Cambodge & Économie : Les PME durables du Royaume peinent à franchir l’étape supérieure

Le développement durable est devenu plus qu’une tendance, car les consommateurs du monde entier commencent à privilégier le lieu et la manière dont leurs biens sont produits plutôt que les prix avantageux. Cependant, pour certaines PME durables qui espèrent trouver des investissements et se développer au Cambodge, cette tendance ne semble pas encore porter ses fruits.

Cambodia Knits emploie des personnes issues de communautés marginalisées pour tricoter des jouets pour BeeBee+Bongo
Cambodia Knits emploie des personnes issues de communautés marginalisées pour tricoter des jouets pour BeeBee+Bongo

Micheal McKay, cofondateur de BeeBee+Bongo, une marque de jouets écologiques enregistrée à Singapour et présente au Cambodge, estime que la bataille est rude, en particulier dans le Royaume.

Selon M. Mckay, les entreprises durables n’occupent actuellement que des marchés de niche, ce qui peut les rendre difficiles à vendre pour les investisseurs traditionnels :

« Le chemin à parcourir est beaucoup plus long en termes de rendement. Si vous voulez maintenir la durabilité et l’impact social, c’est une attente beaucoup plus longue. Vous ne verrez probablement pas un retour dans les trois ans, peut-être même pas dans les cinq ans. Vous y arriverez, mais ce sera long... ».

Yekowave, une entreprise de vêtements de sport durables basée au Cambodge, est confrontée à un problème similaire. Selon Dikra Yagoubi, PDG de l’entreprise, les startups durables peuvent être risquées pour les investisseurs en raison des marchés généralement plus étroits :

« Les prix sont souvent plus élevés et si les clients d’un marché comme celui du Cambodge ne sont pas capables ou désireux de privilégier la durabilité par rapport au prix, le marché ne sera pas assez important pour attirer les investisseurs. »

Selon Mme Yagoubi, les investisseurs locaux ne croient pas que les entreprises durables soient rentables, car les clients sont finalement attirés par les produits non durables facilement disponibles qui offrent plus de variété à un prix inférieur.

Satisfaire les exigences des investisseurs d’impact

L’approvisionnement en matériaux est un autre problème, car le Cambodge ne produit pas ou peu de matières premières comme le fil ou le coton. McKay explique : « Si vous voulez être respectueux de l’environnement et acheter des matériaux qui sont sains pour la planète, cela a un coût plus élevé pour un endroit comme le Cambodge. Beaucoup ne sont pas disponibles localement. Nous n’avons pas de matières premières disponibles localement, comme le fil ou le coton, ou même les emballages. »

BeeBee+Bongo produit des jouets durables pour les enfants du Cambodge
BeeBee+Bongo produit des jouets durables pour les enfants du Cambodge

L’investissement à impact est un autre terme à la mode qui a fait surface au cours des cinq dernières années, mais cela n’a pas facilité la tâche de McKay pour trouver des investisseurs.

« L’un des défis de l’aspect social est la mesure de l’impact. Selon la personne à laquelle vous vous adressez, elle peut être pointilleuse sur la façon dont vous mesurez l’impact. Quelles sont vos mesures d’impact ? Pour les petites entreprises qui essaient de faire de belles actions, ces éléments ne sont pas encore nécessairement en place », dit-il.

Les investisseurs d’impact ont parfois leurs propres exigences qui ne peuvent tout simplement pas être satisfaites. M. McKay donne l’exemple d’un investisseur qui ne souhaite s'engager que si les matériaux utilisés dans les produits sont des tissus en fin de rouleau ou des restes provenant d’usines.

Comme les jouets de l’entreprise sont destinés aux enfants, le matériau doit être testé et retracé jusqu’à sa source, ce qui n’est pas possible avec du tissu en fin de rouleau.

Le problème de l’expédition depuis le Cambodge

BeeBee+Bongo a rencontré le succès aux États-Unis, mais cela n’a pas été facile. L’une des raisons pour lesquelles la société s’est enregistrée à Singapour est qu’elle voulait trouver un moyen de contourner les prix exorbitants pour expédier des produits directement du Cambodge.

