Actualité & Santé : Des chercheurs en mission au Cambodge pour enquêter sur l’origine du COVID-19

Des chercheurs collectent actuellement des échantillons de chauves-souris dans le nord du Cambodge pour tenter de mieux comprendre la pandémie de coronavirus, retournant dans une région où un virus très similaire avait été découvert chez les animaux il y a dix ans.

Des chercheurs de l’Institut Pasteur du Cambodge collectent des échantillons des chauves-souris capturées sur la colline de Chhngauk, dans le district de Thala Borivat, province de Steung Treng. VOA AP
Des chercheurs de l’Institut Pasteur du Cambodge collectent des échantillons des chauves-souris capturées sur la colline de Chhngauk, dans le district de Thala Borivat, province de Steung Treng. VOA AP

Deux échantillons de l’animal ont été prélevés en 2010 dans la province de Stung Treng, près du Laos, et conservés dans des congélateurs à l’Institut Pasteur du Cambodge (IPC), à Phnom Penh. Les tests effectués sur elles l’année dernière ont révélé un lien de parenté étroit avec le coronavirus qui a tué plus de 4,6 millions de personnes dans le monde.

Depuis une semaine, une équipe de recherche de l’IPC, composée de huit membres, collecte des échantillons de chauves-souris et consigne leur espèce, leur sexe, leur âge et d’autres informations. Des recherches similaires sont en cours aux Philippines.

« Nous espérons que les résultats de cette étude aideront le monde à mieux comprendre le COVID-19 », a déclaré à Reuters Thavry Hoem, coordinatrice sur le terrain, alors qu’elle tenait un filet pour attraper les chauves-souris.

Les espèces hôtes telles que les chauves-souris ne présentent généralement aucun symptôme des agents pathogènes, mais ceux-ci peuvent être dévastateurs s’ils sont transmis aux humains ou à d’autres animaux.

Le Dr Veasna Duong, responsable de la virologie à l’IPC, a déclaré que son institut avait effectué quatre voyages de ce type au cours des deux dernières années, dans l’espoir de trouver des indices sur l’origine et l’évolution du virus transmis par les chauves-souris.

« Nous voulons savoir si le virus est toujours là et comment il a évolué », a-t-il déclaré à Reuters.

Les virus mortels provenant des chauves-souris comprennent Ebola et d’autres coronavirus tels que le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS).

Mais Veasna Duong a déclaré que les humains étaient responsables des ravages causés par le COVID-19, en raison de l’interférence et de la destruction des habitats naturels.

« Si nous essayons d’être proche des animaux sauvages, les chances de contracter le virus porté par ces derniers sont plus élevées que la normale. Les chances que le virus se transforme pour infecter les humains sont également plus élevées », a-t-il déclaré.

Le projet financé par la France vise également à examiner comment le commerce de la faune sauvage aurait pu jouer un rôle, a déclaré Julia Guillebaud, ingénieur de recherche à l’unité de virologie de l’IPC.

« Le projet vise à fournir de nouvelles connaissances sur les chaînes de commerce de viande sauvage au Cambodge, à documenter la diversité des bêta-coronavirus circulant dans ces chaînes et à mettre au point un système flexible et intégré de détection précoce des événements de débordement viral », a précisé Mme Guillebaud.

VOA Khmer

166 vues0 commentaire