top of page

Siem Reap & Mode : Le succès des créations de Sambath

La jacinthe d'eau était autrefois considérée comme une plante sans utilité pratique, mais elle est aujourd'hui la matière première d'une ligne originale de chapeaux, de sacs et de paniers pour femmes.

Différents articles fabriqués à partir de jacinthe dans la province de Siem Reap. Photo fournie
Différents articles fabriqués à partir de jacinthe dans la province de Siem Reap. Photo fournie

Sambath est une Cambodgienne de Siem Reap pleine de ressources et propriétaire d’une entreprise de transformation de jacinthes, au sein de laquelle elle tisse ces plantes uniques dans de nombreux modèles différents.

Elle raconte qu’en 2008, une ONG japonaise s’est rendue dans la région et a observé que Phnom Krom était une zone isolée, mais riche en lacs où poussent de nombreuses jacinthes aquatiques. Ils ont eu l’idée de former les enfants, les orphelins et les veuves de la région à tisser ces plantes pour en faire des articles de mode.

Elle raconte qu’elle n’a jamais reçu de formation formelle, mais qu’elle a observé ces nouveaux tisserands. Après avoir vu un peu comment ils s’y prenaient, elle a commencé à expérimenter ses propres modèles et techniques.

Un jour, un représentant de l’organisation est venu lui demander où elle avait appris à fabriquer d’aussi beaux objets. Elle lui a expliqué qu’elle n’avait reçu aucune formation formelle, mais qu’elle avait observé puis adapté ses propres méthodes.

En raison de son talent, l’organisation l’a invitée à les rejoindre. Elle a été étonnée de constater qu’ils voulaient l’employer comme professeur, plutôt que de lui offrir une formation supplémentaire.

Elle leur a enseigné les secrets de ses créations, notamment les motifs de lignes parallèles et de nombreuses fleurs différentes. Associée à des tresses élaborées, elle était devenue une créatrice de mode que d’autres cherchent à présent à imiter.

« Je ne copie pas les motifs ou les dessins de qui que ce soit, même si je m’inspire de nombreux endroits », dit-elle.

« Travailler avec ce matériau demande beaucoup de patience, mais lorsqu’il est bien fait, cela peut produire un objet d’une beauté extraordinaire. Lorsque le travail est précipité, ou que le tisserand n’accorde pas une grande attention à son travail, le résultat ne sera pas aussi attrayant », ajoute-t-elle.

Elle explique que les étangs près de chez elle étaient autrefois une excellente source de jacinthes, mais qu’elle doit maintenant se rendre dans des plans d’eau éloignés pour les récolter.

Afin de les utiliser pour son artisanat, elles doivent être séchées au soleil pendant 15 jours, bien que cela puisse prendre plus de temps pendant la saison des pluies. Après avoir séché, elles sont lavées au savon, puis bouillies pour tuer les germes. À ce stade, de la teinture est ajoutée pour créer différentes couleurs.

Elle propose jusqu’à 100 motifs disponibles, chaque article se vendant entre 10 et 45 dollars. En 2018, son entreprise, « Siem Reap Phnom Krom hyacinth handicraft », a obtenu un prix dans le cadre des Road To Homeland Awards, qui visaient à identifier les réussites des petites et moyennes entreprises. Organisés au centre de convention et d’exposition de Koh Pich, dans la capitale, ces prix ont été accompagnés d’une reconnaissance officielle.

Son travail est populaire dans chaque province du Royaume, et est également exporté vers des marchés aussi divers que la Corée du Sud et le Japon, les États-Unis et l’Australie, l’Indonésie et la Malaisie.

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page