Siem Reap & initiative : Les bibliothèques de village de Soth Bopha

Alors que les écoles sont fermées et que les familles des zones rurales manquent de matériel de lecture, le projet de bibliothèque de village de Soth Bopha s'est étendu à cinq sites dans la province de Siem Reap afin de promouvoir l'alphabétisation des enfants.

Les bibliothèques de village de Soth Bopha
Bibliothèque de village de Soth Bopha

Pendant toute la durée de la pandémie de COVID-19, les écoles du pays ont fermé à plusieurs reprises pour contrer les flambées épidémiques. Si les élèves des zones urbaines ont pu étudier en ligne, ceux des zones rurales, moins bien connectées, éprouvent des difficultés à s'en sortir.

Une Cambodgienne tente de remédier à cette situation, Soth Bopha, qui a créé en mai 2020 le projet de bibliothèque de village, qui a débuté dans le village d'Arak Svay, dans la commune de Nokor Thom, à Siem Reap.

Après une première année réussie, Bopha espère maintenant pouvoir s'étendre, car la gravité de cette dernière épidémie a paralysé les écoles depuis le 21 février 2021 et de nombreux parents ont perdu leur travail en raison des effets de la pandémie.

Selon Mme Bopha, les livres et le matériel pédagogique sont rares et de nombreuses familles ne peuvent tout simplement pas se les offrir - c'est là que la bibliothèque de son village entre en jeu.

À l'heure actuelle, le succès de la bibliothèque de village est tel qu'elle a ouvert des bibliothèques dans cinq villages de la province de Siem Reap : le village d'Areak Svay dans la commune de Nokor Thom, le village de Bos Kralanh dans la commune de Chreav, le village de Roha dans la commune de Nokor Thom, le village d'Anjanh également dans la commune de Nokor Thom et le village de Veal dans la commune de Kork Chok.

Chaque bibliothèque dispose d'un choix de 200 à 400 livres et Bopha explique qu'elle accueille chaque jour une vingtaine d'enfants - certains viennent juste pour emprunter des livres, d'autres choisissent de s'asseoir et de lire - mais le programme est confronté à de nombreux défis.

« Pendant cette épidémie de pandémie, nous ne pouvons pas faire fonctionner les bibliothèques de manière fluide », explique Bopha.

« Nos cours d'anglais ont été suspendus et maintenant nous ne pouvons autoriser qu'entre cinq et six enfants à rester physiquement dans nos bibliothèques, mais nous les encourageons toujours à emprunter des livres et à les lire à la maison.»

Comme beaucoup de belles initiatives au Cambodge, Bopha se trouve à présent confrontée à des difficultés financière et estime avoir besoin de 6 000 dollars chaque année pour maintenir les cinq bibliothèques opérationnelles.

« Pour cette deuxième année, nous espérons mener notre campagne de collecte de fonds auprès de 100 personnes », dit-elle.

Cette campagne s'adresse à deux catégories de donateurs : ceux qui peuvent se permettre de donner cinq dollars par mois ou 60 dollars par an, et ceux qui peuvent donner un dollar par mois.

Mme Bopha espère que les dons permettront de couvrir les frais de fonctionnement des bibliothèques et financer l'achat de nouveaux livres afin de veiller à ce que le matériel pédagogique soit actualisé.

« Si notre campagne est couronnée de succès, nous pourrons renforcer les capacités de nos bibliothécaires et mettre en œuvre notre "stratégie d'échange de livres" afin de réduire les dépenses et l'espace de la bibliothèque », confie-t-elle.

« Nous avons encore besoin que davantage de personnes, notamment des Cambodgiens, nous rejoignent. Nous voulons vraiment qu'ils fassent l'expérience de l'impact considérable de leur contribution sur la communauté.»

Deux des bibliothèques sont désormais équipées du Wi-Fi, ce qui permet aux enfants d'accéder à des ressources pédagogiques numériques ainsi qu'à des livres dont les bibliothèques ne disposent pas d'exemplaires physiques, mais avec des dons réguliers et stables, Mme Bopha est convaincue qu'elle pourra installer le Wi-Fi dans les cinq sites.

Jusqu'à présent, 33 personnes se sont engagées à donner cinq dollars par mois et 39 autres ont offert un dollar par mois. Elle espère donc que les citoyens comprendront l'intérêt des bibliothèques publiques dans les zones rurales du Cambodge.

« Il y a un besoin urgent de plus de livres pour enfants khmers - beaucoup de nos livres sont en anglais - et nous avons un autre problème, les bibliothèques qui sont construites au rez-de-chaussée des maisons souffrent beaucoup quand arrive la saison des pluies, donc nous espérons résoudre tous ces problèmes, mais nous avons besoin de budget », ajoute Bopha.

Alors que le COVID-19 menace de perturber une autre année scolaire, Bopha tient à faire la différence, mais espère que le projet de bibliothèque de village survivra à la pandémie.

« De nombreuses familles pauvres n'encouragent pas leurs enfants à étudier », dit-elle, notant que des difficultés financières s'y opposent. « Nous voulons contribuer à offrir des opportunités à titre gratuit ».

Phoung Vantha, avec l’aimable autorisation de Cambodianess

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône