Agriculture : Les exportations de paddy explosent alors que le riz usiné ralentit

Selon le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche, les exportations de riz usiné officiellement déclarées en 2021 ont diminué de plus de 10 % par rapport à l’année précédente, alors que les expéditions de paddy à l’étranger ont bondi de plus de 60 %.

Le Cambodge a exporté 3,53 millions de tonnes de riz paddy vers les pays voisins en 2021, soit une hausse de 61,16 % par rapport à l’année précédente
Le Cambodge a exporté 3,53 millions de tonnes de riz paddy vers les pays voisins en 2021, soit une hausse de 61,16 % par rapport à l’année précédente. Photo Heng Chivoan

Le ministère a déclaré mardi dans un communiqué que la récolte de 2021 était presque terminée, la production de riz atteignant à ce jour 12,21 millions de tonnes, soit une hausse de 11,6 % en glissement annuel.

En 2021, les exportations officielles de riz usiné ont atteint 617 000 tonnes, soit une hausse de 10,68 % par rapport à 2020, et les ventes de paddy aux pays voisins se sont élevées à 3,53 millions de tonnes, soit une hausse de 61,16 % en glissement annuel, a-t-il précisé.

Les exportations des deux catégories combinées ont augmenté de 50,9 % l’année dernière, dépassant la barre des quatre millions de tonnes.

Dans le même temps, les prix du paddy en 2021 se situaient à environ 95 % des taux de 2018-2019 et légèrement en dessous des niveaux de 2020 — et même plus bas pour la récolte de la mousson actuelle — ce que le ministère a attribué à la crise mondiale du Covid-19.

La pandémie a entraîné une forte baisse des prix internationaux du riz usiné, les variétés parfumées ayant plongé jusqu’à 20-25 %, ce qui a entraîné des pertes pour les moulins, les incitant à réduire leurs achats de paddy, a-t-il expliqué.

Le Cambodge a exporté 3,53 millions de tonnes de riz paddy vers les pays voisins en 2021, soit une hausse de 61,16 % par rapport à l’année précédente. Yousos Apdoulrashim
Le Cambodge a exporté 3,53 millions de tonnes de riz paddy vers les pays voisins en 2021, soit une hausse de 61,16 % par rapport à l’année précédente. Yousos Apdoulrashim

Le président de la Fédération cambodgienne du riz, Song Saran, a déclaré au Post que les chocs causés par le Covid tout au long de l’année 2021 ont entravé le transport du riz destiné à l’exportation vers les marchés internationaux, à l’exception du Vietnam, qui a bénéficié d’une hausse substantielle en raison des avantages de sa proximité.

De même, les exportations de riz blanchi vers la Chine ont augmenté en raison de sa situation géographique et de sa facilité de transport, tandis que les expéditions vers des marchés plus éloignés, comme l’UE, ont considérablement ralenti, a-t-il expliqué.

« La baisse des exportations de riz blanchi est due à des facteurs de transport, ce qui nous obligera à nous tourner vers des marchés plus faciles à transporter. D’autre part, l’augmentation des coûts d’expédition a entraîné des difficultés sur les routes longue distance, rendant le transport plus long et plus coûteux », a déclaré M. Saran.

Mais ces problèmes de transport ne sont pas exclusifs au Cambodge, de nombreux pays ont verrouillé leur économie pour lutter contre le Covid-19, ce qui a provoqué une inquiétante pénurie de chauffeurs dans le monde, a-t-il ajouté.

Le ministère a noté que les agriculteurs ont fait part de leurs inquiétudes quant au prix du paddy de la saison sèche, à l’approche de la récolte.

Au Cambodge, on cultive généralement deux grandes récoltes de riz par an. La culture de la mousson (ou cycle long) est généralement plantée de la fin mai à juillet et récoltée en décembre, tandis que la culture de la saison sèche (ou cycle court) est plantée en novembre et récoltée en janvier-février de l’année suivante, selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Le ministère prévoit que les prix de la récolte de saison sèche pourraient encore baisser, en raison de l’augmentation considérable des coûts de transport et des intrants agricoles tels que le carburant, les engrais, les pesticides et autres produits chimiques, qui ont parfois doublé, ce qui, selon le ministère, a incité les usines à réduire leur production.

Dans le but de soutenir la production de riz, elle a affirmé avoir pris des mesures et a appelé les autorités provinciales chargées de l’agriculture, des forêts et de la pêche à « continuer à guider les agriculteurs et les communautés agricoles ».

« Leur fournir les techniques de production du riz nécessaires pour obtenir des rendements élevés, et les éclairer sur la bonne utilisation des intrants agricoles pour respecter ces méthodes, réduire les coûts de production et garantir un riz de qualité conforme aux normes », a ordonné le ministère.

Nov Sivutha avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement