Cambodge & Histoire : Rouges et Noirs de Denis Meslin

1970, les États-Unis, enlisés dans la guerre du Viet Nam, fomentent un putsch militaire qui dépose le roi du Cambodge Norodom Sihanouk et installe un gouvernement à leur main. La guerre civile se déclenche aussitôt, conduite par les Khmers rouges, qui conquièrent rapidement la majeure partie du territoire et mettent le siège autour de la capitale.

Note de l’éditeur

1974. Un jeune dentiste arrive à Phnom Penh, affecté à l’hôpital Calmette pour effectuer sa coopération militaire. Il découvre la « drôle de vie », ambigüe et fascinante, qui s’est installée dans cette ville assiégée et bombardée depuis plusieurs années, et dont la population s’est grossie d’un million de réfugiés venus de toutes les provinces. Il assiste à la chute de la ville et à l’arrivée des révolutionnaires dans leur uniforme noir qu’agrémente un foulard à carreaux rouges et blancs, le krama campagnard, symbole affiché de la révolution paysanne qu’ils prétendent conduire. Mais le rouge de la révolution tournera vite au noir de la répression.

Bien des années plus tard, Denis Meslin se souvient et raconte, dans un style simple et direct, la vie quotidienne et ses contradictions, l’évacuation forcée de la ville, le repli de milliers de gens dans l’ambassade de France, nouveau camp retranché où l’on survit tant bien que mal, puis l’évacuation tragique de celle-ci, la plupart des Cambodgiens partant vers une mort certaine.

Lui-même sera expulsé avec les médecins de l’hôpital, dans l’un des derniers convois vers la Thaïlande, avant que ce pays martyr se referme et sombre pour plusieurs années dans le sang et la nuit.

Extrait

Le 23 avril, il reste encore beaucoup de Cambodgiens dans l’enceinte de l’ambassade, et les Khmers rouges sont de plus en plus impatients et menaçants :

― Ils doivent tous partir et rejoindre les autres Cambodgiens pour les aider à reconstruire le pays. Ceux qui restent seront exécutés.

Tel est le message sans concession qui est diffusé…

« .... 24 avril : ils partent ce matin. Ils sont alignés là, tous, sur cinq rangées, devant le bâtiment du centre culturel, un petit baluchon posé à leurs pieds. Le docteur Revil leur a fait remettre quelques médicaments contre la dysenterie »

À quelques mètres d’eux, nous sommes nombreux, serrés les uns contre les autres, silencieux, retenant notre émotion et nos larmes, mais bien présents pour un au revoir qui est un adieu. Nous assistons à des moments poignants, des scènes très dignes entre amis qui se quittent en silence et à de grandes preuves d’amour, comme celle de cette épouse italienne qui a choisi de partir avec son mari cambodgien.

Le cortège se met en marche, en grand silence, vers le portail, vers les Khmers rouges qui les attendent…

À propos de l’auteur

Denis Meslin est né en 1948 à Saint Sauveur Lendelin dans la Manche.

Très tôt attiré par l’Asie et après des études universitaires à la faculté Dentaire de Rennes dont il sort diplômé en 1972, il multiplie les voyages en Indonésie, Malaisie, Inde, Pakistan.

Il effectue son service militaire, au titre de la coopération, à l’hôpital Calmette de Phnom Penh en 1974,197 5. Marqué par cette aventure, il a voulu raconter et témoigner, ce qui l’a conduit à écrire ce récit “Rouges et Noirs”.

D’autres voyages en Asie et dans le pacifique le conduiront jusqu'à Tahiti, où il vit et exerce depuis 1978.

Acheter le livre (broché) ici

103 vues0 commentaire