top of page
Ancre 1

Cambodge & Société : Cette « TikTokeuse » qui rapproche avec amour le Japon et le Royaume

Nakahara Yumi, une jeune expatriée japonaise résidant à Phnom Penh, est assise à une table, crayon et papier à la main - et une photo du rappeur cambodgien Vann Da. Elle a l'intention de maîtriser les paroles difficiles de la chanson Whose Fault Is It, un « exploit » rendu difficile par son accent khmer encore approximatif.

La jeune Japonaise Nakahara Yumi vit et travaille à Phnom Penh. Photo fournie
La jeune Japonaise Nakahara Yumi vit et travaille à Phnom Penh. Photo fournie

Mais au lieu de la décourager, cela ne fait que renforcer l’attachement de Yumi pour la langue cambodgienne et les artistes qui l’utilisent. L’interprétation passionnée de Yumi sur TikTok a depuis captivé le monde virtuel, accumulant un nombre impressionnant de 224 500 « cœurs » et des milliers d’interactions. Son contenu, conçu explicitement pour les téléspectateurs cambodgiens, souligne sa volonté de tisser des liens avec la communauté locale.

« Je suis tombée amoureuse du Cambodge et de ses habitants chaleureux, dont j’ai apprécié l’amitié et l’aide pour m’adapter à mon nouveau pays », confie Yumi.

Originaire d’Okayama, Yumi s’est installée au Cambodge il y a quatre ans. À la suite d’un échec dans ses études de japonais, elle est tombée par hasard sur l’Institut de technologie Kirirom sur Internet. Un an plus tard, en 2019, Yumi était inscrite à l’institut, étudiant la gestion de l’hôtellerie et du tourisme, et débutant son apprentissage de la langue khmère. Aujourd’hui diplômée, Yumi est employée dans une entreprise privée à Phnom Penh.

« Après avoir quitté Kirirom, où se trouvait mon école, pour m’installer à Phnom Penh, j’ai vécu un tournant décisif. La ville m’a fait découvrir de nombreuses nouveautés, ce qui a éveillé mon profond intérêt pour la culture khmère et la population locale », raconte Yumi, aujourd’hui âgée de 23 ans.

Pour partager son amour pour le Cambodge, Yumi a commencé à produire du contenu et des vidéos qui s’efforcent d’être authentiques et précis. Sa première incursion sur les médias sociaux comprenait des bribes de sa vie quotidienne au Cambodge, de la traversée des rues animées de Phnom Penh à l’imprégnation de la culture et de la langue khmères.

Des expériences concrètes

Trois ans plus tard, Yumi maîtrise parfaitement le khmer, elle lit, écrit et parle avec une relative aisance. Sa fascination croissante pour le Cambodge l’a amenée à voyager dans les zones rurales, filmant les paysages pittoresques et les traditions du pays pour en faire profiter son public.

Également intéressée par la cuisine khmère, Yumi a présenté des plats locaux sur sa chaîne, suscitant la curiosité et l’admiration de ses adeptes. Tout en défendant la culture cambodgienne, Yumi s’est lancée dans la promotion de produits privés correspondant à ses préférences et à celles de ses téléspectateurs.

Les efforts sincères de Yumi ont été chaleureusement accueillis par les téléspectateurs cambodgiens qui sont fiers de leur culture.

« Je base mon contenu sur des expériences concrètes. Par exemple, lors de ma visite à Siem Reap, j’ai adopté la tradition en portant des vêtements traditionnels », révèle Yumi, qui effectue actuellement un voyage de 16 jours au Japon.

À noter que l’une des motivations de Yumi pour apprendre le khmer, bien que son école utilise l’anglais, est son petit ami khmer. Comme elle dit vouloir l’épouser, cela « a piqué ma curiosité pour les tenues de mariage traditionnelles, ce qui m’a amenée à visiter un studio et à prendre des photos avec ».

Depuis quatre ans qu’elle étudie et vit au Cambodge, Yumi avoue n’avoir rencontré aucune barrière culturelle. Elle attribue cela à la vigilance dont elle fait preuve pour garantir l’exactitude du contenu de ses médias sociaux, la désinformation étant un problème courant.

« J’essaie donc d’apprendre et de faire autant de recherches préalables que possible. Cependant, il y a parfois de petites erreurs », admet Yumi.

L’une d’entre elles s’est produite lorsqu’elle a initialement qualifié les num banh chok, ou « nouilles khmères », de mee, ou nouilles instantanées.

Une correction plus tard, grâce aux conseils de son audience, a permis à Yumi non seulement d’apprendre, mais aussi d’engager le dialogue avec les personnes qui suivent son émission sur les médias sociaux. Yumi apprécie les réactions extrêmement positives que son contenu suscite, la grande majorité des commentaires étant favorables et encourageants.

« Dans certains commentaires, les gens disent “Merci d’avoir visité le Cambodge”, mais c’est moi qui remercie du fond du cœur le peuple cambodgien de m’avoir accueillie chaleureusement et d’avoir enrichi ma vie de nouvelles expériences et de nouvelles connaissances », explique Yumi.

L’une des vidéos dont Yumi se souvient le plus est celle qui traite de la pratique populaire cambodgienne consistant à envoyer des messages vocaux par l’intermédiaire d’applications de chat. Son goût croissant pour cette forme de communication reflète aussi son lien de plus en plus étroit avec le Cambodge.

« J’essaie d’éviter les sujets controversés, car les gens ont des opinions différentes à ce sujet, et ce n’est pas quelque chose que je devrais généraliser et répandre dans le monde entier », dit-elle.

Yumi reste active sur plusieurs plateformes de médias sociaux, notamment TikTok, Facebook et Instagram, créant du contenu en khmer pour les téléspectateurs cambodgiens. Pour son public japonais, elle préfère utiliser YouTube pour partager ses expériences dans ce « beau pays ».

Bien que Yumi n’ait pas encore collaboré avec des créateurs de contenu locaux qu’elle connaît bien, elle espère pouvoir le faire à l’avenir. En tant que créatrice de contenu étrangère, Yumi reconnaît pleinement la nécessité d’une sensibilité culturelle.

« Cependant, il faut rester soi-même et toujours apprécier ce que l’on fait et le voyage que cela implique. Il y a beaucoup de choses nouvelles que je n’aurais jamais pu apprendre si je n’avais pas commencé à créer du contenu. Il suffit donc de faire le premier pas et d’essayer », conseille-t-elle.

L’histoire de Yumi est un bel exemple de ce que la curiosité, l’amour et le respect d’une autre culture peuvent accomplir. Grâce à son travail, elle jette un pont entre le Japon et le Cambodge, en faisant découvrir la beauté et le charme du Royaume des Merveilles à un public international.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Post

コメント

5つ星のうち0と評価されています。
まだ評価がありません

評価を追加

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page