Cambodge & Agriculture : Ces poissons cachés sous la boue et la menace électrique

Au Cambodge, un adage décrit un phénomène saisonnier remarquable : « S’il y a de l’eau, il y a des poissons ». Pendant la saison sèche, les rizières situées près des cours d’eau se dessèchent complètement, et toute vie est perdue, même les mauvaises herbes.

Cependant, lorsque la saison des pluies tant attendue revient, elle apporte l’eau pour nourrir les rizières et les poissons réapparaissent.

Quand vient la mousson

La mousson au Cambodge commence en juin chaque année. À cette époque, les activités dans les rizières commencent à reprendre. Les agriculteurs labourent les rizières avec des tracteurs ou du bétail pour préparer les parcelles pour la saison. En même temps, ces derniers récoltent aussi les poissons dans les rizières, car ceux-ci reviennent avec la pluie.

Les enfants vivant à la campagne sont plutôt doués pour attraper les poissons dans les rizières, et vous pouvez souvent les voir s’amuser en pratiquant cette activité. Les enfants suivent les traces du tracteur pour attraper les poissons laissés dans les petites mares. Certains enfants utilisent des équipements traditionnels en bambou ou divers objets pour les attraper.

De nombreux Cambodgiens préfèrent en fait le poisson provenant de la pêche dans les rizières. Normalement, les poissons les plus couramment pêchés sont les non-migrateurs comme le poisson-serpent rayé (Channa striata), la perche (Anabas testudineus) et le poisson-chat (Clarias batrachus). D’autres animaux aquatiques, tels que les crabes et les grenouilles des rizières, constituent également une source de nourriture privilégiée pour les Cambodgiens et ont longtemps fourni une importante production halieutique pour l’approvisionnement alimentaire local. Aujourd’hui, les poissons issus de la pêche dans les rizières sont des produits populaires qui se vendent facilement sur les marchés locaux.

Pêche électrique

Cependant, la pêche électrique est également utilisée pour récolter les poissons des rizières. Cette méthode utilise l’électricité pour envoyer des impulsions dans l’eau, étourdissant ou tuant les poissons, et détruisant également tous les animaux aquatiques enfouis dans la boue. Si la pêche électrique est utilisée pendant la saison des pluies, la plupart des animaux et des poissons qui vivent dans les bassins mourront également, ce qui signifie qu’ils ne reviendront pas l’année suivante.

Le projet Wonders of the Mekong encourage les agriculteurs et les pêcheurs à utiliser des engins de pêche traditionnels en bambou pour attraper les poissons dans les rizières plutôt que d’employer l’électricité, afin de sauver et de protéger les ressources des rizières.

Par Chhut Chheana/Wonders of the Mekong

Suivez Wonders of the Mekong et partagez cet article pour nous aider à protéger nos pêcheries pour les générations à venir.