Cambodge & Initiative : Vaddana, celle qui remplace le plastique par des roseaux

La passion de Hai Socheat Vaddana pour l'artisanat et l'environnement, ainsi que sa mission de promotion de l'emploi des femmes, l'ont incitée à se lancer dans la fabrication de pailles en roseau.

Le roseau au Cambodge est traditionnellement utilisé pour fabriquer des nattes ou des sacs, et grâce à Vaddana, il est désormais utilisé pour remplacer les pailles en plastique.
Le roseau au Cambodge est traditionnellement utilisé pour fabriquer des nattes ou des sacs, et grâce à Vaddana, il est désormais utilisé pour remplacer les pailles en plastique.

Le roseau au Cambodge est traditionnellement utilisé pour fabriquer des nattes ou des sacs, et grâce à Vaddana, il est désormais utilisé pour remplacer les pailles en plastique. Comme chacun sait, le plastique pollue l'environnement de la Terre à un degré sans précédent aujourd'hui et de nombreux scientifiques estiment qu'il peut être préjudiciable à la santé humaine et animale lorsqu'il se décompose.

Vaddana recherche actuellement des collaboratrices pour rejoindre son petit atelier d'artisanat appelé Atikor Cambodia.

Elle a commencé à fabriquer des pailles à partir de roseau après avoir quitté son emploi dans le privé et commencé à étudier les entreprises liées à la protection de l'environnement. Fin 2021, elle a débuté les premières étapes de la conception du produit et mi-2022, elle s'est enregistrée auprès du ministère de l'Intérieur en tant qu'entreprise sociale.

Collecte de roseaux. Photo fournie
Collecte de roseaux. Photo fournie

« Au début, je ne savais pas comment fabriquer des pailles, mais après avoir quitté mon emploi j'ai essayé de trouver quelque chose que j'aimais faire. J'adore utiliser des produits faits à la main comme des produits biologiques et locaux. Par conséquent, je me suis dit que je voulais lancer une activité artisanale respectueuse de l'environnement ».

« J'ai commencé par fabriquer des pailles. En raison d'un manque de fonds, j'ai commencé par effectuer des recherches et à travailler seule. J'ai vu que des pailles en roseau étaient vendues dans les pays voisins et j'ai réalisé qu'au Cambodge, nous avions aussi des roseaux, alors j'ai commencé à rechercher certaines techniques », confie-t-elle.

La jeune femme de 39 ans ajoute que, d'un autre côté, elle considère les déchets plastiques dans les lieux publics comme un signe des excès qui nous ont conduits au changement climatique, et qu'elle souhaite également créer des emplois pour les femmes.

cargaison de roseaux. Photo fournie
cargaison de roseaux. Photo fournie

Vaddana se procure ses roseaux à Shihanoukville, à Koh Kong et dans le district de Sre Ambel. Elle a également contacté la communauté Creal, dans la province de Kampot, qui collecte des roseaux dans différents endroits qui sont des domaines publics, ce qui permet à leur population d'en bénéficier.

« Après avoir ramassé les roseaux, je les nettoie à l'extérieur et à l'intérieur, car ils sont généralement recouverts de boue, puis nous les coupons à la taille souhaitée, explique-t-elle.

« Ensuite, nous les mettons dans la machine à sécher pendant environ cinq heures. Une fois que le lot est sec, nous le mettons dans une machine à désinfecter avec un test effectué par un laboratoire cambodgien. Ensuite, nous procédons à un contrôle de qualité, puis les emballons selon les normes et les stockons dans un endroit où il n'y a pas trop d'air ni d'exposition au soleil ».

Tri des roseaux. Photographie fournie
Tri des roseaux. Photographie fournie

La native de Kampong Chhnang confie que les pailles qu'elle fabrique sont vendues principalement à des magasins et à des restaurants et qu'elles restent encore relativement peu nombreuses par rapport au nombre de pailles en plastique utilisées.

Elle vend une boîte de 100 pailles entre 8 000 et 13 000 riels, en fonction de la taille des pailles et de la quantité que les acheteurs souhaitent. Selon elle, la valeur de son produit vient du fait qu'il provient d'une matière première locale et naturelle qui ne nuit pas à l'environnement et sans danger pour les consommateurs.

Son utilisation peut également contribuer à réduire l'utilisation de produits en plastique car, une fois jetées, les pailles en roseau se dégradent en 30 à 45 jours environ. Si elles sont conservées dans un endroit sec, elles peuvent être stockées pendant six mois à un an sans perte de de rigidité.

« Nous n'utilisons aucun produit chimique dans notre chaîne de production. Nos pailles peuvent être utilisées avec de l'eau chaude ou froide. Leur goût n'affecte pas celui des boissons, mais elles ajoutent un arôme végétal et donnent l'impression d'être plus proches de la nature », dit-elle.

Surmonter les obstacles

Vaddana raconte qu'elle est confrontée à certains défis liés aux matières premières, car ce type de roseau ne pousse que dans quelques endroits des provinces côtières de Preah Sihanouk et de Koh Kong, de sorte que si le niveau d'eau est élevé, les gens ont du mal à atteindre ces endroits pour les ramasser.

À l'heure actuelle, certaines zones où se trouvent les roseaux sont des propriétés privées, de sorte que les communautés ne peuvent plus y accéder, ce qui présente une autre difficulté. Elle exhorte donc la communauté à essayer de cultiver les roseaux dans les zones où elle vit ou dans son jardin, car s'il n'y a pas assez de matières premières, il sera difficile de répondre à la demande du marché.

« Ce n'est qu'en élargissant la culture que nous pouvons améliorer la durabilité de la production des pailles de roseau. Nous les cultivons de six mois à un an avant de pouvoir les utiliser », explique-t-elle.

Comme elle vient juste de démarrer son activité cette année, elle craint de devoir affronter des difficultés liées au budget et à la recherche de personnes possédant les compétences nécessaires.

Vaddana dit vouloir contribuer aux efforts de protection de l'environnement et réduire les déchets plastiques et leur impact sur la biodiversité afin de garder le pays « propre ».

Elle explique qu'elle souhaite utiliser de manière durable les ressources naturelles du Cambodge au profit de la population et réduire les importations et ainsi améliorer les moyens de subsistance de la communauté, et en particulier des femmes.

« La demande du marché pour nos produits respectueux de l'environnement est encore limitée. J'aimerais voir tous nos concitoyens contribuer à la protection de l'environnement autour de la ville ou aider à nettoyer les stations balnéaires pour attirer les touristes et continuer à soutenir les produits khmers. », conclut-elle.

Page Facebook : Atikor Cambodia

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône