Cambodge & Coopération : Cuba souhaite vivement renforcer les liens avec le Royaume

« Cuba est vaccinée, ouverte au tourisme ainsi qu’aux investissements directs étrangers », affirme l’ambassadrice de Cuba au Cambodge, S.E. Liurka Rodriguez Barrios lors d’une rencontre avec notre partenaire Cambodia Investment Review.

L’ambassadrice de Cuba S.E. Mme Liurka Rodriguez Barrios
L’ambassadrice de Cuba S.E. Mme Liurka Rodriguez Barrios

Le déjeuner de travail à l’ambassade comprenait des discussions sur le potentiel du tourisme cambodgien à Cuba, ainsi que sur les domaines dans lesquels le commerce bilatéral pourrait sensiblement se développer.

L’ambassadrice a précisé que Cuba avait rouvert au tourisme le 15 novembre et était prête à accueillir les visiteurs internationaux.

« Avant la pandémie, les agents de voyage cambodgiens avaient manifesté beaucoup d’intérêt pour l’organisation de voyages en groupe à Cuba, mais le Covid-19 a contrecarré ces efforts »

L’ambassade prévoit d’organiser un événement en janvier qui présentera les possibilités touristiques offertes aux Cambodgiens à Cuba. Rappelons que ce pays est l’une des rares destinations « sans visa » pour les détenteurs de passeports cambodgiens, les visiteurs n’ayant besoin que d’une carte touristique, qui peut être obtenue soit par l’intermédiaire d’une agence de voyages, soit directement auprès de l’ambassade, pour un coût de 20 dollars seulement.

Cuba ouvert aux investissements cambodgiens

Le tourisme n’a pas été le seul sujet de discussion. L’ambassadrice a également souligné les nombreux domaines dans lesquels Cuba recherchait activement des investissements directs étrangers.

Malgré sa réputation de bastion du communisme, Cuba a connu le plus grand bouleversement de son économie en 2021, lorsque le président Miguel Díaz-Canel a lancé un certain nombre de réformes économiques, comparables à celles qui ont eu lieu au Cambodge à la fin des années 1980.

Ces réformes ne se contentent pas de régulariser un certain nombre d’entreprises privées, elles autorisent également les investissements étrangers directs et l’installation d’entreprises étrangères à part entière.

À propos des domaines dans lesquels elle estime que les deux pays pourraient collaborer, citons les produits pharmaceutiques, pour lesquels Cuba demeure un acteur mondial majeur, mais aussi les infrastructures, le tabac et l’industrie du vêtement, une source majeure d’exportations pour le Cambodge.

Réunion tenue à l’ambassade de Cuba à Phnom Penh avec Cambodia Investment Review
Réunion tenue à l’ambassade de Cuba à Phnom Penh avec Cambodia Investment Review

Le Cambodge a importé environ 75 000 dollars de marchandises de Cuba en 2019, tout en exportant environ 112 000 dollars au cours de la même période. Les relations commerciales restent donc minimes pour le moment.

S.E. Liurka Rodriguez Barrios a rappelé que l’embargo américain sur Cuba demeurait le principal obstacle au commerce entre les deux pays.

L’embargo, qui a été imposé au début des années 1960 après le passage de Cuba dans la sphère d’influence soviétique, empêche les entreprises américaines ou les entreprises ayant des activités commerciales aux États-Unis de traiter avec Cuba. Il a été imposé après que le gouvernement cubain eut nationalisé un certain nombre d’entreprises appartenant à des Américains.

L’embargo est régulièrement critiqué lors des sessions de l’Organisation des Nations unies (ONU). Le Premier ministre Hun Sen a déclaré lors de la 75e session plénière de l’AGNU en septembre 2020 :

« Les voix de la raison sont étouffées par la pratique arbitraire des sanctions unilatérales et autres mesures politiques, économiques et financières coercitives, tout cela parce que le pays le plus fort fait passer ses intérêts avant tout le reste »

Les relations économiques pourraient être améliorées

L’ambassadrice a également souligné que si les liens économiques entre les deux pays pouvaient être améliorés, les relations entre les deux nations n’avaient pas seulement un fort passé historique, mais étaient généralement excellentes.

Cuba faisait partie de la poignée d’États, pour la plupart issus du bloc de l’Est, qui ont reconnu la République populaire du Kampuchéa de Hun Sen, plutôt que le gouvernement des Khmers rouges soutenu par les Nations unies, pendant la guerre civile des années 1980.

Les deux nations entretiennent également d’excellentes relations culturelles, Cuba offrant aux Cambodgiens les plus pauvres un certain nombre de bourses d’études entièrement payées pour leur permettre d’étudier la médecine à Cuba. Et, des ressortissants cubains travaillent au Cambodge, notamment dans le secteur du divertissement.

Reste à voir si Cuba verra des hordes de touristes et d’investissements en provenance du Cambodge, mais l’ambassade de Cuba à Phnom Penh joue certainement son rôle en essayant d’y parvenir.

Gareth Johnson avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône