Célébration & Siem Reap : Soirée solidaire chez Khéma Angkor

C’est avec un peu d’avance que le Khéma Angkor s’est paré des couleurs bleu/blanc/rouge cette année. Mesures sanitaires obligent, un public limité à 50 personnes s’est réuni sur le toit-terrasse du restaurant afin de célébrer la Fête nationale.

Soirée solidaire chez Khéma Angkor

Toute la diversité d’une communauté francophone très soudée était représentée, le contexte actuel contribuant apparemment à tisser de nouveaux liens d’entraide et de solidarité. Les actrices et les acteurs du milieu économique et entrepreneurial, du monde de l’éducation, du tissu associatif, restaurateurs et hôteliers ou simples résidents se sont rassemblés autour des spécialités concoctées par le restaurant bien connu Khéma Angkor, qui s’est joint à la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge afin d’organiser cette soirée.

Lors de la soirée, un membre du bureau local de la CCIFC déclarait :

« En sortant d’une période marquée par l’autoconfinement et les fermetures d’établissements, ce genre d'événement permet de recharger les batteries et de relancer une sociabilité qui s’était fortement réduite au cours de ces derniers mois »

« Sans compter l’utilité de ce genre de rencontre en matière de réseautage et d’échanges ».

Comme à l’accoutumée, à chaque moment ponctuant la vie de la communauté française de Siem Reap, l’Ambassadrice de France, madame Eva Nguyen Binh, a tenu à effectuer le déplacement. Elle était accompagnée cette année de Son Excellence Hangchuon Naron, Ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports du royaume, avec qui elle a partagé le discours d’introduction.

Profonde incertitude économique

Dans son allocution, madame Nguyen Binh s’est réjouie de la gestion d’une crise sanitaire qui n’a jusqu’à présent causé aucun décès et n’a impacté qu’une très faible partie de la population. La majorité des personnes testées positives au Covid-19 était en effet composée de touristes, dont une grande partie de nationalité française. Fort heureusement, tous les malades ont pu être traités et ont tous regagné l’Hexagone une fois guéris. Les conditions de prise en charge ainsi que les soins prodigués ont fait l’objet d’un large remerciement de la part de Mme l’ambassadrice, qui a tenu à saluer le travail effectué tant par les autorités sanitaires cambodgiennes que par l’Institut Pasteur de Phnom Penh.

S.E Hangchuon Naron, Ministre de l’Éducation nationale et madame Nguyen Binh

Madame Nguyen Binh est aussi revenue sur les vols de rapatriement organisés sous l’égide de l’ambassade, qui ont permis de sortir de l’ornière la multitude de touristes français coincés dans le royaume après la fermeture des frontières. Néanmoins, ces succès ne parviennent pas à masquer la profonde incertitude économique relative à cette crise mondiale inédite. Une situation qui se fait lourdement ressentir dans la cité des temples, dans laquelle de nombreux secteurs reposent sur une activité touristique actuellement en pause. Le manque de visibilité concernant l’évolution de la situation appelle, selon madame l’ambassadrice, à un sursaut de solidarité, qui permettra de ne pas perdre espoir.

Signaux d'espoir

Les actions de l’AEFC, destinées à venir en aide aux Français en difficulté, sont à louer. Une « Fête dans l’assiette », qui mettra en avant les savoir-faire des cuisiniers khmers aussi bien que français, à laquelle participeront de nombreux restaurants, va se dérouler les 13 et 14 juillet prochains. Cette initiative devrait contribuer à revaloriser les restaurateurs qui subissent la crise de plein fouet. La réouverture des écoles, prévue en trois étapes, « permet aussi de redonner des signaux d’espoir ».

Avant d’assister à la soirée, S.E. Hangchuon Naron s’est rendu à l’École française de Siem Reap, puis a tenu à visiter les locaux de l’Alliance française. Dans son discours, le ministre s’est montré optimiste et a déclaré :

« Je suis persuadé que l’humanité traversera cette crise sans précédent avec succès. L’ouverture des écoles ainsi que la gestion de la crise par le gouvernement sont autant de signes qui devraient contribuer au retour des investisseurs et des touristes dans le royaume »

S.E. Hangchuon Naron, qui a prononcé son allocution en français, a aussi insisté sur les liens profonds qui unissent les deux pays, notamment à Siem Reap, une province qui constitue « l’âme du Cambodge ».

« Hotels Joining Hands »

Karl Diederich, directeur du Mulberry Boutique Hotel, est ensuite monté sur scène pour la remise du chèque en faveur de « Hotels Joining Hands ». L’intégralité du prix des entrées, fixé à 5 $ par personne, a été reversée à cette initiative fournissant quotidiennement plus de 450 repas en faveur des plus démunis. « Alors que beaucoup ont perdu leur emploi, il était impensable de laisser une partie de la population sans aide aucune. Il n’est pas rare de croiser, ces derniers mois, des personnes ayant vendu leurs biens dans le seul but de se nourrir »

Trois hôtels se sont regroupés, le Mulberry Boutique Hotel, le Treeline Urban Resort ainsi que le Jaya House Riverpark, appuyés par des partenaires sensibles à cette situation. Plus de 75 volontaires se sont mobilisés pour cette cause, et depuis le 20 avril, 35 255 repas chauds ont d’ores et déjà été distribués. Nous redoutons néanmoins que la situation locale peine à se redresser, et toute aide, financière ou volontaire, est la bienvenue. Nous avons lancé pour cela un appel aux dons sur le site hotelsjoininghands.com. Un repas coûte 1,21 $, et 100 % des fonds sont reversés à la préparation et à la distribution de ces repas ».

Khéma Angkor

Les convives se sont ensuite retrouvés autour des nombreux et somptueux buffets offerts par Khéma Angkor, qui a rouvert ses portes le 14 mai dernier après un mois et demi d’interruption. Haut lieu des rassemblements et des festivités siemreapoises, le restaurant a repris une activité proche de la normale, si ce n’est un renforcement draconien des mesures de sécurité. Port du masque et de gants pour le personnel, désinfection des mains, test systématique de la température et mise en place des gestes barrières sont devenus la norme de l’établissement.

Ce qui n’empêche nullement la reprise des traditionnels petits-déjeuners, brunchs et autres déjeuners à volonté, qui sont toujours de mise, sans compter les goûters gourmands et les soirées raclette, huîtres ou encore vins et fromages. Après cette brève période d’inactivité, force est de constater que les cuisiniers du Khéma n’ont rien perdu de leur tour de main : charcuteries faites maison, buffets de hors-d’œuvre, célèbres macarons et crêpes Suzette ont accompagné les célébrations.

Le restaurant se joindra par ailleurs à l'événement « Fête dans l’assiette » . Une carte interactive créée par la CCIFC permet de localiser tous les établissements qui participeront à cet événement. De quoi prolonger les festivités et profiter de ces moments de détente bienvenus en cette période incertaine.

Texte et photographies par Rémi Abad

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône