DCO a essayé de diversifier ses financements, mais en raison du Covid-19, tous les financements de projets sont en attente et certains donateurs n’acceptent pas de propositions de projets pendant cette période d’incertitude, et bon nombre d’entre eux se retirent complètement du Cambodge, de sorte que les financements diminuent.

Le personnel de DCO livre de la nourriture aux résidents de Boeung Tompun à Phnom Penh. Photographie fournie
Le personnel de DCO livre de la nourriture aux résidents de Boeung Tompun à Phnom Penh. Photographie fournie

Le principal défi de DCO demeure le manque de soutien financier, indique Sam Ol. En ce moment, DCO recherche des fonds pour aider les familles vivant dans des situations précaires à Boeung Tompun, dans la banlieue de Phnom Penh.

DCO lance donc un appel aux dons pour venir en aide à 150 familles qui risquent d’être expulsées et de voir leur avenir incertain parce que leurs logements et leurs lieux de travail sont occupés par des promoteurs immobiliers qui cherchent à combler les parties basses du quartier pour réduire les inondations et commencer à construire.

« Les dons seront utilisés pour les aider à acquérir de meilleurs moyens de subsistance en les formant à devenir des producteurs de légumes durables. Le projet leur fournit une formation, des semences, des outils agricoles et leur trouve un endroit approprié pour se reloger », explique Sam Ol.

Le projet est parvenu à reloger 37 familles bénéficiaires avant que les fermetures forcées liées au Covid-19 ne commencent à Phnom Penh et que la région ne soit déclarée l’une des « zones rouges » de Phnom Penh, où les gens étaient barricadés pendant de longues périodes.

« Les amis de nos bénéficiaires qui étaient bloqués à Boeung Tompun ont donc vécu des moments très difficiles. DCO et quelques autres ONG ont été autorisées à accéder à la zone rouge pour aider 672 familles grâce à des rations alimentaires qui nous ont été données par des organisations humanitaires locales, le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme au Cambodge, l’organisation caritative britannique Arcaid et la Fondation Mengly J. Quach.

« Mais heureusement, les 37 familles bénéficiaires du présent projet ont échappé à une grande partie de cette détresse, car elles ont pu vivre en petits groupes familiaux dans un environnement plus ouvert, sans restrictions, et continuer à gagner leur vie pendant la pandémie », affirme Sam Ol.

Outre les zones urbaines de la capitale, DCO est également actif dans d’autres régions du Cambodge, notamment dans les provinces de Pursat, Battambang, Siem Reap, Kampong Thom et Bantheay Meanchey. Récemment, DCO a élargi ses activités à Phnom Penh pour soutenir les quartiers pauvres où l’implication du gouvernement est limitée.

Des enfants récupèrent du métal en cassant des gravats de béton sur un chantier de construction à Beoung Tumpun. Photographie fournie
Des enfants récupèrent du métal en cassant des gravats de béton sur un chantier de construction à Beoung Tumpun. Photographie fournie

« La situation au Cambodge a considérablement changé depuis 2020 en raison du Covid-19. Depuis, nous avons commencé à concentrer notre action caritative sur la collecte de fonds pour soutenir ceux qui vivent dans les zones urbaines pauvres. »

« Il était donc nécessaire pour nous d’ajuster notre plan d’action. Nous travaillons en étroite collaboration avec le gouvernement, les donateurs, les ONG, les entreprises du secteur privé et les communautés ciblées afin d’apporter un réel changement et des opportunités dans leur vie », confie Sam Ol.

Les projets sont principalement axés sur l’amélioration des moyens de subsistance, les soins de santé, l’éducation, les questions environnementales et la lutte contre la traite des êtres humains au Cambodge.

DCO est l’une des 16 ONG d’un consortium qui lutte contre les activités de trafic d’enfants au Cambodge et est un partenaire actif du réseau Cambodia Against Child Trafficking Network (Cambodia ACTS).

Elle est également membre d’un consortium d’ONG travaillant dans les provinces occidentales du Cambodge pour s’attaquer à la reconstruction et au redressement après les inondations de l’année dernière, en renforçant la capacité des villageois à s’adapter au changement climatique et en encourageant les changements de comportement pour accroître l’agriculture résistante aux intempéries.

« Pour ce projet, nous travaillons dans 16 villages de Battambang. Le projet vise à renforcer la capacité des agriculteurs touchés par les inondations à faire face aux catastrophes futures et au changement climatique en améliorant les compétences des acteurs clés en matière de résistance aux intempéries et d’amélioration de la production agricole en fonction des changements saisonniers, ainsi qu’en dispensant une éducation sanitaire », explique le directeur de programme.

Pour plus d’informations sur l’Organisation des Cambodgiens défavorisés ou pour savoir comment faire un don, vous pouvez la contacter par téléphone/appel au 077 704 000 ou sur sa page Facebook : Facebook.com/DCO-Cambodia

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône