Économie : La Banque Mondiale confirme une croissance à 4,5% pour 2022

La Banque mondiale (BM) a maintenu ses projections de croissance économique du Cambodge à 4,5 % dans son scénario de base, malgré le ralentissement de la demande mondiale, grâce à la levée des restrictions sur les voyages provoquée par un taux de vaccination national élevé contre le virus Covid-19.

Sur le pont Monivong à Phnom Penh. Photo CG
Sur le pont Monivong à Phnom Penh. Photo CG

En revanche, un scénario négatif prévoit une croissance de 3,8 % en raison de la détérioration des conditions économiques intérieures causée par la hausse de l’inflation, alors que les facteurs externes s’aggravent en raison de la faiblesse de la demande extérieure.

Selon le bulletin « Mise à jour économique de l’Asie de l’Est et du Pacifique », publié par la banque internationale basée à Washington DC, la reprise devrait être soutenue par l’économie intérieure et les exportations agricoles.

Cela étant, l’industrie manufacturière cambodgienne, orientée vers l’exportation, sera probablement confrontée à des revers dans les mois à venir, avec un environnement extérieur moins favorable, remodelé par le ralentissement cyclique aux États-Unis et le ralentissement structurel en Chine.

En outre, la hausse des prix de l’énergie et des denrées alimentaires due au conflit en Ukraine devrait réduire le rythme de la réduction de la pauvreté, car elle pèse sur le budget des ménages.

En réponse à des questions posées par le Post lors d’une conférence de presse, l’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Asie de l’Est et le Pacifique, Aaditya Mattoo, a déclaré que la flambée actuelle des prix mondiaux du pétrole aurait un impact négatif sur le taux d’inflation au Cambodge.

Aaditya Mattoo, a déclaré que la flambée actuelle des prix mondiaux du pétrole aurait un impact négatif sur le taux d’inflation au Cambodge.
Aaditya Mattoo, a déclaré que la flambée actuelle des prix mondiaux du pétrole aurait un impact négatif sur le taux d’inflation au Cambodge.

Le Cambodge est l’un des pays qui dépendent de manière significative des importations de gaz naturel liquéfié (GNL) — près de 10 % du produit intérieur brut (PIB) constitue des importations de pétrole.

« Le risque immédiat est donc que la flambée des prix des produits de base se poursuive, ce qui nuirait aux activités économiques et mettrait les consommateurs sous pression. Pour cette raison, cela constituerait un défi important pour les perspectives de croissance et la réduction de la pauvreté », a déclaré M. Mattoo.

Par ailleurs, il souligne que le Cambodge a d’importants besoins de financement extérieur et qu’il existe un risque lié à « l’autre dimension de cette crise », découlant des taux d’intérêt élevés qui entraînent un important déficit des comptes courants et un risque de financement.

« Le risque de financement, qui est aussi un choc, pourrait être un problème plus important. L’inflation est actuellement inférieure à 4 %, mais il existe également un risque d’inflation plus élevée qui pourrait avoir un impact sur la stabilité économique que le Cambodge a réussi à gérer jusqu’à présent », dit-il.

Sur une note plus positive, M. Mattoo se félicite du fait que le Cambodge ait connu une reprise significative des exportations ainsi qu’un taux de vaccination remarquable.
Sur une note plus positive, M. Mattoo se félicite du fait que le Cambodge ait connu une reprise significative des exportations ainsi qu’un taux de vaccination remarquable.

Au début du mois de février de cette année, le ministre de l’Économie et des Finances, Aun Pornmoniroth, a annoncé que la croissance du PIB avait été fixée à 5,6 % pour 2022, ce qui reflétait les progrès réalisés en matière d’immunité collective contre l’infection par le coronavirus.

Le taux de vaccination du Cambodge se classe parmi les meilleurs au monde, ce qui a incité le gouvernement à permettre le rétablissement complet de l’activité socio-économique.

M. Pornmoniroth a également souligné que pour le Cambodge et le reste du monde, 2020 et 2021 étaient des années difficiles marquées par la pandémie et les défis socio-économiques.

Entre-temps, la BM a déclaré qu’à moyen terme, l’économie devrait « retrouver sa tendance potentielle, avec une croissance d’environ 6 % ».

« La nouvelle loi sur l’investissement, les accords de libre-échange entre le Cambodge et la Chine et entre le Cambodge et la République de Corée, ainsi que le partenariat économique global régional devraient contribuer à stimuler l’investissement et le commerce dans les années à venir », a déclaré la banque.

Sur le plan positif, un choc mondial moins persistant pourrait améliorer les perspectives pour le Cambodge, mais les impacts négatifs du Covid-19 sur l’emploi et le bien-être devraient se poursuivre, car le secteur des services, en particulier les industries du voyage, du tourisme et de l’hôtellerie, sont confrontés à des obstacles persistants.

« Il est essentiel de mettre en œuvre les réformes structurelles prévues dans le plan de relance économique pour améliorer la compétitivité extérieure du Cambodge », conclut-il.

May Kunmakara avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône