Tourisme & Siem Reap : Des initiatives pour relancer l'activité

Depuis février, la propagation fulgurante du Covid-19 à travers le monde a entraîné de profondes perturbations, impactant de multiples secteurs de la vie quotidienne. S’il n’a subi jusqu’alors aucune crise sanitaire, le Cambodge doit néanmoins faire face à une baisse massive de visiteurs, ce qui a eu pour conséquence la fermeture de nombreux établissements liés de près ou de loin au secteur du tourisme.

Pourtant, le flot de la clientèle ne s’est pas tout à fait tari, comme le confirme Rika Taing, qui tient un restaurant sur la célèbre rue Sok San :

« Les frontières rouvrent peu à peu leurs accès, il devient de nouveau possible, malgré des mesures encore draconiennes, de se rendre au Cambodge. Sans compter les personnes vivant sur place, qu’ils soient Khmers ou expatriés, qui veulent sortir un peu après cette période d’autoconfinement »

Ne pas baisser les bras

Après avoir fermé son établissement durant deux mois, la restauratrice, à l’instar d’autres commerçants siemreapois, a décidé de ne pas baisser les bras et de reprendre son activité. « Je suis franco-khmère, et cela fait maintenant 10 ans que nous nous sommes installés au Cambodge, mon mari et moi. En 10 ans, j’ai bien entendu assisté aux multiples mues de cette ville à laquelle je suis énormément attachée. Et rien ne m’a rendue aussi triste que de contempler le spectacle de ces derniers mois, où la cité des temples s’est transformée en ville fantôme. C’était désespérant. Heureusement, à la stupeur et à l’abattement a succédé un certain espoir : les gens sortent de nouveau, une relative joie de vivre a remplacé la peur qui semblait tout paralyser ».

Offrir une visibilité maximum

Conséquence de ce regain d’animation : des restaurants, des hôtels, mais aussi des prestataires de loisirs ont décidé de reprendre du service, pour la plus grande joie de leur clientèle. Il était toutefois difficile de se tenir informé des établissements ayant rouvert leurs portes. C’est pour cela que Rika Taing a décidé de créer un groupe Facebook baptisé « Open in Siem Reap ».

En à peine deux semaines d’existence, le groupe, ouvert à toutes et à tous, a dépassé les 300 adhérents. « Tout le monde peut y poster un message, le but étant de regrouper tous les acteurs qui continuent de faire vivre la ville. Qu’ils soient Khmers, francophones, anglophones, hôteliers ou tour-opérateurs, peu importe : il s’agit juste d’offrir une visibilité maximale sur tous les établissements qui continuent d’accueillir du public »

C’est extrêmement important, non seulement pour la clientèle, mais aussi pour les propriétaires, qui subissent de plein fouet les effets de la crise. Une véritable solidarité est en train de naître, c’est l’aspect le plus positif de cette épreuve qui nous oblige plus que jamais à nous serrer les coudes. Des vidéos, sous-titrées en khmer, seront mises en ligne tous les 15 jours, promouvant le tourisme à Siem Reap et mettant en lumière les établissements qui continuent leurs activités ».

Carte des francophones

Cette initiative est à rapprocher de celle menée par la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge (CCIFC). Mise en ligne le 6 mai dernier sur le site Google Maps, une carte interactive listant les établissements encore ouverts à Siem Reap permet de faciliter le quotidien tant des clients que des gérants. À la différence du groupe Open in Siem Reap, la carte de la CCIFC ne concerne que les établissements francophones, qui sont répertoriés selon différentes catégories allant du restaurant à l’artisanat d’art, en passant par le secteur bancaire et les fournisseurs de vins et spiritueux.

Depuis quelques semaines, le tourisme et les courts séjours à l’intérieur du Cambodge se multiplient. Les frontières des pays bordant le royaume étant toujours closes ou fortement restreintes d’accès, il devient tentant de (re)découvrir des lieux familiers ou dont l’exploration était sans cesse remise à plus tard. Il n’est pas rare de croiser des phnompénois venus s’offrir un weekend à Siem Reap, l’inverse étant tout aussi valable. Des destinations telles que Kampot, Kep, les îles de Koh Rong, Battambang, le Ratanakiri ou le Mondolkiri réunissent tous les atouts pour séduire les visiteurs en quête de dépaysement ou de distraction. Siem Reap, avec ses temples, sa campagne et sa douceur de vivre, ne déroge pas à la règle. Le groupe Facebook et la carte de la CCIFC devraient faciliter encore plus le nouvel essor de ce tourisme domestique.

Par Rémi Abad

Page Facebook du groupe Open in Siem Reap : https://www.facebook.com/groups/openinsiemreap/?ref=share

APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône