Santé & Cambodge : Comprendre l’augmentation des décès liés au COVID-19

Après avoir signalé son premier décès dû au COVID-19 en mars, le Cambodge connaît un récent pic de décès dus à cette maladie, enregistrant 111 décès au cours des huit derniers jours.

238 décès ont été signalés au cours des trois dernières semaines
238 décès ont été signalés au cours des trois dernières semaines. Photo Anna Schevts

Le pays a connu une forte augmentation du nombre de cas — plus de 40 000 au cours des trois derniers mois — depuis début avril, ce qui a entraîné le verrouillage de Phnom Penh et d’autres parties du pays. Et, alors que le nombre de décès oscille entre 8 et 10 par jour, 238 décès ont été signalés au cours des trois dernières semaines, soit plus de la moitié de tous les décès signalés dans le pays pendant la pandémie.

Le pays compte également un nombre plus élevé de décès par million de citoyens que ses voisins immédiats. Le Cambodge compte près de 28 décès par million d’habitants, tandis que la Thaïlande et le Vietnam — qui connaissent également de récentes poussées de cas de COVID-19 — comptent respectivement 23 et moins d’un décès par million, selon les données du tableau de bord COVID-19 de l’Université John Hopkins.

Vulnérabilité

L’augmentation du nombre de décès est un phénomène préoccupant, selon les experts et les responsables de la santé, qui l’attribuent à des mutations plus virulentes du virus, à des comorbidités au sein de la population et à la fragilité du système de santé.

Le Dr Nouth Sambath, qui dirige l’Institut de biologie, de médecine et d’agriculture de l’Académie royale du Cambodge, affirme que l’augmentation du nombre de décès révèle que les Cambodgiens ont des problèmes de santé préexistants qui les rendent vulnérables au virus.

Le médecin fait remarquer que les personnes âgées du pays ont vécu sous le régime des Khmers rouges, au cours duquel elles ont été confrontées à la malnutrition et à des conditions physiques éprouvantes qui ont affaibli leur système immunitaire.

« La plupart des décès concernent des personnes obèses, atteintes de maladies chroniques et âgées de plus de 65 ans », dit-il.

« Elles n’ont pas assez d’anticorps contre le virus. Elles peuvent donc être facilement infectées et mourir. »

Un autre problème connexe concerne le système de santé cambodgien et ses difficultés à gérer les cas liés à une pandémie croissante.

« C’est un autre facteur qui conduit à davantage d’infections, et ils sont vulnérables aux décès », déclare Nouth Sambath.

L’Organisation mondiale de la santé indique que les personnes présentant des facteurs de risque élevé, comme les personnes âgées, les fumeurs, les obèses, les personnes atteintes de maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires ou le diabète, peuvent avoir besoin d’une évaluation plus approfondie avant d’être recommandées pour un traitement à domicile.

Le 19 juin, le ministère de la santé a également indiqué qu’il avait détecté la présence de la variante Delta du virus chez sept personnes venant de Thaïlande.

« Nous devons oser affronter les difficultés à court terme en mettant en œuvre des mesures qui nous permettent d’éviter que nous ayons du mal à nous en remettre par la suite », a déclaré Or Vandine, secrétaire d’État au ministère de la Santé.

« La plupart du temps, nous avons souvent entendu dire que les gens craignent le COVID-19, mais cette peur ne semble pas répondre à l’état de transmission de la maladie, qui infecte encore des centaines de personnes chaque jour », affirme-t-elle.

Faire face à l’épidémie

Yong Kim Eng, président du People Center for Development and Peace, a déclaré que le nombre croissant de décès était préoccupant. Il a ajouté que le gouvernement devait s’assurer que ses procédures de traitement sont efficaces et que les hôpitaux et les centres de santé sont bien équipés pour faire face à l’épidémie.

« Nous sommes également inquiets de savoir s’il y a suffisamment de ventilateurs pour aider les patients gravement malades qui ont besoin d’oxygène »

L’utilisation de centres de traitement de fortune du COVID-19 ainsi que leur capacité à prendre en charge les patients atteints du COVID-19 a fait l’objet de controverses et plusieurs incidents ont été signalés. À mentionner également la mobilisation permanente et le stress des personnels de santé qui rendant la tache plus difficile.

Vaccin

Or Vandine a rappelé également à plusieurs reprises que le programme accéléré de vaccination n’était pas la panacée en raison de l’apparition de variantes et que même les personnes vaccinées devaient continuer à respecter strictement les mesures d’hygiène recommandées par le ministère.

À propos des vaccins, le CDC américain précise même :

« Certaines personnes complètement vaccinées contre le COVID-19 tomberont toujours malades, car aucun vaccin n’est efficace à 100 % »

Il ajoute : « Les experts continuent de surveiller et d’évaluer la fréquence à laquelle cela se produit, la gravité de leur maladie et la probabilité qu’une personne vaccinée transmette le COVID-19 à d’autres. C’est ce qu’on appelle les cas de percée vaccinale. Cependant, certaines données suggèrent que la vaccination peut rendre les symptômes moins graves chez les personnes vaccinées, mais qui reçoivent toujours le COVID-19. Il a été démontré que les vaccins contre le COVID-19 offrent une protection contre les maladies graves et l’hospitalisation chez les personnes de tous âges éligibles pour les recevoir. Cela inclut les personnes de 65 ans et plus qui présentent un risque plus élevé de conséquences graves du COVID-19. »

Avec Sun Narin — VOA Khmer & CDC


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône