top of page
Ancre 1

Cambodge & Cinéma : De Lauzanne parle de son documentaire sur le Ballet royal

Dernière mise à jour : 20 avr. 2023

Xavier de Lauzanne a travaillé dans le secteur de l'hôtellerie pendant dix ans avant de décider de poursuivre son rêve de devenir cinéaste. Il a réalisé quelques documentaires depuis le début de sa carrière, dont Les Pépites, un film sur l'ONG PSE , ainsi que The Perfect Motion, qui traite du Ballet royal du Cambodge.

Le projet sur lequel il travaille sera le troisième volet d'une trilogie qu'il a tournée en Syrie et en Irak et qui porte sur les conséquences des guerres dans ces pays.

Lauzanne s'est entretenu avec avec nos partenaires du Post au sujet du documentaire et de sa carrière.

Qu'est-ce qui vous a poussé à réaliser ce documentaire ?

J'ai commencé à imaginer un film sur le Ballet royal cambodgien en 2017 lorsque j'ai rencontré le prince Tesso Sisowath qui était le bras droit de la princesse Buppha Devi. Il m'a ouvert les portes du ballet royal. J'ai ensuite pu travailler avec Pierre Kogan, qui vivait au Cambodge depuis plus longtemps que moi et qui connaissait bien la scène artistique locale.

Nous avons effectué des recherches et nous nous sommes vite rendu compte de la richesse du sujet et de l'histoire incroyable que nous avions entre les mains. Mais, c'est l'histoire de la rencontre entre Auguste Rodin et les danseuses du ballet royal en 1906 à Paris qui m'a définitivement décidé à me lancer dans cette aventure.

Je suis un réalisateur français au Cambodge, j'avais donc besoin de me sentir légitime en m'appropriant ce sujet. Heureusement, les liens entre le Ballet Royal et la France ont toujours été étroits, et je dirais même que c'est la reconnaissance du ballet à l'étranger qui a favorisé sa survie après la période khmère rouge, en plus du formidable travail effectué par les maîtres de ballet survivants et la princesse Buppha Devi.

Quel est le message principal du film ?

La beauté et la survie d'un art ancestral. Le film aborde la question de l'identité. Les deux symboles qui caractérisent le Cambodge sont Angkor Wat et la danseuse Apsara. L'importance de la culture comme influence sur une nation est trop souvent sous-estimée par le public et les autorités.

Affiche publicitaire pour The Perfect Motion. Photo fournie
Affiche publicitaire pour The Perfect Motion. Photo fournie

Le roi Norodom Sihanouk et la reine Kossamak en étaient bien conscients et ont modernisé le ballet royal pour en faire un outil d’influence de leur règne, à l’époque où le Cambodge était appelé la perle de l’Asie.

Aujourd’hui, après une période de fortes turbulences où les questions artistiques sont devenues pour le moins secondaires, le film nous rappelle que pour construire une grande nation, avec un peuple fier de lui-même, la culture doit redevenir une priorité.

Quels sont les défis que vous avez dû relever lors de la production de ce documentaire ?

La production de ce film s’est heurtée à deux difficultés majeures. Le premier était d’ordre financier. Les gens qui ont un pouvoir financier investissent très peu dans la culture. Il a fallu beaucoup de temps pour trouver les partenaires qui ont accepté de nous accompagner et je les remercie très sincèrement.

Le second était artistique : comment faire un film sur un art dont le langage appartient aux Cambodgiens, mais qui a le pouvoir de parler à tout le monde ? J’ai voulu donner au film une dimension universelle, car, pour moi, cette histoire est un bel exemple de comment retrouver sa dignité après avoir tout perdu.

Chaque nation est attachée à ses traditions, mais il y a toujours un risque de les perdre, à cause de la modernité, à cause d’une guerre, à cause de l’exil… Nous sommes tous conscients de ce risque. Sur le plan formel, pour que la langue soit universelle, j’ai conçu le film comme un lien entre les cultures en utilisant les outils du cinéma.

Par exemple, le mélange des aquarelles de Rodin avec les gestes actuels des danseurs, une composition musicale à la frontière des deux mondes, une narration entre le présent et le passé qui nous entraîne dans une grande histoire à la manière de « Il était une fois », et tout un ensemble d’idées de mise en scène accessible à tous.

Quel est l’intérêt du public, notamment des jeunes ?

Le film a connu un très bon démarrage en salles dès les premiers jours et les retours sont incroyablement émouvants, qu’il s’agisse de Cambodgiens ou d’étrangers, toutes générations confondues.

Tout le monde se sent concerné. Nous avons rencontré les jeunes au festival Bonn Phum et au festival de l’Université royale des beaux-arts ces derniers jours. Les étudiants cambodgiens nous ont tous dit leur joie de découvrir une histoire qu’ils connaissent peu et qui pourtant leur appartient profondément.

Plus important encore, ils nous ont tous dit à quel point ils étaient fiers de leur culture après avoir vu le film. Revisiter l’histoire récente du Cambodge à travers les arts est une nouveauté pour eux qui les rend particulièrement réceptifs.

D’autre part, la plupart d’entre eux n’ont jamais vu de film documentaire au cinéma et ils sont surpris de constater qu’ils aiment ça ! Ils constatent que le film est une véritable expérience cinématographique, captivante du début à la fin.

Quel a été l’aspect le plus gratifiant de la production de ce documentaire ?

Travailler pour l’avenir, pour les jeunes, c’est le sens que je donne à mon engagement, mais il y a aussi d’autres aspects gratifiants. La reconnaissance du roi Norodom Sihamoni et les mots d’une extrême gentillesse qu’il a eus pour moi à propos du film après la première à Chaktomuk m’ont profondément ému.

De plus, le fait de voir des familles avec des grands-parents, des parents et des petits-enfants se rendre au cinéma pour voir le film est très émouvant. Parce que le film crée un lien au sein de leur famille. Les films qui peuvent réunir autant de générations et leur permettre de parler librement ensemble ne sont pas nombreux. Je suis également touchée par le témoignage d’étrangers qui découvrent avec une grande satisfaction des aspects du Cambodge qu’ils connaissaient peu et pour lesquels ils ont maintenant une grande admiration.

Qu’appréciez-vous le plus dans la tradition du Ballet Royal ?

J’ai appris de la danse du Ballet Royal, sa grande richesse, au-delà des premières impressions, forcément limitées, que l’on peut avoir en tant qu’étranger. L’idée d’utiliser le mouvement pour exprimer une émotion est absolument différente de ce que nous avons en Europe.

Auguste Rodin à Paris et George Groslier à Phnom Penh l’ont très bien expliqué au début du siècle dernier. Il est également rare en Occident qu’une danse soit liée au divin. J’ai un grand respect pour la dimension sacrée de cette danse.

À ce propos, le titre khmer Tep Hatta signifie Les mains célestes et met davantage en avant la dimension sacrée du ballet que les titres anglais et français. En français, le titre est La Beaute du Geste. Cela correspond à une expression française qui a un double sens : la grâce du geste physique littéral et aussi l’idée figurative du grand geste, qui est tout acte honorable qui est un acte de grandeur ou d’altruisme.

En anglais, notre titre est The Perfect Motion. Cela correspond à l’idée du geste parfait qui requiert beaucoup d’habileté et de technique. Et le mot mouvement évoque aussi la question des images : Les dessins, les photos, le cinéma, toutes ces représentations du ballet qui accompagnent les mouvements et enregistrent son histoire et ceux qui l’ont fait grandir.

L’art n’a pas de vérité unique. La perception de la beauté est universelle, mais elle passe par des formes qui n’ont souvent rien à voir entre elles. Il est toujours fascinant pour moi de découvrir de nouveaux paradigmes et de confronter mon identité et ma façon d’observer et de penser afin de les comparer aux perspectives des autres.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page