Siem Reap & Initiative : Un diplômé universitaire en agriculture lance une exploitation hydroponique

Au début de l’année 2020, Van Ranut, qui venait d’obtenir sa licence en produits agricoles et marketing à l’université Build Bright, est retourné dans son village de la province de Siem Reap avec l’idée de mettre en pratique certaines des techniques modernes qu’il avait apprises pour aider sa famille et les agriculteurs locaux.

Van Ranut montre la laitue qu’il cultive dans sa ferme hydroponique dans la province de Siem Reap. Photo fournie
Van Ranut montre la laitue qu’il cultive dans sa ferme hydroponique dans la province de Siem Reap. Photo fournie

Au début, sa famille n’a pas soutenu son projet, craignant qu’il échoue et perde de l’argent. Cependant, il est resté fidèle à sa décision et, avec conviction et beaucoup de travail pour construire son jardin avec des matériaux locaux et à faible coût sur un espace réduit, il a réussi.

Ranut cultive à présent des laitues hydroponiques croquantes et de nombreux types de choux dans le village de Khlong, situé dans le district d’Angkor Chum, dans la province de Siem Reap. Il bénéficie d’un soutien croissant de ses clients et de ses voisins.

« L’agriculture est ma passion », déclare-t-il. « Il y a beaucoup de légumes importés, et mes voisins n’aiment pas cultiver des légumes. Le fait de les voir les acheter sur les marchés et laisser le sol nu pendant la saison sèche m’a incité à me lancer dans l’agriculture. »

Beaucoup de soin est apporté à la culture des produits de la ferme hydroponique de Van Ranut. Photo fournie.
Beaucoup de soin est apporté à la culture des produits de la ferme hydroponique de Van Ranut. Photo fournie.

Les résultats obtenus par Ranut ont convaincu sa famille de le soutenir dans son travail en lui fournissant le capital dont il avait besoin pour agrandir son potager. Comme il l’explique, ses proches ont réalisé que la culture de légumes sur l’eau se révélait plus facile et plus rapide que la culture de légumes dans le sol, même si cela nécessite un investissement de départ.

Le travail de Ranut lui a également valu l’admiration des habitants du village et les a encouragés à se pencher sur la culture de légumes hydroponiques.

« Certains agriculteurs me demandent de les aider à mettre en place un jardin hydroponique, tandis que d’autres étudient le coût du potager et des systèmes hydrauliques », raconte Ranut.

Celui-ci se réjouit de les aider et de partager son expertise, notamment sur le fait que le temps affecte le rythme de la culture, même dans un jardin hydroponique.

Le potager de Ranut couvre une surface de 2,7 mètres dans laquelle il cultive du chou et de la laitue croquante. Il vend à la fois à des grossistes et à des détaillants et, malgré les effets de la pandémie sur les marchés du pays, il a à présent des clients réguliers.

« À l’avenir, mon objectif est de faire pousser des légumes à la fois sur l’eau et dans le sol, car je veux réduire le nombre de légumes importés », explique le jeune Cambodgien.

« Je souhaite aussi que les habitants de la région se mettent à cultiver des légumes, car cela leur procurera des revenus réguliers »

Ranuth prévoit d’étendre sa culture hydroponique et de créer un réseau agricole pour fournir des légumes à d’autres provinces. Il estime également que les jeunes Cambodgiens devraient envisager le secteur de l’agriculture, « un secteur économique diversifié qui comporte bien plus que la culture du riz et qui joue un rôle essentiel dans la production alimentaire du pays », dit-il.

Nhek Sreyleak et Teng Yalirozy avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône