Cambodge & Cinéma : 500 000 dollars de soutien pour les cinéastes cambodgiens en herbe

Le centre de ressources audiovisuelles Bophana a reçu une subvention de 500 000 dollars de la Fondation Henry Luce pour mettre en œuvre un projet intitulé « Former les réalisateurs de demain et promouvoir les échanges académiques et culturels par le biais de la réalisation de films cambodgiens ».

La Fondation Henry Luce offre 500 000 dollars aux cinéastes cambodgiens en herbe
La Fondation Henry Luce offre 500 000 dollars aux cinéastes cambodgiens en herbe

Ce projet de trois ans vise à renforcer les compétences des jeunes Cambodgiens pour qu’ils deviennent de futurs réalisateurs et à les aider à produire des films sur des sujets qui les intéressent.

Le programme offre une bourse d’une année complète à 36 jeunes Cambodgiens et autochtones issus de différentes communautés du Cambodge pour la production de documentaires. Les stagiaires étudieront l’ensemble du processus de production de films documentaires (préproduction, production et postproduction) afin de pouvoir produire des courts métrages traitant de questions complexes, notamment politiques, économiques et sociales, qui touchent d’autres communautés au Cambodge.

Tieng Piseth, responsable de l’administration et de la coordination au Bophana Center, explique que le recrutement des étudiants est financé par la Fondation Henry Luce et qu’il devait se dérouler jusqu’en juin 2025.

« Le projet offre des bourses à 12 étudiants par an pour se former à la production documentaire et multimédia. Les premiers étudiants ont été inscrits en juillet et étudieront jusqu’en août prochain. La deuxième promotion commencera en septembre 2023, et la troisième en 2024 », précise-t-il.

Pour être admis, les étudiants doivent être Cambodgiens ou autochtones de nationalité khmère et vivre au Cambodge. Ils doivent avoir entre 18 et 30 ans et être en mesure de s’engager à étudier à temps plein. Les femmes et les personnes handicapées sont encouragées à poser leur candidature.

« Ils étudieront gratuitement et nous fournirons tout le matériel. Ils bénéficieront d’une assurance maladie pendant leurs études ; nous offrirons un logement aux étudiants qui n’ont pas de famille à Phnom Penh. Ils recevront des certificats de fin d’études et auront la possibilité de présenter leur travail dans des festivals de cinéma locaux et internationaux. Bien entendu, les compétences acquises leur permettront probablement de trouver un emploi dans l’industrie cinématographique », ajoute-t-il.

Mang Lean, 26 ans, est membre du groupe ethnique indigène Tampuan et vit actuellement dans le village de La-eun Kraen, dans la commune d’O’Chumdans la province du Ratanakiri. Lean travaille actuellement pour l’organisation Conserve Indigenous Peoples Languages en tant que responsable des médias depuis le début de l’année 2020.

Il a étudié avec le projet Bophana « Amplifier les voix des femmes autochtones et des groupes discriminés grâce à un multimédia innovant » en 2019 et a produit un documentaire sur le sujet des mariages d’enfants. Lean a déclaré qu’enseigner la réalisation de documentaires à de jeunes Cambodgiens — en particulier à des jeunes issus de communautés autochtones — était inestimable.

« Au début, je ne savais même pas comment tenir une caméra, et encore moins comment planifier un plan ou capter une vidéo. Après avoir été formé par le projet Bophana, j’ai pu enregistrer des vidéos, écrire des scripts et réaliser mes propres documentaires », confie-t-il.

« Depuis l’obtention de mon diplôme, en plus de mon travail habituel, j’ai produit de nombreux documentaires sur mon propre groupe ethnique et j’ai partagé mes expériences avec les jeunes de ma communauté », ajoute-t-il.

En partenariat avec l’université de Californie, Berkeley et le Berkeley Art Museum and Pacific Film Archive, le programme organisera un échange annuel de deux semaines qui permettra aux archivistes de Bophana de rencontrer des spécialistes des archives, lesquels développeront leur expertise en matière de préservation des films et de gestion des archives, élargissant ainsi l’accès à la mémoire audiovisuelle de la culture cambodgienne.

À propos

La Fondation Henry Luce cherche à renforcer le discours public en promouvant des bourses d’études innovantes, en formant de nouveaux leaders et en favorisant la sensibilisation internationale. Fondée en 1936 par Henry R Luce, cofondateur et rédacteur en chef de Time, Inc, le programme actuel de la fondation reflète les valeurs que Luce accordait à l’apprentissage et au leadership.

Le Bophana Audiovisual Resource Center a été créé en 2005. Il s’agit d’un centre d’archives audiovisuelles non gouvernemental et à but non lucratif qui s’attache à faire revivre la mémoire cambodgienne et à promouvoir la culture khmère par le biais de l’art et du multimédia.

L’objectif est de reconstruire les souvenirs du Cambodge sous le thème « Sauver et ressusciter les souvenirs d’hier et d’aujourd’hui ». Le centre collecte et protège les archives audiovisuelles du Cambodge.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône