Cambodge & Poissons du Mékong : Le Mekongina, Stung Treng et les gens du fleuve

Le Cambodge est l’un des nombreux pays qui abritent des espèces de poissons d’eau douce et le fleuve Mékong est bien connu pour sa taille et sa biodiversité. Partant de la Chine et traversant cinq pays d’Asie du Sud-Est sur une longueur de 5 000 kilomètres, le fleuve demeure le principal pourvoyeur de poissons d’eau douce au Cambodge, fournissant une importante source de nourriture qui contribue aussi au développement économique.

Après avoir quitté la ville de Sen Monorom et traversé la province de Ratanakiri pendant près de quatre heures, l’équipe du magazine Focus est arrivée à Stung Treng où l’atmosphère du soir était calme. Pour ce projet, j’ai visité le Mondolkiri et Stung Treng pour la toute première fois et si le premier m’a donné des vibrations de culture indigène dans un homestay communautaire, le second avait une atmosphère similaire aux autres villes. Mais là-bas, c’est le pays des gens de la rivière.

À Stung Treng, le Mékong se jette dans deux autres affluents importants, la Sesan et la Sekong, et la ville de Stung Treng. La ville de Stung Treng étant située sur le Sesan, c’est le cœur de la province. Avec sa frontière avec la République démocratique populaire lao, cette province est également un carrefour diversifié entre les populations d’origine khmère et khméro-lao et, comme dans d’autres régions traversées par des fleuves, les habitants de Stung Treng sont profondément liés à la pêche et au fleuve lui-même.

Les poissons et les hommes

Au Cambodge, la pêche en eau douce est liée aux moyens de subsistance, à la culture et à l’alimentation depuis des générations, et pour les habitants des villes comme des provinces, le poisson est utilisé dans une variété de plats. Normalement, ces poissons sont utilisés presque toutes les saisons de l’année, à l’exception de quelques espèces rares qui sont considérées comme uniques par les pêcheurs et la population.

Personnellement, je ne suis pas très intéressé par le poisson, mais à Stung Treng, il existe une espèce spéciale que je voulais voir.

Mekongina

Le Mekongina erythrospila, ou Mekongina en abrégé, est une espèce de poisson saisonnière connue et appréciée des locaux en raison de sa rareté, de son goût et de son prix élevé. Avec une apparence unique, caractérisée par un corps rond, une tête pointue et des écailles rouges, le célèbre Mekongina ne peut être trouvé qu’à Stung Treng et est devenu le symbole de la province.

Mekongina fraîchement pêché (Photo fournie par : Chhut Chheana/Wonder of The Mekong)
Mekongina fraîchement pêché (Photo fournie par : Chhut Chheana/Wonder of The Mekong)

Selon les pêcheurs locaux, la saison du Mekongina commence en novembre ou décembre et se termine vers février. Cette saison tardive rend la pêche très difficile et les quelques spécimens qui peuvent être pêchés sont généralement conservés au réfrigérateur pendant un certain temps, ce qui peut en modifier la texture et la qualité. En raison de cette rareté, les prix du mekongina varient entre 60 000 Riel (15 USD) et 200 000 Riel (50 USD) le kilo lorsque la saison touche à sa fin.

Les Mékongina sont normalement cuisinés de manière simple, soit grillés, fermentés, cuits à la vapeur ou utilisés dans une soupe aigre. Ces méthodes simples permettent de conserver la texture unique du poisson et son goût légèrement sucré.

Soupe aigre de Mekongina (photo de Jihye)
Soupe aigre de Mekongina (photo de Jihye)

Malheureusement, au cours de notre mission, nous n’avons pas réussi à obtenir du poisson frais, mais le Mekongina congelé que nous avons utilisé pour la soupe aigre était toujours de bonne qualité et son goût suave nous a fait comprendre pourquoi ce dernier était si réputé.

Dans sa cuisine, notre hôte M. Sithan, un pêcheur khmer lao de la commune de Plouk dans le district de Sesan à Stung Treng, avait l’air tout à fait joyeux de préparer le poisson de sa province.

M. Sithan et Thina, en train de cuisiner dans sa cuisine (photo de Jihye)
M. Sithan et Thina, en train de cuisiner dans sa cuisine (photo de Jihye)

« Le Mekongina est très connu depuis un certain temps. C’est à cause de l’aspect différent de cette espèce, de son goût et surtout de son huile jaune », explique-t-il.

Cependant, en tant que pêcheur du village, M. Sithan est également témoin de nombreux problèmes affectant la rivière à laquelle il se sent si lié.

Faire face aux défis environnementaux

Pour les pêcheurs locaux, qui dépendent des rivières, le Mékongina contribue fortement à leurs revenus, car le poisson se vend à un prix élevé sur un marché exigeant. Cependant, d’après nos conversations avec les pêcheurs locaux, le barrage hydroélectrique de Lower Sesan 2 est souvent cité comme l’une des causes affectant la vie et le revenu quotidien des populations locales.

De retour de Stung Treng, j’ai effectué quelques recherches sur le barrage hydroélectrique Lower Sesan 2, situé dans trois communes du district de Sesan, pas très loin de la commune de Plouk où vit M. Sithan.

Achevée en 2018, la construction du barrage Lower Sesan 2 a été une entreprise majeure et une coopération entre des entreprises détenues par des Cambodgiens, des Chinois et des Vietnamiens. Les centrales du projet ont été mises en service pour la production d’électricité, avec une capacité installée totale de 400 000 kilowatts, et ont stimulé la production d’électricité du Cambodge de 20 %. Situé dans le district de Sesan, ce barrage hydroélectrique étend ses services aux provinces de Stung Treng, Ratanakiri et Mondolkiri.

L’énorme barrage Sesan II inférieur du Cambodge dans la province septentrionale de Stung Treng (Photo : Ly Lay/AFP)
L’énorme barrage Sesan II inférieur du Cambodge dans la province septentrionale de Stung Treng (Photo : Ly Lay/AFP)

Mais depuis le début de sa construction, le barrage de Lower Sesan 2 a entraîné des conséquences néfastes pour la population locale, sa présence étant devenue un obstacle à la migration des poissons.

Nous avons voyagé avec M. Sithan et son fils sur leurs bateaux de pêche familiaux jusqu’à la rivière Sesan, où le vent nous rafraîchissait le visage et nous protégeait du soleil matinal. Assis sur un grand rocher au milieu de la rivière, nous pouvions voir d’autres bateaux familiaux dériver sur l’eau en pratiquant leur chasse quotidienne.

M. Sithan nous dit qu’après la construction du barrage, le Mekongina est devenu encore plus rare, car la migration des poissons est bloquée par le barrage.

« Le poisson Mékongina est maintenant vraiment difficile à chasser, même au milieu de sa saison, alors que les autres espèces peuvent être trouvées comme d’habitude », dit-il.
M. Sin Sithan pendant l’interview (Photo par Jihye)
M. Sin Sithan pendant l’interview (Photo par Jihye)

En plus de perturber les migrations de poissons, M. Sitha voit d’autres problèmes avec le barrage hydroélectrique. L’instabilité du débit d’eau est devenue un défi majeur pour les communautés de pêcheurs en aval du barrage.

« Le débit de l’eau est devenu instable et le niveau de celle-ci est également devenu imprévisible, explique-t-il. »

Pour les pêcheurs et les populations locales, la rivière représente la vie et même de légers changements dans cette précieuse ressource entraîneront des conséquences majeures sur les moyens de subsistance des gens et l’équilibre de la nature.

Que pouvons-nous faire ?

Parallèlement à mes conversations avec les populations locales, j’ai eu une discussion avec Wonder Of the Mékong, un projet majeur qui vise à améliorer la compréhension et la capacité à gérer un fleuve Mékong durable pour les poissons, la faune et la flore, et les populations riveraines. Wonder of the Mékong travaille avec d’autres ONG et des instituts internationaux dans de nombreuses provinces du Cambodge traversées par le fleuve.

M. Chhut Chheana, coordinateur de la communication de Wonders of the Mékong et auteur de nombreuses publications consacrées aux cycles de vie des poissons, a eu une conversation intéressante avec Focus sur les problèmes et la protection du Mékong.

M.Chhut Chheana avec des Mekongina (photo fournie)
M.Chhut Chheana avec des Mekongina (photo fournie)

« Le Mékongina a de nombreuses histoires à raconter et le problème de cette espèce est difficile à résoudre en peu de temps », déclare M. Chheana.

En travaillant avec Wonder of Mékong, M. Chheana a voyagé dans de nombreux endroits autour du Mékong afin de comprendre le cycle de vie de ces poissons et les autres problèmes qui affectent ces espèces.

« La construction du barrage n’est qu’un des principaux obstacles au cycle du Mékongina. Cette espèce a besoin d’eau claire, de beaucoup d’oxygène et de nourriture pour survivre. Il vit normalement dans le Mékong, dans la partie cambodgienne, mais se rend au Laos pendant la période de frai », explique M. Chheana. « Avec une telle route de migration, la construction du barrage devient un obstacle à leur déplacement habituel ».

Mais d’autres problèmes majeurs se posent également :

« La technologie moderne est devenue la méthode de pêche des pêcheurs, comme l’explosif, la pêche électrique, et la plus dangereuse actuellement est l’utilisation de poison. »

M. Chheana poursuit : « Un autre problème qui affecte également la migration des poissons et leur habitat est la tendance des populations locales à s’emparer des terres des forêts inondées et à en disposer comme d’une ferme. »

En raison de ces problèmes environnementaux et sociaux complexes, cette espèce est devenue rare même au milieu de sa saison et, dans quelques années seulement, si la surpêche continue, le Mékongina aura disparu, déclare M. Chheana.

La surpêche du Mékongina est un problème majeur qui nécessite du temps et des efforts pour être résolu, mais cela ne peut pas être fait par une seule personne ou même un petit groupe de personnes.

« L’administration des pêches de Stung Treng travaille d’arrache-pied à la préservation du Mékongina, mais la tâche est vraiment difficile sans l’aide des citoyens », explique M. Chheana.

« Actuellement, nous travaillons avec d’autres ONG pour promouvoir et sensibiliser les gens à ces questions. Nous publions également des livres et des illustrations qui permettent aux enfants d’apprendre le cycle des poissons. »

Évoquant la façon dont les gens peuvent aider, M. Chheana suggère quelques solutions que nous, en tant que citoyens, pouvons apporter.

« Ce dont nous avons besoin de la part des gens, c’est qu’ils se joignent à la dénonciation de la pêche illégale. Cette action revient à réprimer les personnes qui la pratiquent. Une autre chose primordiale pour la population vivant autour des forêts inondées, c’est qu’elle doit cesser d’accaparer les terres dans ces zones, sinon la perte de ces forêts inondées affectera toutes les espèces de la rivière », plaide M. Chheana.

Les problèmes auxquels est confrontée la région du Mékong ne sont qu’un des nombreux autres enjeux indicibles qui entourent le fleuve, et qui affectent tous à la fois les hommes et l’eau. Stung Treng est l’une des nombreuses provinces traversées par le Mékong, mais c’est celle qui m’a permis de voir la vie des pêcheurs et l’importance des poissons d’eau douce. Le Mekongina est peut-être un poisson hors de prix, mais pour les habitants, ce poisson et toutes les autres espèces qui vivent dans le Mékong sont essentiels à leurs revenus, à leur vie et à l’écosystème qui les fait vivre.

« Pour les personnes qui vivent près du fleuve, le poisson et le fleuve sont leur vie et sans l’existence du fleuve, nous disparaîtrons », conclut M. Sithan.

Par Nasa Dip

Il s’agit du deuxième des cinq épisodes de la série de Focus Cambodge, Cambodian Eats, financée par Earth Journalism Network. Chaque reportage met en lumière l’intersection entre la cuisine, la culture et les défis liés aux ressources naturelles auxquels sont confrontées les communautés au Cambodge. Cette histoire a été produite avec le soutien du Réseau de journalisme pour la Terre d’Internews et a été publiée pour la première fois par Focus Cambodia.

Photographie de couverture : Elisa Banfi (cc)

Avec l'aimable autorisation de Mekong Eye