Brèves & Agriculture : Légumes bio locaux chez AEON et pleins feux sur le manioc local

Une communauté maraîchère de Battambang fournira des légumes biologiques aux centres commerciaux AEON de Phnom Penh. Le ministère du Commerce, le ministère de l’Agriculture, des Forêts, de la Chasse et de la Pêche (MAFF) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont officiellement lancé la nouvelle politique nationale sur le manioc 2020-2025 destinée à stimuler la production et l’exportation de cette culture.

Produits biologiques locaux chez AEON

Une communauté maraîchère de la province de Battambang a conclu un accord avec l’entreprise japonaise AEON pour approvisionner des légumes biologiques aux centres commerciaux AEON de Phnom Penh. D’après Ponh Odom, directeur adjoint du service provincial de l'agriculture, des forêts, de la chasse et de la pêche de Battambang, cet accord est un encouragement fort pour la communauté maraîchère en raison du potentiel commercial des produits agricoles locaux, en particulier les produits biologiques.

Les agriculteurs, a-t-il ajouté, ne s'inquiéteront plus de l'incertitude des marchés et de la fluctuation des prix de leurs produits. Il a encouragé ceux qui font partie de la communauté maraîchère située à Samrong Russey, district de Thmâr Kol, à garantir de véritables produits biologiques pour l'entreprise japonaise. Suite à l'accord, la communauté cultive différents types de chou, chou-fleur, brocoli, et laitue. Selon les estimations, la communauté pourrait fournir chaque jour environ deux tonnes de légumes.

Lancement officiel de la nouvelle politique nationale sur le manioc 2020-2025

Le ministère du Commerce, le ministère de l’Agriculture, des Forêts, de la Chasse et de la Pêche (MAFF) et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont lancé hier la nouvelle politique nationale sur le manioc 2020-2025 en vue de stimuler la production et l’exportation de cette culture « cruciale ».

Lancement officiel de la nouvelle politique nationale sur le manioc 2020-2025
Culture de manioc au Cambodge

Élaborée par le groupe de travail sur le manioc, la nouvelle politique nationale a été approuvée par le gouvernement royal du Cambodge (GRC) le 14 août 2020. Le lancement de la politique marque le début d’un nouveau pas dans le développement de l’agro-industrie au Cambodge pour une croissance inclusive, la réduction de la pauvreté et la réalisation de la politique de développement industriel 2015-2025 du GRC.

S’adressant à la cérémonie de lancement, Pan Sorasak, ministre du Commerce, a déclaré que la nouvelle politique avait pour but de faire du Cambodge un centre de production, de transformation et d’approvisionnement fiable du manioc pour l’exportation vers le marché mondial.

« Le manioc est la clé du développement socio-économique du Cambodge et pour tirer profit de ce potentiel, nous visons à améliorer la chaîne de valeur en renforçant les capacités et en agissant rapidement pour obtenir des opportunités sur les marchés émergents »

« La politique placera le manioc au centre de nos efforts pour développer le secteur agro-industriel du Cambodge et vise à élargir la base économique pour aider à atteindre les objectifs de développement du GRC à l’horizon 2030 et 2050 », a-t-il souligné.

Mâm Amnot, secrétaire d’État du MAFF, a pour sa part annoncé qu’avec une production de 12 millions de tonnes par an, le manioc est une culture industrielle qui offre un large potentiel pour l’amélioration des conditions de vie des agriculteurs et l’exportation. Sur la base de la vision définie dans la politique du manioc, a-t-il ajouté, le MAFF travaillera avec les parties concernées pour relever les défis auxquels ce secteur est confronté conformément au cadre du Plan de développement stratégique du secteur agricole du MAFF 2019-2023.

« Le manioc offre de bonnes opportunités pour le Cambodge, surtout il peut remonter les chaînes de valeur pour exporter des produits transformés tels que l’amidon. Cela nécessite de bonnes relations d’agriculture contractuelle entre les transformateurs et les agriculteurs qui cultivent le manioc pour créer un approvisionnement constant et de haute qualité », a indiqué Nick Beresford, représentant du PNUD au Cambodge.

Selon le NUD, la plantation, la récolte, la transformation et l’exportation du manioc sont essentielles pour garantir des emplois et des moyens de subsistance à des milliers de Cambodgiens et constituent une culture commerciale vitale pour les agriculteurs. Le Cambodge est le quatrième producteur de manioc en Asie et le dixième au monde. Plus de 12 millions de tonnes de manioc frais ont été récoltées cette année et la nouvelle politique stimulera et diversifiera la croissance et les exportations dans les prochaines années.

Source Agence Kampuchéa Presse & PNUD