En envoyant des produits en vrac via Singapour à un entrepôt, la société peut expédier ses produits gratuitement dans tous les États américains. Si elle devait le faire directement du Cambodge, les frais d’expédition à eux seuls rendraient l’opération impossible.

L’envoi d’une peluche « Sleepy Animal » à Singapour via DHL coûte entre 37 et 54 dollars, contre 52 à 77 dollars pour les États-Unis avec DHL. Les poupées coûtent entre 18 et 25 dollars.

Il était même moins cher d’envoyer des produits à Singapour via les États-Unis que directement du Cambodge à Singapour. Un article envoyé du Cambodge à Singapour coûte environ 50 dollars, alors que le même article coûte 10,45 dollars à envoyer des États-Unis à Singapour.

Les cofondateurs de BeeBee+Bongo Monika Nowacyk et Micheal McKay
Les cofondateurs de BeeBee+Bongo Monika Nowacyk et Micheal McKay

Une autre raison pour laquelle la société est enregistrée à Singapour est la réputation de la ville-État en tant que centre d’affaires, alors que le Cambodge est encore à la traîne à cet égard et n’inspire pas encore suffisamment confiance aux investisseurs internationaux.

« Le système cambodgien n’est absolument pas orienté vers les entrepreneurs et les petites entreprises, ce qui est regrettable, car il existe une économie informelle et rien n’incite à la formalisation », affirme M. McKay.

Selon lui, les enregistrements compliqués, les frais imprévus et les informations fiscales peu claires font de l’exploitation d’une petite entreprise au Cambodge un véritable casse-tête. Bien que des outils modernes soient disponibles, il estime qu’ils se heurtent aux pratiques traditionnelles, créant un système compliqué qui a besoin d’être simplifié.

Développer les produits cambodgiens à l’échelle mondiale

L’expansion mondiale des produits cambodgiens pose une autre série de problèmes aux PME durables qui tentent de se développer.

L’obtention de certifications reconnues au niveau mondial est une difficulté. Cambodia Knits, l’entreprise sociale cambodgienne qui emploie des travailleurs marginalisés pour produire des jouets pour BeeBee+Bongo, a récemment été approuvée pour une adhésion provisoire à l’Organisation mondiale du commerce équitable, une étape importante qui pourrait aider l’entreprise à se développer.

Après avoir parlé avec des investisseurs, M. McKay a déclaré que nombre d’entre eux recherchaient un avantage commercial concurrentiel lorsqu’ils décidaient d’investir.

Si les produits durables peuvent être attrayants sur les marchés locaux, la concurrence à l’échelle mondiale comporte son lot de contraintes, notamment la concurrence avec des entreprises durables proposant des produits similaires dans d’autres pays.

Selon Mme Yagoubi, les investisseurs occidentaux, où la durabilité est devenue plus courante, s’intéressent à la question.

« Les investisseurs occidentaux en Europe et en Amérique du Nord sont plus conscients de la durabilité et croient en notre réussite. Ce n’est pas le cas au Cambodge, malheureusement, car le marché n’est pas encore assez mûr et sensibilisé. Cependant, l’expansion internationale nécessite beaucoup plus de fonds et cela entraîne plus de difficultés pour trouver le bon investisseur », dit-elle.

Pour l’instant, M. McKay espère pouvoir trouver le bon investisseur pour passer à l’échelle supérieure tout en maintenant l’impact social de BeeBee+Bongo et en réalisant des bénéfices.

« Je veux savoir comment faire évoluer une entreprise sociale parce que si nous pouvons le faire avec cette entreprise, nous pouvons aider d’autres personnes à le faire », affirme-t-il.

« Nous regardons autour de nous et nous voyons toutes ces petites PME qui essaient de réaliser de belles initiatives et qui sont coincées au même endroit que nous. Nous avons eu des outils et des opportunités différents maintenant, mais c’est mon objectif personnel. Si nous parvenons à construire un modèle qui fonctionne, imaginez combien d’autres entreprises peuvent le faire aussi », conclut-il.

Brian Badzmierowski avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône